•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est la semaine des lancements en F1, Williams avant Racing Point

Les installations de Williams à Grove en Angleterre, sous la neige en février 2019
Les installations de Williams à Grove, en Angleterre, sous la neige en février 2019 Photo: Twitter / Williams F1

La saison 2019 a commencé avec la série des lancements avant les essais d'hiver. Vendredi, c'était l'équipe américaine Haas dans le décor prestigieux du Royal Automobile Club de Londres. Lundi, ce sera au tour de l'équipe italienne Toro Rosso et de l'équipe britannique Williams.

Lance Stroll est parti chez Racing Point, dont on aura des nouvelles mercredi lors du lancement à Toronto de la nouvelle équipe, de la nouvelle voiture du pilote québécois et des nouvelles couleurs.

Le lancement de la nouvelle monoplace F1 de l'équipe américaine Haas au Royal Automobile Club de LondresLe lancement de la nouvelle monoplace F1 de l'équipe américaine Haas au Royal Automobile Club de Londres Photo : Getty Images / Bryn Lennon

Grosse journée en perspective que ce mercredi avec le dévoilement des monoplaces de trois équipes : Red Bull, Mercedes-Benz et Racing Point.

Ce sera au tour de Renault mardi.

Recommencer à se battre

Claire Williams a eu la lourde tâche d'analyser la débâcle de 2018 et de tout rebâtir, à commencer par le moral des troupes, malmené dans la dernière année.

Il y a un nouveau designer en chef, un nouvel aérodynamicien, un nouveau responsable de la performance, deux nouveaux pilotes et un nouveau commanditaire en titre.

La marque Martini a quitté l'équipe à la fin de la saison 2018. L'équipe aura donc de nouvelles couleurs cette saison.

Après la pire saison de l'histoire de l'équipe fondée par Frank Williams, en raison d'errances techniques, la directrice veut voir en ce lancement de lundi l'occasion de repartir à neuf. Même dans son discours.

« L'équipe va disputer la saison avec un budget en santé, de très belles ressources à l'usine, un groupe d'employés motivés », a dit Claire Williams au site Racer.

Robert Kubica et Claire Williams en 2018Agrandir l’imageRobert Kubica et Claire Williams en 2018 Photo : Getty Images / Lars Baron

Le vétéran Robert Kubica prend la place de Stroll et le jeune Britannique George Russell celle de Sergey Sirotkin. Williams fait le pari que le pilote polonais pourra, malgré son handicap au bras, se battre à la régulière.

« Je ne vois pas pourquoi on ne se battrait pas pour la quatrième place, a dit Claire Williams. Et c'est un message que j'ai passé à tout le monde chez nous. On ne fera pas de figuration cette saison, on va se battre. »

Il reste que l'équipe britannique, autrefois un des fleurons de la F1, attend beaucoup de la refonte technique et budgétaire prévue pour la saison 2021.

L'implantation à venir d'un plafond budgétaire obligera les grandes équipes à se serrer la ceinture et à revoir leurs méthodes de travail (en prévoyant des coupes dans leur personnel), tandis que les équipes de milieu de grille avec déjà des budgets plus limités seront moins touchées.

Mais 2021, c'est dans deux ans. D'ici là, l'équipe Williams doit quand même donner le maximum de visibilité au nouveau commanditaire qui prend le risque d'investir dans l'entreprise malgré la descente aux enfers de 2018, et sans garantie de succès.

D'où le discours volontairement optimiste de Claire Williams.

Un commanditaire qu'on découvrira lundi lors de la présentation de la nouvelle voiture. Et cette nouvelle voiture fera ses premiers tours de roue dès le 18 février aux essais d'hiver à Barcelone.

Il y aura deux séances d'essais en Espagne : du 18 au 21 février et du 26 février au 1er mars.

On saura vite de Robert Kubica, qui ne manie pas la langue de bois, si Williams peut espérer revenir dans la bataille pour les points cette saison.

Course automobile

Sports