•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Impact dévoile son nouveau maillot et ses ambitions

Ignacio Piatti de l'Impact de Montréal
Ignacio Piatti de l'Impact de Montréal Photo: 2019 MARC ANDRE DONATO
Antoine Deshaies

À mi-chemin de son camp d'entraînement, l'Impact a quitté la Floride le temps d'un week-end pour venir faire le plein de chaleur humaine à Montréal.

Devant un parterre surchauffé par environ un millier d’amateurs, au M-Telus, les joueurs ont défilé avec leur nouvel uniforme.

Les rayures noires verticales occupent une place prépondérante sur le nouveau maillot bleu du onze montréalais. Il y a une ressemblance certaine avec l’uniforme de l’Inter de Milan, à la différence que le dos montréalais est tout noir.

Evan Bush, Bacary Sagna, Samuel Piette et Ignacio Piatti ont été les joueurs les plus applaudis.

Le nouveau défenseur Zachary Brault-Guillard, 20 ans, était tout sourire à sa sortie de la scène. Il venait de savourer sa première ovation en bleu, blanc et noir.

« C’était la folie, c'est top, a confié l'ancien de l’Olympique Lyonnais prêté à Montréal pour la saison. Franchement, c’était une magnifique ambiance. Ça me motive et ça m'enchante. Je suis comme un gosse devant Disney, je suis tout heureux d'être ici. »

Entrevue avec Zachary Brault-Guillard

Pour Brault-Guillard, c’était un retour aux sources. Il est né en Haïti, mais a été adopté à 6 mois par une famille québécoise. Il a quitté Montréal pour la France à 4 ans, mais n’est jamais revenu. Il a toutefois conservé sa citoyenneté canadienne.

Il luttera avec Sagna, 35 ans, pour le poste de latéral droit.

« Bacary m’a déjà pris sous son aile et m’offre beaucoup de conseils, a expliqué Brault-Guillard. Je suis un latéral assez moderne. Je vais beaucoup vers l’avant. J’ai la capacité de le faire. Défensivement, je suis très dur sur l’homme. Je me sers beaucoup de ma vitesse. »

Gilmore veut plus de spectateurs

Le nouveau président de l’équipe, Kevin Gilmore, a vécu un premier bain de foule dans ses nouvelles fonctions. Il a rappelé à plusieurs reprises qu’il voulait changer la culture de l’équipe et conquérir une plus grande place dans le coeur des amateurs de sports de la métropole.

« Cette équipe représente très bien Montréal, a expliqué Gilmore. Les joueurs proviennent de différents pays et se rassemblent comme une communauté, à l’image de Montréal. Je veux qu'on augmente la passion dans la ville. »

Entrevue avec Kevin Gilmore

Gilmore a répété que son premier objectif était d’augmenter le nombre d’abonnements pour la prochaine saison. Il affirme que l’équipe est sur le point d’atteindre la barre des 10 000, mais vise plutôt la moyenne de la MLS à 13 000.

Il aimerait aussi mieux mettre en marché la personnalité des joueurs, comme le fait la NBA au basketball. Il compte augmenter la présence numérique de l’Impact.

« La visibilité et la personnalité de nos joueurs sont très importantes et c’est ce qui amène les gens au stade, explique Gilmore. On veut partager des parcelles de la vie des joueurs. Les partisans ne veulent pas nécessairement devenir des athlètes professionnels, mais ils veulent savoir que les joueurs sont comme eux dans le fond. »

Il veut d’abord solidifier la base de partisans de la grande région de Montréal avant de s’attaquer au reste de la province.

Rémi Garde évoque le titre

Appelé à répondre à des questions soumises par le public, l’entraîneur-chef Rémi Garde n’a pas caché ses ambitions pour la prochaine année. Il croit que son effectif peut rivaliser pour le titre de la MLS.

« C’est une ligue assez homogène et ce n’est pas comme dans certaines ligues européennes où le titre se joue toujours entre les mêmes quatre ou cinq clubs, illustre Garde. On n’est pas loin d’un titre MLS bien honnêtement. L’équipe est plus ambitieuse et plus confiante que l’an dernier. Ça va prendre le soutien du public. Est-ce que ça suffit pour gagner? »

Entrevue avec Rémi Garde

Prononcée devant la foule, la réponse a généré un tonnerre d’applaudissements. Garde n’a pas été aussi loin devant les micros des caméras, mais il ne cache pas sa satisfaction après deux semaines de camp.

« Le niveau d'homogénéité, de solidarité et d'enthousiasme que je sens dans mon groupe cette année, c'est l'un des meilleurs que j'ai jamais vus. »

Bien sûr, Garde ne dirait pas non à du renfort, surtout en attaque. Il n’a pas voulu s’avancer, mais son sourire voulait tout dire.

Il ne faudrait pas se surprendre que l’Impact annonce dans les prochains jours l’arrivée de l’attaquant de Bologne Orji Okwonkwo.

L’équipe, elle, repart pour la deuxième portion de son camp en Floride, où elle disputera trois matchs préparatoires avant d’ouvrir sa saison le 2 mars à San José.

Le Bleu-blanc-noir jouera ses six premiers matchs sur la route et ne renouera avec son public que le 13 avril.

Soccer

Sports