•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je voulais partir par la grande porte » : Lindsey Vonn termine sa carrière en bronze

Lindsey Vonn tire sa révérence avec une médaille de bronze en descente, sa huitième en carrière en Championnats du monde.

Photo : La Presse canadienne / Marco Trovati

Radio-Canada

L'Américaine Lindsey Vonn gardera un souvenir impérissable de sa dernière compétition. La skieuse aux 82 victoires en Coupe du monde a remporté le bronze, dimanche, à l'épreuve de descente des mondiaux d'Are, en Suède.

La championne du monde en titre, la Slovène Ilka Stuhec, a défendu sa couronne avec brio. Elle a été la première, avec un temps de 1 min 1 s 74/100, à améliorer le chrono de Vonn (1:02,23). La Suisse Corinne Suter, en 1:01,97, s'est logée entre ses deux concurrentes pour s'adjuger l'argent.

Sur une piste tronquée, comme pour la descente masculine de la veille, Stuhec est devenue la première skieuse à conserver un titre mondial en descente depuis la Suisse Maria Walliser, en 1989.

Je suis assez émue, ça va me prendre un peu de temps avant de réaliser. Je suis plus surprise de mon titre qu'il y a deux ans car j'avais fait une super saison à l'époque [...] Partager le podium avec Lindsey Vonn c'est incroyable. C'est la meilleure et une fille super, elle a tout fait, tout gagné, je suis honorée de partager ça avec elle.

Ilka Stuhec

Vonn, handicapée par une douleur tenace à un genou blessé en début de saison, quitte donc le circuit avec huit médailles mondiales, dont deux en or, trois médailles olympiques, dont le premier titre d'une Américaine en descente, en 2010, et son record féminin de 82 victoires en Coupe du monde.

« J'espérais vraiment gagner une médaille ici. Je voulais monter sur le podium une dernière fois. Je ne voulais pas que Cortina [en Italie en janvier] soit ma dernière course. Je voulais partir par la grande porte », a expliqué Vonn.

Elle est devenue par ailleurs la médaillée mondiale la plus âgée, dimanche.

Les favorites se sont faites piéger par une piste qui, en raison du faible temps de course, ne pardonnait aucune erreur. Sofia Goggia, Ramona Siebenhofer, Nicole Schmidhofer ou Ragnhild Mowinckel ont toutes échoué à s'approcher du podium.

Roni Remme, de Collingwood en Ontario, a réalisé le meilleur temps canadien en 1:03,83, ce qui lui a valu le 28e rang.

« À chaque départ, je veux juste absorber tout ce que je peux, a expliqué Remme. J'ai senti que techniquement, ma descente d’aujourd'hui était meilleure. C’était un peu difficile avec la lumière, a-t-elle noté, mais je pense qu'on fait des pas, on progresse. »

Sa compatriote Marie-Michèle Gagnon, de Lac-Etchemin au Québec, a elle aussi été gênée par la lumière, et a terminé l'épreuve en 32e place avec un chrono de 1:04,06.

« On n'a pas eu de chance, c'était comme au super géant. Le soleil s'est caché après les 10-15 premiers dossards, et il y avait moins de visibilité, on ne voyait pas la piste, a réagi Gagnon.

« Mais ce n'est pas une excuse. Pour moi, c'est du millage pour ma carrière de vitesse plus tard », a-t-elle précisé.

Pour ne rien manquer des prochaines compétitions, consultez notre horaire de webdiffusions.

Avec les informations de Agence France-Presse

Ski alpin

Sports