•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eleider Alvarez aura l’occasion de se refaire, mais pas tout de suite

Il sourit à la caméra.
Bernard Barré Photo: Radio-Canada / Jean-François Vachon
Jean-François Chabot

Rencontré dans les bureaux du Groupe Yvon Michel (GYM), Bernard Barré a parlé, mercredi, de la dure défaite d'Eleider Alvarez et de la planche de salut qui s'offre encore à lui.

Le vice-président des opérations et du recrutement pour GYM a admis que la défaite d’Alvarez aux mains de Sergey Kovalev faisait très mal et qu’elle allait bien au-delà de la perte du titre des mi-lourds de la WBO.

« C’est certain que ça fait mal. On pensait avoir atteint l’objectif quand il a ravi la ceinture à Kovalev au mois d’août. Il avait été tellement explosif en lui passant le K.-O. Mais Kovalev est un grand champion. Il s’est ajusté. Les six bons rounds où il a dominé Alvarez dans le premier combat, il les a multipliés par deux avec le résultat que l’on connaît. »

Du coup, le fabuleux contrat pour sept combats à 1 million de dollars chacun sur le réseau ESPN est parti en fumée. Heureusement, Yvon Michel ne met jamais tous ses œufs dans le même panier.

Comme s’il avait prévu le coup, Michel a fait inclure un filet de sécurité, un combat compensatoire au cas où Alvarez perdrait sa ceinture. Ce prochain duel qu’ESPN a accepté de présenter permettrait à Alvarez de se racheter. Avec une victoire convaincante, il se rapprocherait d’un nouveau combat de championnat du monde.

Examen de conscience

On mesure donc l’ampleur du recul qu’a subi le Colombien avec cette défaite. Mais Barré demeure optimiste.

« C’est sa première défaite. Il avait gagné ses 24 premiers combats. Il est bien entouré par un bon groupe d’entraîneurs dirigés par Marc Ramsay. Tout ce monde-là va se rasseoir ensemble pour dresser un portrait de la situation. »

Barré pense que chacun doit faire son mea culpa. Pour lui, il est essentiel de comprendre ce qui s’est passé, là où il y a eu un manquement, et revoir comment les choses auraient dû se passer afin de réorienter la préparation d’Alvarez.

À 34 ans, Eleider Alvarez est encore très jeune pour un mi-lourd. On va le revoir pendant plusieurs années. Il reste que la défaite lui a donné un dur coup ainsi qu’à ses partisans.

Bernard Barré

Déjà, le nom d’Olexandr Gvozdyk circule. Mais ce dernier va d’abord défendre la ceinture du WBC qu’il a ravie à Adonis Stevenson le 1er décembre.

Cette première défense est prévue pour le 30 mars à Philadelphie. Ce n’est qu’ensuite qu’Alvarez pourrait apparaître sur la liste de Gvozdyk.

« C’est sûrement un combat que les amateurs aimeraient voir et que le groupe de Marc Ramsay aimerait bien. C’est sûr que l’idée de retourner en championnat du monde est intéressante, surtout maintenant que Gvozdyk est connu au Québec », a admis Barré.

Eleider Alvarez et Marc RamsayEleider Alvarez et Marc Ramsay Photo : Radio-Canada / Jean-François Chabot

Barré a ajouté qu'un affrontement Alvarez-Gvozdyk « risque de se produire d'ici les deux prochaines années, si tout va bien ». Il faudra donc s'armer de patience.

« On est toujours aussi bon que notre dernier combat, et le dernier d’Alvarez a fait mal », a renchéri Barré.

Et Kovalev lui?

Et pourquoi pas un troisième affrontement contre Kovalev pour compléter la trilogie?

Parce que Kovalev ne vise rien de moins qu’un combat d’unification. Plutôt qu'Alvarez, c'est son compatriote et Québécois d’adoption Artur Beterbiev, champion de l'IBF, que le clan Kovalev a dans sa ligne de mire.

« Dans les rangs amateurs à l’époque où les deux boxaient pour la Russie, Beterviev a vaincu Kovalev à deux reprises pour lui mettre des bâtons dans les roues. Du coup, Beterbiev est allé deux fois aux Jeux olympiques, tandis que Kovalev en a été exclu. Kovalev n’aimerait rien de mieux que de s’offrir une revanche », a conclu Barré.

Comme les frères sont maintenant sous la bannière ESPN, la présentation de ce duel pourrait en être grandement facilitée.

Alvarez, lui, sera en coulisses à patienter comme il l’a déjà fait durant plus de deux ans pendant qu’il détenait un statut d’aspirant obligatoire.

Boxe

Sports