•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Rocket de Laval, la rampe de lancement d'Alex Belzile

Alex Belzile, du Rocket de Laval, savoure le moment et croit encore à son rêve de jouer dans la LNH

Photo : Radio-Canada / Alain Éthier

Jean-François Chabot

L'attaquant du Rocket de Laval Alex Belzile est un exemple de persévérance. À 27 ans, il pourchasse toujours son rêve de gamin de jouer dans la Ligue nationale.

À l’instar de Martin Saint-Louis, Belzile n’a jamais été repêché par une équipe de la LNH.

Il est premier pour les points au sein du club-école du Canadien. Il en a 35 en 47 matchs. Il y a un peu plus de deux ans, il n’était utilisé qu’un match sur deux par les Komets de Fort Wayne, équipe affiliée à l’Avalanche du Colorado au sein de la Ligue de la côte est (ECHL).

Si vous lui aviez alors dit qu’il participerait, deux ans plus tard, au match des étoiles de la Ligue américaine, Alex Belzile ne vous aurait pas cru.

« J’aurais sûrement éclaté de rire en vous invitant à délirer tout seul. Je ne vous aurais sûrement pas pris au sérieux. J’aurais pris cela comme une forme de taquinerie. Peu importe. Certains ont des parcours plus faciles. Mais avec la bonne attitude, les bonnes choses peuvent arriver », indique Belzile, qui était l’unique représentant du Rocket à ce rendez-vous les 27 et 28 janvier, à Springfield, au Massachusetts.

Rencontré dans une école primaire de Laval à l’occasion du lancement du programme du Rocket Le plaisir de lire, Belzile a parlé du moment où il a senti que le vent tournait en sa faveur. Il jouait alors avec le club-école de l’Avalanche.

L’an dernier, après les Fêtes à San Antonio, l’équipe avait beaucoup de blessés. Ça m’a donné l’occasion de jouer des grosses minutes en attaque. Ma confiance est revenue à partir de ce moment-là. La confiance est un élément majeur au hockey. Ça permet de montrer de quoi on est capable.

Alex Belzile

Ses présents succès ont donné un nouveau souffle à son rêve de jouer dans la LNH. Il a eu droit à un avant-goût en disputant un match préparatoire, il y a quatre ans, avec l’Avalanche.

« Mon objectif reste de jouer dans la LNH, dit-il. Peu importe l’âge, je sais qu’il y a des parcours plus faciles que d’autres. Je crois encore en mon développement. Je sais que je n’ai pas encore atteint mon apogée. Ça m’encourage. Ça me prouve que ce que j’ai fait ces dernières années commence à payer et que le meilleur est à venir. »

Le natif de Saint-Éloi, au Bas-Saint-Laurent, reconnaît sans retenue que le fait de jouer plus près de la maison est motivant.

« C’est sûr que c’est un avantage, explique-t-il. Je suis près de ma famille et de mes amis. On parle beaucoup plus de hockey ici. C’est différent de San Antonio, là où j’étais au Texas, où l’on ne s’intéresse pas beaucoup au hockey. »

« J’aime le côté passionné. J’ai eu la chance de jouer devant mes proches dans les rangs juniors [avec l’Océanic de Rimouski, NDLR]. C’est un peu la même chose ici à Laval. C’est un de mes rêves de jouer à la maison dans un très bon calibre de hockey », poursuit celui qui se retrouve dans un trio avec Daniel Audette et Jake Evans.

Alex Belzile déjoue le gardien Jean-François Bérubé, des Monsters de Cleveland, dans un match disputé à Laval, le 18 janvier dernier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alex Belzile déjoue le gardien Jean-François Bérubé, des Monsters de Cleveland, dans un match disputé à Laval, le 18 janvier dernier.

Photo : Getty Images / Icon Sportswire

Objectif Montréal?

Alex Belzile reconnaît qu’on lui parle souvent de la possibilité qu’il puisse un jour porter l'uniforme du CH. Une perspective réelle à laquelle il n’accorde pas beaucoup d’importance en ce moment.

Ma famille et mes amis parlent de ça entre eux. Quand ils m’en parlent, je leur dis la même chose, que je n’ai pas de contrôle là-dessus. Si ça doit arriver, ça va arriver. J’essaie juste d’en profiter cette année. On a une bonne saison. Je joue chaque match comme si c’était mon dernier.

Alex Belzile

« C’est un long processus, ajoute le no 22 et capitaine adjoint du Rocket. En tenant compte de mon parcours, mon passage dans l'East Coast League, je ne peux pas m’asseoir sur mes succès actuels. Je me suis toujours battu pour un poste, pour rester dans la Ligue américaine. Ça fait partie de ma personnalité et de mon style de jeu. »

Ce qui préoccupe Belzile en ce moment est d’aider son équipe.

« L’objectif est très clair. On veut faire les séries éliminatoires. Pas beaucoup de gens nous voyaient là au début de la saison. On est en plein dans la course. Même si on a une équipe très jeune, on est encore là et on n’arrête pas de surprendre. »

Qui sait si Belzile pourra lui aussi surprendre en forçant la main de Marc Bergevin de lui offrir un contrat de la LNH pour la prochaine saison?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports