•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patriots et Rams à la chasse aux records

Le trophée Vince-Lombardi

Le trophée Vince-Lombardi

Photo : Getty Images / Ronald Martinez

Agence France-Presse

Tom Brady, le gagnant en série des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, ou Sean McVay, l'entraîneur prodige des inattendus Rams de Los Angeles : qui sera le héros du Super Bowl, dimanche à Atlanta?

C'est l'événement sportif, plus encore que la finale de la NBA, de la Coupe Stanley ou la Série mondiale du baseball, que tous les Américains, ou presque, ne rateraient sous aucun prétexte, un spectacle démesuré avec son lot de controverses qui sera encore suivi par plus de 100 millions d’auditeurs américains.

Mission accomplie pour le traditionnel spectacle de la mi-temps où ont chanté les plus grands, de Madonna à Michael Jackson, en passant par les Rolling Stones : le groupe Maroon 5 a accepté d'en être la tête d'affiche, contrairement à d'autres vedettes qui ont voulu protester contre le sort réservé par la NFL au joueur Colin Kaepernick, sans équipe depuis qu'il a lancé un mouvement de protestation contre les violences policières.

La politique, ou toute forme d'hostilité envers Trump, ne devrait pas s'inviter durant cette prestation ou même dans les spots publicitaires diffusés pendant la rencontre et monnayés à prix d'or (5,24 millions de dollars américains pour un bloc de 30 secondes).

Le président américain a évoqué le Super Bowl dans une entrevue diffusée dimanche matin sur CBS pour avouer qu'il était soulagé de voir son fils cadet, Barron, jouer au soccer, plutôt qu'au football américain, « un sport dangereux ».

Sur le terrain, Brady et ses Patriots, fidèles à ce rendez-vous pour la troisième année de suite, sont favoris des preneurs aux livres face aux Rams, qui n'ont qu'un seul titre à leur palmarès.

Dans le stade Mercedes-Benz, aux lignes futuristes, 75 000 spectateurs qui ont déboursé en moyenne 7000 $ US, sont assurés de voir tomber un, voire plusieurs records.

Le quart Tom Brady célèbre la victoire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre en prolongation face aux Chiefs de Kansas City.

Le quart Tom Brady célèbre la victoire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre en prolongation face aux Chiefs de Kansas City.

Photo : Getty Images / Ronald Martinez

Brady peut conduire les Patriots à un sixième sacre, ce qui ferait de la franchise de la région de Boston l'équipe la plus titrée de l'histoire, à égalité avec Pittsburgh.

Le quart-arrière à la gueule d'ange, époux à la ville de l'ancienne mannequin Gisele Bündchen, deviendrait, en cas de succès à 41 ans, le doyen des vainqueurs du Super Bowl et surtout le joueur le plus titré.

Brady disputera son neuvième match ultime, plus que chacune des autres équipes de la NFL à part la Nouvelle-Angleterre (11). Il a remporté quatre fois le trophée de meilleur joueur du Super Bowl. Il a inscrit 18 passes de touché à ses huit précédentes finales.

Dix-sept ans après avoir soulevé pour la première fois le trophée Vince-Lombardi, lors d'une finale remportée sur le fil 20-17 face aux Rams (qui étaient encore basés à Saint Louis), Brady est plus motivé que jamais.

« Se qualifier pour le Super Bowl, c'est difficile. Le gagner, c'est difficile. Je suis conscient de la chance que j'ai de me retrouver à nouveau dans cette situation, car on ne sait jamais si on en disputera un autre », a rappelé Brady, dont l'équipe avait perdu la finale 41-33 contre Philadelphie l'an dernier.

Et ce n'est pas fini, puisqu’à son âge canonique dans un sport aussi traumatisant que le football américain, Brady ne rangera pas définitivement son casque dimanche soir.

Quand je ne jouerai plus bien, je passerai à autre chose [...] mais en attendant, je vais continuer à jouer, à m'amuser et à essayer de gagner des matchs.

Tom Brady
Le quart Jared Goff des Rams de Los Angeles durant le match face aux Packers de Green Bay

Le quart Jared Goff des Rams de Los Angeles durant le match face aux Packers de Green Bay

Photo : Getty Images / John McCoy

Pour faire chuter ce monument, les Rams disposent d'une défense intraitable, avec Aqib Talib, un demi de coin passé par les Patriots (2012-2013), et l'imposant Aaron Donald (1,85 m pour 129 kg), élu samedi meilleur joueur défensif de la NFL.

Ils ont aussi un quart-arrière de 24 ans, Jared Goff, qui a déjà permis à son équipe de marquer 32 touchés, et l'insaisissable porteur de ballon Todd Gurley.

Mais l'atout maître des Rams est au bord du terrain : c'est l'entraîneur Sean McVay, 33 ans, soit... 33 de moins que son vis-à-vis, le très respecté Bill Belichick.

McVay avait 30 ans quand il a pris la direction des Rams et peut devenir le plus jeune entraîneur-chef à remporter le Super Bowl.

Il a transformé en deux saisons une équipe privée des éliminatoires entre 2005 et 2016 en redoutable machine à gagner.

« Dans le football américain, ce qui est spécial, c'est de faire partie de quelque chose qui est plus grand que soi, la vedette de l'équipe, c'est l'équipe », a-t-il rappelé.

Les Rams sont déjà assurés de rentrer dans l'histoire du Super Bowl, grâce à Quinton Peron et à Napoleon Jinnies, deux meneurs de claque qui ont intégré cette saison leur troupe de danseuses et assureront l'animation le long du terrain, du jamais vu en NFL.

Football

Sports