•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Kevin Gilmore et l’Impact : le mariage réussira-t-il?

Le nouveau président de l'Impact de Montréal Kevin Gilmore

Le nouveau président de l'Impact Kevin Gilmore

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Martin Leclerc

Dans le petit univers montréalais des spécialistes en partenariats commerciaux et en ventes de billets, il semble que les paris soient déjà pris. Kevin Gilmore, spécule-t-on, ne restera pas deux ans à la tête de l'Impact de Montréal...

Mon interlocuteur connaît en détail les rouages de l’organisation ainsi que le paysage commercial et sportif montréalais. Il s’empresse d’ajouter que tout le monde dans le milieu souhaite sincèrement voir le nouveau président de l’Impact connaître du succès et solidifier la place de l’équipe de soccer dans la communauté.

« La question est toutefois de savoir si on va donner à Gilmore les moyens nécessaires pour réussir », explique-t-il.

En octobre dernier, Joey Saputo avait dressé un portrait peu reluisant de la situation financière de l’Impact. L’équipe, déplorait-il, perd quelque 12 millions par saison. Les objectifs de revenus, tant du côté des ventes aux entreprises que des ventes d’abonnements de saison, ne sont pas atteints. Avec quelque 9000 détenteurs d'abonnements, elle se situe d’ailleurs très loin de la moyenne de la MLS, qui s’élève à 13 500.

***

« Il y a une culture de petite organisation, qui date de l’époque où l’équipe jouait encore au complexe sportif Claude-Robillard, qui est encore très ancrée dans l’Impact. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer l’organigramme administratif de l’Impact avec ceux des autres organisations de la MLS », indique le spécialiste.

Vérification faite, il est vrai que le Bleu-blanc-noir travaille avec des moyens limités. Grosso modo, le secteur administratif de l’organisation regroupe un peu plus d’une cinquantaine de personnes, dont près de la moitié ont pour responsabilité de faire du marketing, de générer des ventes de billets ou de créer des partenariats commerciaux. À titre comparatif, une organisation comme le Sporting de Kansas City emploie quelque 120 personnes, dont plus de 60 ont pour mandat de générer des revenus.

Joey SaputoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joey Saputo

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

« Il y a quelques années, Joey Saputo s’est présenté dans une réunion en fixant aux employés de l’Impact un objectif ambitieux. Il voulait plusieurs milliers d’abonnements de saison supplémentaires. Mais quand le vice-président responsable des ventes a embauché deux vendeurs de plus pour mieux livrer la marchandise, il s’est fait réprimander.

« Les billets, ça ne se vend pas tout seul. Ça prend des gens qui sont actifs au téléphone pour solliciter des clients potentiels. Et généralement, les vendeurs paient largement leur salaire. Ils sont rémunérés par commission. Malheureusement, dans le passé, les ventes, le marketing et le suivi des relations avec les partenaires d’entreprise n’ont pas été jugés aussi importants que ce qui se déroulait sur le terrain », met-on en contexte.

Au fil des ans, quelques vice-présidents talentueux, spécifiquement embauchés dans le but d’aider l’Impact à faire croître sa colonne des revenus, ont quitté leur poste en moins d’une année.

***

Dans les bureaux de l’Impact, il semble que la nomination de Kevin Gilmore ait surpris beaucoup de monde au cours de la dernière semaine. Ce n’était toutefois pas la première fois que Joey Saputo entreprenait des démarches pour doter son équipe d’un véritable administrateur d’organisation sportive.

En 2015, le propriétaire avait courtisé Bill Manning. Ce dernier avait précédemment réalisé des petits miracles durant ses huit années aux commandes du Real Salt Lake. Sur les plans administratif et sportif (notamment un championnat en 2009 et une finale en 2013), le RSL était un modèle à suivre pour toutes les organisations de la MLS. Le curriculum vitae de Manning souligne d’ailleurs que les abonnements saisonniers et les ventes aux entreprises du Real Salt Lake avaient triplé durant son mandat.

Quelques semaines après avoir été vu dans la loge de Saputo à Montréal, Manning est toutefois devenu président du Toronto FC. Cette organisation a rapidement connu du succès par la suite.

Quatre ans plus tard, Kevin Gilmore arrive en poste. Aura-t-il le même genre d’ascendant sur la destinée de l’Impact?

Du côté du Canadien, ses anciens collègues présentent Gilmore comme un administrateur compétent, rigoureux et fonceur.

« C’est un gars qui brasse et dont le côté fort ne se situe peut-être pas du côté des relations humaines. Mais c’est un type brillant et ses compétences ne font aucun doute », indique l’un de ses ex-collègues au CH.

« J’ai entendu la même chose au sujet de Gilmore », renchérit l’expert mentionné au début de cette chronique.

« Mais gardons en tête qu’il aura une vieille culture organisationnelle à changer. Aussi, Kevin Gilmore a travaillé au sein des Mighty Ducks et des Angels d’Anaheim ainsi qu’au Canadien. On présume qu’il avait à sa disposition des moyens pour réaliser des projets. Si on ne lui donne pas les outils pour travailler, il ne réussira pas. »

C’est le début d’une nouvelle ère à l’Impact de Montréal. Et elle s’annonce extrêmement intéressante.

Soccer

Sports