•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alex Galchenyuk garde Montréal dans son cœur

Alex Galchenyuk s'est livré de façon candide aux nombreux représentants de la presse sportive montréalaise
Alex Galchenyuk s'est livré de façon candide aux nombreux représentants de la presse sportive montréalaise Photo: Radio-Canada / Luc St-Pierre
Jean-François Chabot

De l'aveu même d'Alex Galchenyuk, il n'oubliera jamais ses années passées à Montréal avec le Canadien.

En l’absence d’une séance d’entraînement matinale annulée parce que son équipe est arrivée tard d’Ottawa mardi soir, « Chucky » a rencontré les journalistes dans un chic hôtel du centre-ville où logent les Coyotes de l'Arizona en attendant le match en soirée au Centre Bell.

L'attaquant vivra une première rencontre à Montréal en tant que membre de l’équipe visiteuse. S’il admet que ce sera un moment spécial pour lui, il n’appréhende pas la réaction de la foule.

Je suis très content d’être de retour à Montréal, la ville où j’ai passé mes six premières saisons. J’ai hâte que le match commence. La foule ici est toujours passionnée. Les partisans ont été bons pour moi. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre, mais ce sera très émouvant pour moi.

Alex Galchenyuk

Interrogé à savoir s’il allait se sentir moins nerveux parce qu’il avait déjà affronté le Tricolore en Arizona un peu avant Noël, Galchenyuk a reconnu que le sentiment sera moins étrange.

« Ce sera sûrement un peu moins bizarre cette fois-ci. La première fois était spéciale, mais aujourd’hui c’est juste un autre match sur la route. Ça reste particulier parce que ça se passera au Centre Bell. »

Un peu de nostalgie

Galchenyuk n’a pas nié que de nombreux bons souvenirs lui remonteront en mémoire au moment où il sautera sur la glace.

« Il y a tellement de choses qui se sont passées ici, comme mon premier but, mes buts gagnants en prolongation, les victoires, les matchs de séries… La liste est longue », a-t-il admis les yeux un peu humides.

Mardi, après l’entraînement du CH, Brendan Gallagher a reconnu qu’il se réjouissait de la bonne séquence de son ami et ex-coéquipier.

Galchenyuk , qui y est allé de 4 buts et 8 passes à ses 14 derniers matchs, a parlé des contacts qu’il a avec Gallagher et avec plusieurs anciens coéquipiers.

« Nous gardons le contact, on échange des messages texte de temps à autre. Je le félicite quand il connaît un bon match et il fait de même avec moi. »

Une chose dont Galchenyuk ne s'ennuie pas est l’omniprésence médiatique entourant la couverture du hockey. Interrogé sur la question, il a d’abord esquissé un sourire timide avant de parler librement.

C’est évidemment un peu différent en Arizona. Je suis content d’être ici devant vous aujourd’hui, mais je n’ai pas à le faire 200 jours par année là-bas. Je suis heureux en Arizona. C’est un nouveau départ pour moi avec une équipe encore très jeune. Nous jouons du bon hockey en ce moment.

Alex Galchenyuk

Invité à commenter les similitudes entre ce qu’il a vécu à 18 ans comme choix de premier tour avec l’expérience que connaît Jesperi Kotkaniemi cette année, Galchenyuk a eu ce simple conseil.

« Amuse-toi. Sois toi-même. Joue à ta façon au meilleur de tes habiletés. Ne lis pas trop! Plekanec disait qu'on n’est jamais aussi bon ni aussi mauvais que les médias le disent. Je pense qu’il y a un peu de vérité là-dedans. »

Hockey

Sports