•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de relâche avant la relâche pour le Tricolore

Gros plan de Carey Price

Carey Price

Photo : Getty Images / Ethan Miller

Radio-Canada

Un seul match sépare les joueurs du Canadien de Montréal d'une longue semaine de congé.

La rencontre face aux Coyotes (22-22-4) sera la dernière du CH (27-18-5) avant la pause du match des étoiles, jumelée cette année à la semaine de relâche de l'équipe.

« C’est sûr qu’il y a un petit danger de relâchement, mais il n’y a aucune raison que ça nous arrive, a analysé Phillip Danault. On a la chance de grimper au 2e rang de notre division ce soir et c’est tout ce qui compte pour nous. La pause va faire du bien, mais ce n’est pas avant 23 h 30. »

« On n’est pas la seule équipe qui tombe en vacances, a ajouté Claude Julien. Les Coyotes sont dans la même situation que nous. On doit montrer notre maturité. »

Les joueurs du Tricolore seront de retour à l’entraînement seulement le jeudi 31 janvier et disputeront leur prochain match le 2 février, pour la première de deux confrontations en après-midi durant la fin de semaine du Super Bowl.

Le Canadien affrontera les Devils du New Jersey le 2 et les Oilers d’Edmonton le lendemain.

« Ce sera la plus longue pause en saison de ma carrière, a dit le Slovaque Tomas Tatar. Ça fera du bien pour panser nos plaies, mais l’arrêt ne survient peut-être pas au meilleur moment parce que nous avons du succès. »

L'entraîneur-chef a admis qu’il n’arrivera pas à décrocher complètement pendant le long congé.

« On va essayer de prendre du repos durant la fin de semaine du match des étoiles, mais un entraîneur ne peut pas vraiment prendre de pause durant la saison, explique-t-il. Certaines équipes vont jouer la semaine prochaine. »

Julien apportera un seul changement mineur à sa formation. Kenny Agostino cédera le flanc gauche du quatrième trio à Matthew Peca. Les autres unités n’ont pas été modifiées.

Carey Price sera devant le filet contre l’Arizona. Compte tenu de son refus de participer au match des étoiles, en fin de semaine à San José, il sera suspendu pour le match contre les Devils comme le stipule le règlement de la LNH.

Le match contre les Coyotes marquera aussi le retour à Montréal d’Alex Galchenyuk, échangé l’été dernier. L'attaquant n’a qu’un point, un but, à ses cinq derniers matchs.

Des Coyotes revigorés

Les Coyotes ne sont pas une proie facile ces temps-ci. La troupe de l’Arizona affiche un bilan de 6-2-2 à ses 10 derniers matchs et vient d'enregistrer une victoire à Toronto, dimanche, et une autre à Ottawa, mardi.

La nouvelle équipe d’Alex Galchenyuk n’est qu’à deux points du dernier rang donnant accès au tableau éliminatoire dans l’Association de l’Ouest.

« Sans égard au classement, les Coyotes travaillent fort, jouent bien et le font avec confiance, a analysé Julien. C’est une équipe jeune et dangereuse. Nos joueurs le savent et on se prépare comme si l’on affrontait une équipe de première place. »

Le gardien format géant des visiteurs, Darcy Kuemper, connaît une séquence impressionnante. Il a remporté quatre de ses cinq derniers départs et n’a pas subi la défaite en temps réglementaire depuis la nouvelle année.

Au cours de la séquence, il a toujours limité l’adversaire à trois buts ou moins.

Lors du premier duel de la saison entre les deux équipes, au mois de décembre en Arizona, Montréal l’avait emporté 2-1 grâce à 36 arrêts de Price. Le gardien montréalais avait d’ailleurs atteint le plateau des 300 victoires dans la LNH ce soir-là.

Le Bleu-blanc-rouge avait aussi marqué l’un de ses deux buts en supériorité numérique, encore le principal sujet de conversation dans le vestiaire.

« On a des bons joueurs, il faut simplement que ça débloque, estime Philippe Danault. On doit travailler plus fort. On a le talent, mais sans confiance, c’est dur d’obtenir de bons résultats. »

Rien pour aider la cause de l’attaque massive montréalaise, les Coyotes présentent le meilleur taux d’efficacité de la LNH en désavantage numérique à 87,4 %.

Hockey

Sports