•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'espoir s'amenuise pour retrouver l'avion qui transportait Emiliano Sala

Emiliano Sala au moment de l'annonce de son transfert de Nantes vers Cardiff
Emiliano Sala au moment de l'annonce de son transfert de Nantes vers Cardiff Photo: Getty Images / Cardiff City FC
Agence France-Presse

Tout espoir de retrouver le footballeur argentin Emiliano Sala et son pilote vivants semblait perdu mercredi soir, deux jours après leur disparition au cours du vol qui les menait de Nantes à Cardiff.

« Après des recherches intensives mobilisant plusieurs avions et un navire de sauvetage ces neuf dernières heures, nous n'avons trouvé aucune trace de l'avion disparu », a annoncé peu après 12 h (HNE) la police de l'île anglo-normande de Guernesey, qui coordonne les opérations, sur son compte Twitter.

« Avec le déclin de la lumière, les recherches vont être suspendues pour la nuit, a-t-elle ajouté. La décision de les reprendre ou non sera prise tôt demain matin. »

Les autorités de Guernesey ont également annoncé le nom du pilote disparu. Il s'agit de David Ibbotson, originaire du nord de l'Angleterre.

En début de journée, les enquêteurs privilégiaient encore l'hypothèse que le footballeur et David Ibbotson avaient pu se réfugier sur le canot de sauvetage qui était dans leur appareil. Mais leurs déclarations ne laissaient plus vraiment d'espoir en fin de journée.

« S'il y avait quelque chose à trouver, je pense, comme nous étions sur place très rapidement, que nous aurions dû le trouver. Je ne suis pas sûr qu'il y ait quelque chose là-bas », a déclaré à l'AFP John Fitzgerald, le responsable du service de secours Channel Island Air Search.

« L'eau est très froide en ce moment, la mer est agitée et le vent est fort. Même pour les personnes les plus endurcies, il faut être très résistant pour survivre aussi longtemps dans ces conditions. »

Mardi, les enquêteurs avaient trouvé des débris flottant dans l'eau, sans pouvoir dire s'ils venaient de l'avion disparu.

« Deux avions décollent et nous concentrerons nos recherches sur une zone précise où, selon nous, nous avons la plus haute probabilité de trouver quelque chose, en nous basant sur l'étude des marées et de la météo depuis la disparition de l'avion », a tweeté la police vers 2 h 30 (HNE).

L'attaquant de 28 ans avait envoyé un message vocal à des proches grâce à la messagerie WhatsApp dans lequel il s'inquiétait de l'état de l'avion. Ses paroles, révélées mardi soir par le quotidien sportif argentin Olé, apparaissent rétrospectivement glaçantes, mais sont prononcées sur un ton assez calme, et ponctuées de bâillements.

« Je suis dans l'avion, on dirait qu'il va tomber en morceaux, et je pars pour Cardiff », dit Sala.

« Si dans une heure et demie vous n'avez plus de nouvelles de moi, je ne sais pas si on va envoyer des gens pour me rechercher, parce qu'on ne va pas me trouver, sachez-le. Oh là là, qu'est-ce que j'ai peur! », ajoute-t-il, sur un fond sonore évoquant celui d'un aéronef.

Sans nouvelles depuis lundi

Le monomoteur Piper PA-46 Malibu emprunté par le joueur, effectuant le trajet Nantes-Cardiff, a disparu des radars lundi vers 15 h 20 (HNE), à une vingtaine de kilomètres au nord de l'île anglo-normande de Guernesey.

Le contrôle aérien de l'île voisine de Jersey avait précisé lundi soir que l'avion et ses deux occupants, qui volaient dans un premier temps à 5000 pieds, avaient demandé à descendre et évoluaient à 2300 pieds avant d'échapper aux radars.

Les recherches, entamées lundi soir, ont duré 15 heures et couvert près de 3000 kilomètres carrés, selon la police.

S'il est tombé, « l'avion se serait brisé, auquel cas il n'y a pas d'espoir », indiquait mardi soir à l'AFP John Fitzgerald, directeur général de l'agence de secours maritimes Channel Islands Airsearch. De plus, « la température de l'eau est si froide en ce moment que si les passagers se trouvaient dans l'eau, le froid les aurait maintenant gravement affectés ».

L'espoir s'estompe

« Les heures passent et je ne sais rien, cela me fait penser au pire », a déclaré, désespéré, le père du joueur, Horacio, mardi soir.

À Nantes, club que Sala venait de quitter pour s'engager avec Cardiff, formation galloise évoluant dans la prestigieuse Premier League, des centaines de personnes ont déposé des fleurs en hommage à leur meilleur buteur, auteur de 12 buts en championnat en une demi-saison.

À Cardiff, l'émotion était également immense trois jours après l'arrivée du joueur pour un montant estimé par la presse à 17 millions d'euros (25,7 millions $ CA), un record pour ce club.

Le directeur du club, Ken Cho, s'est dit choqué. Un supporteur, Josh Thomas, s'est lui lamenté en marge d'un autre rassemblement de partisans. « Il était non seulement notre transfert record, mais aussi celui qui allait retourner la situation et marquer les buts nous permettant de nous maintenir en Premier League. »

Le 16e de finale de Coupe de France des Nantais contre l'Entente SSG (3e division), prévu mercredi, a été reporté à dimanche, et le foot français a communié mardi avec de nombreux messages de soutien d'équipes et d'acteurs du jeu.

« Je prie pour Emiliano et sa famille », a mentionné son ancien entraîneur à Nantes, Claudio Ranieri.

Lundi, Sala était revenu à Nantes prendre ses dernières affaires avant de rejoindre Cardiff définitivement. Il avait publié une photo de lui entouré de ses ex-coéquipiers, souriant comme toujours.

Soccer

Sports