•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martin St-Louis embauché par les Blue Jackets

John Tortorella et Martin St-Louis discutent lors d'un entraînement pendant la finale de la Coupe Stanley en 2004, entre le Lightning de Tampa Bay et les Flames de Calgary.
John Tortorella et Martin St-Louis ont gagné ensemble la Coupe Stanley en 2004. Photo: Associated Press / GENE J. PUSKAR

Martin St-Louis revient lundi dans le giron de la Ligue nationale de hockey.

Le Québécois de 43 ans, intronisé au Temple de la renommée en novembre, a été embauché par les Blue Jackets de Columbus à titre de consultant pour les unités spéciales.

« J'ai beaucoup joué en avantage numérique, de différentes façons, à différentes positions. J'ai l'expérience et l'expertise, alors je pense que je peux les aider », a-t-il affirmé à Radio-Canada Sports.

« Je peux les aider collectivement, mais aussi individuellement. Leur dire quel joueur peut jouer où. La lecture du jeu est primordiale. Il y a une grosse différence entre une chance de marquer et un tir au but », a-t-il ajouté.

En 16 saisons dans la LNH, l’ailier québécois a marqué 101 buts en avantage numérique.

St-Louis retrouvera avec les Blue Jackets un visage qu’il connaît bien : l’entraîneur-chef John Tortorella. Ils ont gagné ensemble la Coupe Stanley en 2004.

Tortorella et son ancien joueur se sont d’ailleurs retrouvés avec les Rangers de New York.

« John Tortorella et moi sommes quand même assez proches. C'est lui qui m'a appelé. J'apprécie la chance qu'il me donne. Il savait que ce serait une proposition qui marcherait autant pour moi que pour l'équipe. »

Les Jackets ont besoin d’un coup de main en avantage numérique. Leur unité arrive au 28e rang dans la LNH avec un pourcentage d’efficacité de 14,6 %.

Depuis qu'il a pris sa retraite en 2015, Martin St-Louis a été approché par plusieurs équipes professionnelles. S'il se voit un jour occuper un emploi à temps plein avec une équipe de la LNH, il n'est pas prêt à remplir une telle tâche pour le moment.

« Avec les Blue Jackets, mon rôle va peut-être évoluer, mais ils savent où je suis présentement dans ma vie. Je suis l'entraîneur de mes enfants. Ce n'est pas comme si j'allais être là tous les jours. Je vais aller parfois à Columbus, mais je serai capable de gérer le tout à distance. Ce n'est pas un rôle qui va me priver de mes enfants », a-t-il expliqué.

Hockey

Sports