•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racing Point a souffert pour adapter sa voiture aux nouvelles règles

Lance Stroll à Abou Dhabi
Lance Stroll à Abou Dhabi Photo: Racing Point / James Moy Photography
Radio-Canada

Le directeur technique de l'équipe Racing Point, Andy Green, admet avoir souffert pour adapter la voiture de 2019 aux nouveaux règlements techniques, imposés par la FIA pour améliorer le spectacle.

Les équipes de F1 ont eu à composer avec deux vagues de changements techniques dans la dernière décennie. Après la vague de 2014 pour avoir un meilleur rendement énergétique et celle de 2017 pour aller plus vite. Voici la troisième qui déferlera sur la saison 2019 pour stimuler les dépassements, cette fois.

Les voitures changeront un peu d'apparence avec un aileron avant simplifié, des dérives latérales rectilignes, des déflecteurs latéraux rabaissés, des écopes de freins sans appendice aérodynamique et un aileron arrière élargi et rehaussé.

À cela s'ajoute la hausse de la limite de carburant embarqué de 105 kg à 110 kg.

On voit le museau de la voiture en gros plan.En 2018, Racing Point a pu essayer l'aileron avant de 2019, avec les dérives rectilignes. Photo : You Tube

Pour y arriver, le responsable du sport dans la nouvelle équipe de direction de Liberty Media, le Britannique Ross Brawn, s'est entouré d'une équipe d'ingénieurs qui ont utilisé des approches expérimentales de recherche. Cela n’avait jamais été fait à cette échelle.

L'ancien directeur technique de l'équipe Williams Pat Symonds a dirigé les travaux en collaboration avec la FIA et les huit équipes qui possèdent les meilleures installations de CFD (mécanique des fluides numériques).

Malgré cet effort collectif, les résultats des simulations ont dérouté les équipes durant l'hiver. Ainsi, du côté de Racing Point, il a fallu surmonter le choc initial.

« Quand on a mis la voiture en soufflerie, on était plus lents de quelques secondes, mais la voiture n'était plus du tout équilibrée », a expliqué Andy Green à motorsports.com.

« C'est ce qui pouvait arriver de pire. Alors, nous avons comme tout le monde essayé de compenser au maximum les effets négatifs de cette nouvelle réglementation. »

Heureusement qu'avec l'arrivée du nouveau consortium dirigé par Lawrence Stroll, l'équipe a plus de ressources pour s'ajuster.

« Je ne sais pas si l'ancienne équipe Force India aurait pu s'en sortir, s'est demandé M. Green. Le développement en cours de saison sera essentiel. Nous avons maintenant les ressources pour le faire. »

Lance Stroll dans le garage de l'équipe Racing Point à Abou DhabiLance Stroll Photo : Racing Point Racing / James Moy Photography

C'est ce qu'attend Lance Stroll avec impatience, après une saison 2018 à faire du sur place dans la Williams, en raison des carences fondamentales de la FW41.

Ce qui n'était pas le cas de la VJM11 de l'équipe Force India/Racing Point, qui a permis aux pilotes Sergio Pérez et Esteban Ocon d'entrer 15 fois sur 21 dans les points.

Quant au but premier de ces changements techniques, Andy Green ne sait pas encore si la F1 atteindra son but.

« Je pense que les pilotes vont continuer à souffrir en s'approchant d'une auto. Peut-être que je me trompe, et j'espère que ça marchera. Mais à la vue des premières analyses, ça changera peu de choses », a-t-il conclu.

Esteban Ocon (à gauche) attaque Sebastian Vettel (en rouge), tandis que Sergio Pérez (à droite) attaque Lewis Hamilton (en gris) sur le circuit de Spa-Francorchamps.Esteban Ocon (Racing Point, à gauche) Sebastian Vettel (Ferrari), Lewis Hamilton (Mercedes-Benz) et Sergio Pérez (à droite) sur le circuit de Spa-Francorchamps Photo : Getty Images / Dan Mullan

Course automobile

Sports