•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le seul grand maître japonais du sumo, Kisenosato Yutaka, prend sa retraite

Il essuie une larme.

Kisenosato Yutaka

Photo : Getty Images / JIJI PRESS

Radio-Canada

Kisenosato Yutaka, seul yokozuna (grand maître) encore en activité né au Japon, a annoncé mercredi qu'il mettait un terme à sa carrière.

« Je prends ma retraite. Merci de m'avoir accompagné », a-t-il dit lors d'une émouvante conférence de presse, durant laquelle le colosse de 1,88 m (6 pi 2 po) a versé des larmes. Il était accompagné de son oyakata (entraîneur), Tagonoura.

Kisenosato Yutaka a choisi de quitter le dojo après avoir subi trois défaites d'affilée lors du tournoi du Nouvel An. Il a de plus perdu huit combats dans ses trois derniers tournois.

Le 25 janvier 2017, à la suite de sa victoire contre le Mongol Hakuho, il a été promu au grade de yokozuna, un titre immensément respecté au Japon.

Il devenait ce jour-là le 72e grand maître de l'histoire, le premier Japonais depuis Wakanohana Masaru en 1982.

Yutaka a ensuite été blessé, ce qui l'a forcé à déclarer forfait pour huit tournois. Malgré un retour réussi en mars 2017, il a accumulé les défaites et voulait connaître un bon tournoi du Nouvel An pour éviter la retraite, mais cela n'est pas arrivé.

La retraite de l'homme de 32 ans va laisser au sommet deux Mongols qui portent le même titre.

« Je crois qu'il a captivé de nombreux admirateurs en étant le premier yokozuna d'origine japonaise en 19 ans. Son départ est regrettable », a dit le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga.

Les origines du sumo remontent à plus de 2000 ans et s'inscrivent dans la pure tradition japonaise avec un fond shintoïste.

Kisenosato fait tomber le Mongol Terunofuji.

Kisenosato fait tomber le Mongol Terunofuji.

Photo : Getty Images / JIJI PRESS

Avec les informations de Agence France-Presse

Sports de combat

Sports