•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La F1 pense à revenir aux années 70 sur les grilles de départ

Sebastian Vettel en pole position au départ du Grand Prix du Canada en 2018
Sebastian Vettel en pole position au départ du Grand Prix du Canada en 2018 Photo: Getty Images
Radio-Canada

La FIA réfléchit à changer la position des voitures sur les grilles de départ. Elle les replacerait côte à côte, ce qui était la façon de faire jusqu'en 1980.

Entre le début du Championnat du monde en 1950 et 1980, les pilotes s'alignaient côte à côte, quatre de front et trois de front, dépendamment des circuits, comme le montre cette photo du Grand Prix d'Allemagne au Nürburgring en 1966.

La grille de départ du Grand Prix d'Allemagne en 1966 au NürburgringLa grille de départ du Grand Prix d'Allemagne en 1966, au Nürburgring Photo : You Tube

En 1969, la F1 a conservé le principe, mais a réduit le nombre de voitures par ligne en adoptant la formule 3-2-3.

En 1976, pour des raisons de sécurité, la F1 a encore réduit le nombre de voitures par ligne. Elle a imposé à partir du Grand Prix d'Espagne des lignes à deux monoplaces, avec une distance de 12 mètres entre les lignes.

Deux ans plus tard, la FIA augmentait la distance à 14 mètres entre les lignes.

Les pilotes de l'équipe Ligier, côte à côte, sur la première ligne de la grille en Argentine en 1979Les pilotes de l'équipe Ligier, côte à côte, sur la première ligne de la grille en Argentine en 1979 Photo : You Tube

C'est en 1980 que la FIA a décidé de changer de philosophie et a fait quelques essais de départ en quinconce (en diagonale), comme le prouve la photo de gauche prise au départ du Grand Prix de Grande-Bretagne de 1980.

Cela donnait un petit avantage au détenteur de la pole position, et diminuait les risques d'accrochage au départ.

Les grilles de départ du Grand Prix de Grande-Bretagne (à gauche) et du Grand Prix d'Afrique du Sud en 1980.Agrandir l’imageLes grilles de départ du Grand Prix de Grande-Bretagne (à gauche) et du Grand Prix d'Afrique du Sud en 1980. Photo : You Tube

En 1981, les départs en quinconce ont été adoptés. La FIA a alors rappelé aux promoteurs des courses de F1 de faire dessiner clairement les lignes sur le bitume des circuits.

En 1987, la distance entre les positions a été augmentée à 16 mètres.

Depuis cette date, les grilles de départ n'ont plus changé.

La F1 veut reculer dans le temps

En 2018, l'ingénieur britannique Pat Symonds, aujourd'hui consultant, avait révélé que la manière d'agencer les grilles de départ figurait parmi les changements possibles à l'avenir.

Sous l'impulsion de Liberty Media, la F1 a donc mis sur pied son propre outil de simulation, qui permettrait un changement dans la façon de placer les monoplaces sur les grilles.

« Nous voulons prendre nos décisions en nous basant sur des preuves, a dit Pat Symonds lors du salon international Autosport de Birmingham en Angleterre. Au fil des ans, nous sommes arrivés à cet agencement en quinconce (à 16 mètres d'écart, tel qu'expliqué plus haut).

« Nous nous sommes interrogés sur ce qui se passerait en rapprochant les voitures et en les plaçant côte à côte, deux par deux. Est-ce que ça rendrait les départs plus intéressants? »

Pat SymondsPat Symonds Photo : Getty Images / Drew Gibson

« Avec l'outil de simulation, on veut savoir ce qui va se passer après le départ, en travaillant d'une manière bien plus scientifique qu'avec par exemple les jeux vidéo », a précisé Pat Symonds.

Avec l'outil de simulation, les membres du groupe de travail pourront par exemple simuler des courses de deux tours, avec 19 monoplaces contrôlées par des programmes informatiques d'intelligence artificielle et une voiture confiée à un vrai pilote.

Une méthode qui, d'après Symonds, permettra d'analyser statistiquement la position de chaque voiture en permanence durant ces courses simulées.

« Nous pourrons déterminer que quand nous plaçons les voitures de telle façon sur la grille, nous avons 3 % d'accidents en plus, 5 % de dépassements en plus, 20 % de course roue contre roue en plus », dit-il.

Pat Symonds rappelle que la F1 a tenté à plusieurs reprises de trouver la formule idéale pour assurer un meilleur spectacle à l'extinction des feux, jusqu'à réfléchir à l'éventualité d'une grille inversée (par rapport au résultat des qualifications), mais a décidé de s'éloigner de ces solutions artificielles.

« Nous voulons éviter les erreurs du passé, et travailler de façon beaucoup plus scientifique », a conclu l'ingénieur britannique.

Course automobile

Sports