•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Catherine Beauchemin-Pinard l'emporte aux Championnats canadiens élite et voit loin

Un changement positif pour Catherine Beauchemin-Pinard
Radio-Canada

Les Championnats canadiens élite de judo sont présentés ce week-end à Montréal. Réservée aux huit meilleurs du pays dans chaque catégorie, la compétition permet aux athlètes de marquer des points pour leur classement national. Parmi les seniors, Catherine Beauchemin-Pinard en a profité pour se remettre en forme avant les rendez-vous internationaux.

Un texte de Philippe Crépeau

La Québécoise de 24 ans a pris une décision qui va la mener loin lorsqu'elle a changé de catégorie afin de prolonger sa carrière.

Elle avait participé aux Jeux olympiques de 2016 chez les moins de 57 kg et avait perdu son premier combat. Elle est maintenant chez les moins de 63 kg.

Ils sont en pleine préparation.Catherine Beauchemin-Pinard et son entraîneur Frédéric Féréal, du club de judo Saint-Hubert Photo : Société Radio-Canada / Simon Lemieux

« Après Rio, le corps ne voulait plus descendre à 57 kilos. C'était devenu trop dur, car j'avais toujours faim, j'étais fatiguée, rappelle Catherine Beauchemin-Pinard. Dès que j'ai monté à 63, j'ai recommencé à faire des performances, à faire des podiums. J'ai retrouvé le plaisir que j’avais à faire du judo. Et maintenant, ça me motive à continuer jusqu'à Tokyo 2020, et même 2024. »

Ce changement de catégorie lui offre la possibilité de faire une olympiade de plus. Ce que confirme son entraîneur, du club de judo Saint-Hubert.

« Elle a des petits bobos qu'elle a soignés intelligemment. Elle n'a pas eu de grosse blessure, contrairement à d'autres athlètes », précise Frédéric Féréal.

« Alors on peut presque enlever ce facteur risque, et donc si son corps veut bien, Paris 2024, c'est faisable, et elle sera trois fois olympienne », fait-il remarquer.

Cette décision de monter de 57 à 63 kg est doublement payante, car elle n’a pas à subir la pression de l’arrivée de Christa Deguchi, qui a la double nationalité japonaise et canadienne.

Christa Deguchi réagit à sa victoire sur une adversaire.Christa Deguchi Photo : Getty Images / TOSHIFUMI KITAMURA

Nicolas Gill est allé la chercher en 2017, avec l’espoir qu’elle aille voler une victoire au Japon chez les 57 kg aux Jeux de Tokyo.

Comme il ne peut y avoir qu'une représentante canadienne par catégorie aux Jeux olympiques, il y aura une lutte à finir entre Christa Deguchi et l'Ontarienne Jessica Klimkait chez les moins de 57 kg pour la seule place disponible.

Klimkait a décidé de relever le défi, après avoir remporté le Grand Chelem d'Osaka le 24 novembre. De son côté, Catherine Beauchemin-Pinard n'a plus à s'en préoccuper.

« Je pense qu'en moins de 63 kilos, Catherine est la seule qui pourra être sélectionnée, affirme Nicolas Gill, directeur général de Judo Canada. Il lui reste beaucoup de travail à faire, on est à un an et demi des Jeux, mais elle est en bonne position présentement. »

Aux Championnats canadiens, Beauchemin-Pinard a même décidé de se battre chez les moins de 70 kg pour ne pas avoir à perdre du poids trop rapidement avant le Grand Chelem de Paris le 9 février.

Elle a signé deux victoires contre des filles plus grandes et plus lourdes grâce à sa vitesse.

Catherine Beauchemin-Pinard lors des Championnats canadiens élite 2019 à MontréalCatherine Beauchemin-Pinard lors des Championnats canadiens élite 2019 à Montréal Photo : RAFAL BURZA / Judo Canada (rafalburza@yahoo.com)

En finale, elle a vaincu par un beau geste technique à 15 secondes de la fin l’Albertaine Hanako Kuno, qui l’avait battue il y a un an chez les 63 kg.

« Comme on n'est plus dans la même catégorie, il n'y avait plus de rancoeur, mais je suis quand même contente », a admis Beauchemin-Pinard.

La décision de retourner à sa catégorie naturelle lui a permis de déployer ses ailes. Classée 15e du monde, elle veut maintenant battre des filles du top 5 mondial à Paris.

« Mes objectifs cette année, c'est de battre les filles du top 5, même si le top 5 est super fort, annonce la Québécoise. Je veux faire un podium (à Paris) et battre les meilleures. »

À la question : « Vous sentez-vous prête pour Paris? », l'athlète de 24 ans a été prudente.

« Je trouve que l'année commence bien », a-t-elle lancé en riant, avant de s'éclipser pour aller récupérer sa tuque et son gros foulard.

Catherine Beauchemin-Pinard respire la confiance. Ses adversaires sont prévenues.

Catherine Beauchemin-Pinard sur le podium des Championnats canadiens élite 2019 Catherine Beauchemin-Pinard sur le podium des Championnats canadiens élite 2019 Photo : Société Radio-Canada / Simon Lemieux

Judo

Sports