•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président du Comité olympique japonais mis en examen pour « corruption active »

Jeux olympiques de Tokyo 2020
Jeux olympiques de Tokyo 2020 Photo: Getty Images / KAZUHIRO NOGI/AFP
Agence France-Presse

La commission d'éthique du Comité international olympique (CIO) se réunira vendredi en raison des accusations contre le président du Comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda, également membre du CIO.

Takeda a été mis en examen le 10 décembre par des juges d'instruction parisiens pour « corruption active » dans l'enquête française sur l'attribution des Jeux olympiques de Tokyo, qui auront lieu à l'été 2020.

La commission d'éthique du CIO « a ouvert une procédure, continuera de suivre la situation et se réunit dans la journée », indique l'instance dans un communiqué.

Takeda a démenti les accusations de corruption le visant auprès de l'Agence France-Presse (AFP).

L'homme de 71 ans, membre du CIO depuis 2012, dit avoir coopéré avec les autorités judiciaires françaises, qui traitent cette affaire à Paris, lors d'une audition en France.

« [Je ne suis] pas impliqué dans quelque acte de malversation que ce soit, comme de la corruption. »

Le CIO rappelle être « partie civile » et « en relations étroites » avec les autorités judiciaires françaises dans cette enquête.

Takeda « continue à bénéficier de la présomption d'innocence », souligne encore le CIO.

Un autre membre du CIO, le Namibien Frankie Fredericks, avait aussi été mis en examen pour corruption dans une enquête sur l'attribution des Jeux olympiques de Rio, qui se sont déroulés à l'été 2016.

Fredericks a ensuite été suspendu par l'instance, tout comme le Brésilien Carlos Nuzman, qui était quant à lui membre honoraire du CIO.

Sports