•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

La Finlande prouve que la compétence est plus forte que le nombre

Kaapo Kakko célèbre son but gagnant de la finale du Championnat mondial de hockey junior, contre les États-Unis.
Kaapo Kakko, qui a marqué le but décisif du mondial junior 2019, est l'un des plus beaux espoirs au prochain repêchage de la LNH. Il fait partie d'une génération de Finlandais qui a profité d'une nouvelle façon de former les hockeyeurs. Photo: Getty Images / Rich Lam
Martin Leclerc

BILLET - La Finlande, un petit pays de 5,5 millions d'habitants où l'on ne retrouve que 73 374 hockeyeurs, a remporté samedi un troisième Championnat mondial junior en six ans. Ces succès sont extrêmement impressionnants. Et quand on connaît l'histoire récente de cette fédération, on se dit que ces trois conquêtes ne sont peut-être que le début d'une longue époque dorée pour les « Lions » finlandais.

Les succès internationaux de la Finlande captivent l’imagination parce qu’ils découlent d’une réflexion lucide et d’une philosophie toute simple : la qualité de l’enseignement et la compétence peuvent rivaliser avec le volume.

Il y a trois ans, l’ex-directeur sportif de la fédération finlandaise (il est maintenant à la retraite), Timo Bäckman, m’avait accordé une entrevue remarquable. Il m’avait raconté qu’il y a un peu plus d’une décennie, cherchant à exceller davantage sur la scène mondiale, les dirigeants du hockey finlandais en sont venus à la conclusion qu’ils ne pourraient jamais profiter de bassins de talents aussi profonds que le Canada et les États-Unis. Les pyramides de développement de ces deux pays comptent, grosso modo, quelque 500 000 joueurs.

« Comme notre base de membres est plus petite, nous avons décidé d'aborder les choses différemment, en nous donnant pour mission de former les meilleurs entraîneurs du monde », avait expliqué Bäckman.

Nous sommes en 2019. Au cours de la dernière semaine, les Finlandais ont justement éliminé le Canada et les États-Unis pour remporter un troisième titre mondial en six ans. Chapeau à leur sens de l’innovation!

***

L’une des démarches les plus marquantes de la stratégie finlandaise a été l’embauche de 26 entraîneurs d’habiletés qui ont pour mandat, à temps complet, de développer les habiletés des joueurs de 10 à 14 ans. Ces entraîneurs sont affectés aux plus importants clubs (associations locales) du pays et doivent aussi prendre trois ou quatre associations plus petites sous leur aile. En tout, au moment de notre entrevue, 41 entraîneurs professionnels permanents assuraient localement la supervision et la formation continue des milliers entraîneurs bénévoles du pays.

On s’assure ainsi de rehausser et de maintenir la qualité de l’enseignement, de maximiser les compétences du plus grand nombre possible d’enfants et d’établir en temps réel les talents émergents.

C’est fabuleux comme idée! D’autant plus que l’acquisition et la maîtrise des habiletés avant la puberté sont des facteurs déterminants dans le cheminement d’un athlète d’élite.

En Finlande, l’élite est par ailleurs un concept malléable. Le développement individuel prime le développement de l’équipe. Ainsi, au cours d’une même saison, au sein d’une même association locale, un joueur d’âge pee-wee peut jouer dans deux ou trois classes différentes, au gré de ses progrès ou de ses stagnations. On cherche avant tout à placer chaque individu dans un environnement qui lui permet de progresser.

Les premiers héritiers de cette « réforme de l’enseignement » sont des jeunes joueurs qu’on voit débarquer dans la LNH et qui sont dotés de spectaculaires habiletés, comme, entre autres, Mikko Rantanen (Colorado), Sebastian Aho (Caroline), Patrik Laine (Winnipeg), l’excellent défenseur Miro Heiskanen (Dallas) et Jesperi Kotkaniemi (Montréal).

Quand le calendrier de la saison 2018-2019 s’est mis en branle, 23 joueurs de la LNH avaient moins de 20 ans. Et sept d’entre eux étaient Finlandais. C’est une statistique extrêmement éloquente!

Les succès des Finlandais ne sont pas le fruit du hasard. Ils sont plutôt l’aboutissement d’une audacieuse et brillante idée.

Hockey

Sports