•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Finaliste à Auckland, Bianca Andreescu « a donné le ton à sa saison »

Bianca Andreescu a battu la Taïwanaise Hsieh Su-Wei en deux manches.

Photo : Getty Images / Hannah Peters

Radio-Canada

La jeune Bianca Andreescu s'est peut-être écroulée en finale du tournoi d'Auckland dimanche contre l'Allemande Julia Görges. Mais le meilleur reste à venir pour la Canadienne de 18 ans, à en croire son ancien entraîneur André Labelle.

Andreescu s'est progressivement éteinte pour finalement s'incliner 6-2, 5-7 et 1-6, après avoir battu durant la semaine deux anciennes numéros un mondiales, soit Venus Williams et surtout Caroline Wozniacki, actuelle 3e raquette et tenante du titre aux Internationaux d'Australie.

Si la défaite a été difficile à avaler, la présence d'Andreescu révèle son talent à la planète tennis. Rien de surprenant pour Louis Borfiga, ou pour Labelle, qui est entraîneur-chef du centre régional de Toronto pour Tennis Canada.

« On a dit à Shapovalov quand il a battu Nadal à la Coupe Rogers qu'il était arrivé sur la grande scène. Maintenant, on peut dire la même chose de Bianca. Elle a donné le ton à sa saison, elle a averti tout le monde qu'elle était là! »

Selon Labelle, ce n'est pas parce qu'Andreescu est jeune qu'elle est inexpérimentée. « Il ne faut pas oublier qu'elle a été très bonne au niveau junior. Elle était blessée cet été, elle a manqué plusieurs gros tournois... Je pense qu’elle est très contente d’avoir les projecteurs sur elle.

[Andreescu] aime la pression, elle aime être sur les grands terrains. C’est la force des grands joueurs, répondre à la pression. Quand elle joue pour le Canada, elle joue toujours à un niveau incroyable, elle est très fière de le faire, ça lui donne des ailes.

André Labelle, entraîneur-chef du centre régional de Toronto pour Tennis Canada

Mis à part son attitude, son style de jeu polyvalent fait d'Andreescu une adversaire dangereuse, explique Labelle. « Elle peut tout faire sur le terrain, elle peut jouer en puissance ou en finesse, elle bouge bien la balle. »

La polyvalence, la force d'Andreescu selon son ancien entraîneur

À un cheveu du titre

La 152e joueuse à la WTA était aux commandes 6-2 et 5-4, avant de perdre 9 des 10 derniers jeux de la rencontre.

« Ce qui est vraiment important pour moi est de rester dans le moment présent, c'est ce que j'ai fait toute la semaine, et cela va au-delà de mes espérances », avait lancé la veille l'athlète issue des qualifications.

Elle a d'abord tenu sa promesse et a remporté quatre jeux consécutifs pour empocher la manche initiale 6-2 avec plusieurs retours gagnants.

Cela a ensuite été beaucoup plus difficile. Görges s'est peu à peu réglée au service pour égaliser à une manche partout.

Andreescu, qui portait un bandage massif à une cuisse, a semblé peiner de plus en plus physiquement, avant de s'écrouler complètement dans le tiers ultime.

« À 5-4 dans la deuxième manche, c'était difficile pour moi de ne pas penser à la victoire. Mais Julia a dominé à partir de ce moment-là, et je la félicite », a dit Andreescu, qui ne disputait que son quatrième tournoi sur le circuit féminin.

Elle s'approchera lundi du top 100, ce qui devrait lui permettre d'intégrer directement le tableau principal des Internationaux d'Australie.

« Bianca m'a donné du fil à retordre. Elle joue un tennis tellement différent de la plupart des joueuses. J'ai utilisé mon expérience », a répondu l'Allemande de 30 ans et 14e raquette sur l'échiquier mondial.

Avant de s'adjuger ce septième titre, Görges était passée tout près de la sortie en quarts de finale contre la Québécoise Eugenie Bouchard, qui s'était procuré une balle de match.

Bouchard démarre son compteur

Sofia Kenin (gauche) et Eugenie Bouchard (droite).

Sofia Kenin (gauche) et Eugenie Bouchard (droite)

Photo : Tennis Canada

Bouchard et l'Américaine Sofia Kenin ont quant à elles été sacrées championnes en double.

Le tandem a défait Paige Mary Hourigan, de la Nouvelle-Zélande, et Taylor Townsend, des États-Unis, en trois difficiles manches de 1-6, 6-1 et 10-7.

Il s'agit d'une première couronne en double pour Bouchard.

La fin du rêve de Bianca Andreescu

Avec les informations de Agence France-Presse

Tennis

Sports