•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mondial junior : Maxime Comtois visé par des messages haineux sur les réseaux sociaux

Maxime Comtois la mine basse après la défaite du Canada Photo: La Presse canadienne / Darryl Dyck
Radio-Canada

Maxime Comtois a été la cible de commentaires haineux sur les réseaux sociaux après la défaite de 2-1 du Canada contre la Finlande, mercredi, en quarts de finale du Championnat mondial de hockey junior, à Vancouver.

Le capitaine de la formation canadienne a été stoppé par le gardien Ukko-Pekka Luukkonen sur un tir de pénalité en prolongation. Des internautes malintentionnés le lui ont rappelé sur Instagram dans des centaines de messages haineux et vulgaires, en glissant parfois des insultes à l'égard des francophones.

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, s’est d’ailleurs indigné sur Twitter d’un « racisme anti-francophones ».

« Inacceptable. Le sport soulève les passions, mais n’oublions jamais que ces joueurs sont aussi des humains. Ceci me révolte, c’est un jeune de 19 ans », a commenté pour sa part sur Twitter Valérie Noël-Létourneau, attachée de presse du premier ministre François Legault.

Les publications Instagram de Maxime Comtois ont été fermées aux commentaires dans la nuit de mercredi à jeudi. Mais on pouvait encore y lire des messages haineux jeudi matin.

De nombreux internautes ont aussi publié des messages de soutien au joueur des Voltigeurs de Drummondville, outrés par les critiques et les attaques dont il fait l’objet.

Interrogé en fin de journée vendredi, le président de Hockey Canada, Tom Renney, n'a pas voulu se mouiller à ce sujet.

« Je n'ai pas lu les insultes, donc je préfère ne pas les commenter. Nous allons faire un suivi, c'est certain. »

La fédération canadienne avait fait savoir plus tôt que Maxime Comtois n’accorderait pas d’entrevue pour commenter le dossier. Le jeune homme est bien soutenu et les messages d’appui ont été beaucoup plus nombreux que les insultes, avait ajouté Hockey Canada.

« Il est honteux et incompréhensible que des lâches se cachent derrière les réseaux sociaux pour lancer des attaques aussi vicieuses sur ces jeunes qui se sont battus fièrement pour leur pays », a déclaré par communiqué le Roy Sports Group, agence qui représente le joueur québécois.

Maxime veut que cette fâcheuse situation serve d’apprentissage pour tous les jeunes Canadiens. La cyberintimidation est un problème réel dans notre société.

Extrait du communiqué du Roy Sports Group

Un message de soutien des Voltigeurs

Les Voltigeurs de Drummondville, dont Maxime Comtois défend les couleurs dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), ont condamné les insultes et menaces visant leur joueur, « un joueur exceptionnel et un leader reconnu », soulignent-ils.

« En tant que partisans de hockey et de l'équipe canadienne, nous supportons nos joueurs dans la victoire comme dans la défaite, car c'est surtout lors des moments les plus difficiles qu'ils ont besoin de nous. L’organisation offre un soutien permanent à ses joueurs ainsi que tout l'encadrement et le support dont ils ont besoin tout au long de la saison afin de leur permettre de grandir en tant qu’êtres humains et joueurs de hockey », ont déclaré les Voltigeurs par communiqué.

L'un des membres de l'organisation, Denis Gauthier, a aussi déploré les attaques dont a été victime Maxime Comtois.

C’est une façon pour plusieurs personnes de s’exprimer. On donne une voix à tout le monde. À mes yeux, il y en a qui ne devraient pas avoir de voix. Ils ne devraient pas avoir de droit d’opinion et d’attaquer les gens comme ça. Ils seraient incapables de le dire s’ils étaient devant toi, rappelle celui qui est également analyste à RDS.

Pour lui, il ne fait aucun doute que ce genre de comportement pourrait avoir des conséquences négatives. C’est une génération où on a de la difficulté à se parler en face. C’est plus facile de se sauver de ses problèmes et de laisser ça en l’air sur Internet. L’Internet a plusieurs aspects positifs, mais aussi négatifs, qui vont créer beaucoup de dommages et laisser des traces à court et moyen terme chez plusieurs personnes.

« Ça n'a pas fonctionné ce soir »

Après le match, Maxime Comtois s'en voulait d'avoir raté son tir de pénalité, surtout qu'il a opté pour une feinte qu'il effectue régulièrement à l'entraînement.

« J’étais confiant avec la feinte que je voulais faire, mais ça n'a pas fonctionné ce soir. Ce n’est probablement pas la dernière fois que je vais rater un tir de pénalité dans ma carrière. C’est sûr que celui-là, il fait mal parce que c’est dans un match important », a-t-il reconnu.

Si la défaite est difficile à avaler, le capitaine de l'équipe canadienne est convaincu que cette épreuve sera bénéfique pour son développement.

« À long terme, ça va faire de nous de meilleurs joueurs. Nous voulons tous atteindre la LNH et c'est ce genre de match qui nous permet d'évoluer en tant que joueurs et en tant qu'individus. »

Comtois, 19 ans, repêché par les Ducks d'Anaheim en 2017, a inscrit cinq buts et une passe en cinq matchs au Mondial junior.

Le Canada, champion en titre, sera exclu du podium du tournoi pour la première fois depuis 2016. Cette année-là, la Finlande lui avait aussi montré la porte de sortie en quarts de finale.

Ce sera aussi la première fois que l’équipe ne décroche pas de médaille dans un tournoi disputé au Canada.

Hockey

Sports