•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eleider Alvarez fait sauter la banque

Eleider Alvarez avec sa ceinture de champion

Eleider Alvarez aura ses sept prochains combats diffusés par le réseau ESPN.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Morin

Radio-Canada

Fort de son premier titre de champion du monde des mi-lourds de la WBO, Eleider Alvarez a signé le plus lucratif contrat de l'histoire de la boxe professionnelle au Québec.

Un texte de Jean-François Chabot

L’entente de deux ans comprend le Groupe Yvon Michel (GYM), qui assure sa promotion, Top Rank Boxing et le réseau américain ESPN. Elle rapportera à Alvarez une bourse garantie dans les sept chiffres pour chacun de ses sept prochains combats.

Alvarez touchera aussi un pourcentage des recettes de la télé à la carte et de la billetterie pour tous les événements auxquels il prendra part.

Le montant des bourses sera bien sûr revu à la baisse si Alvarez perd son titre. L’entente prévoit aussi qu’Alvarez dispute au moins un combat par année au Québec.

Malgré tout cet argent, je garde la même motivation. Honnêtement, je n'ai pas suivi les négociations. Je n'étais au courant de rien. C'était entre les mains de mon gérant. Tout ce que je sais, c'est que je suis attendu au Texas le 2 février.

Eleider Alvarez

À ce sujet, Yvon Michel a précisé que le Centre Vidéotron de Québec sera l’amphithéâtre de choix pour les combats d’Alvarez en raison d’un pacte de cinq ans entre le câblodistributeur et le promoteur.

Le contrat signé par toutes les parties, jeudi dernier, entrera en vigueur avec la présentation du combat revanche du 2 février prochain contre Sergey Kovalev, à Fresno, au Texas.

Du coup, Alvarez est désormais libre de tous liens avec la firme Premier Boxing Championship (PBC) de l'Américain Al Haymon.

« On n’a jamais signé un contrat de cette envergure. Je n’ai jamais vu nos partenaires américains être aussi déterminés à nous donner les conditions requises de manière à ce que l’on fasse une association. Je suis convaincu que cette entente va nous permettre d’amener Eleider au rang des mégastars américaines », a déclaré Yvon Michel.

Parallèlement, GYM et Alvarez ont prolongé leur collaboration jusqu’en 2022, respectant la limite de trois ans pour la durée des contrats entre un promoteur et un boxeur prévue par la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec.

Elle est au centre et tient sa ceinture.

Yvon Michel remet la ceinture IBF à Marie-Ève Dicaire et à son entraîneur Stéphane Harnois

Photo : Radio-Canada / Stéphane Morin

Dicaire reçoit sa ceinture

Pour sa part, la nouvelle championne des super-mi-moyennes de l'IBF, Marie-Ève Dicaire, a pris possession de sa ceinture emblématique, trois semaines après sa victoire face à l’Uruguayenne Chris Namus.

Visiblement heureuse et savourant l’instant comme il se doit, Dicaire a tout de même encore de grandes ambitions.

Pour elle, la conquête d’un titre mondial n’est qu’un pas vers un objectif de carrière encore plus grand. On parle déjà d’une première défense optionnelle pour la mi-mars.

Dicaire n’a aucune obligation contractuelle d’accorder un combat revanche à Namus.

« Pas question d’affronter à nouveau Namus sans qu’il y ait quelque chose pour moi à gagner. J’ai une ceinture, mais je ne veux pas m’arrêter là », a-t-elle indiqué.

La perspective d’une unification de deux ceintures permettrait la tenue d’un combat parallèle entre Namus et la championne d’une autre association.

Marie-Ève Dicaire affronterait ensuite la gagnante de cet autre combat afin d’unifier les deux ceintures.

Seyi sous contrat

Enfin, Yvon Michel a annoncé que le Camerounais Wilfried Seyi se joignait officiellement à son écurie.

Partenaire d’entraînement de Jean Pascal durant sa préparation pour le combat de championnat du monde contre Dmitry Bivol, Seyi a un parcours impressionnant.

Porte-drapeau du Cameroun aux Jeux olympiques de Rio en 2016, ce fils de boxeur a été champion des Jeux d’Afrique en 2015 et champion d’Afrique en 2017. Il a aussi été médaillé de bronze aux Championnats du monde militaires, en Corée du Sud, en 2015.

Seyi (1-0) a fait ses débuts professionnels au Cameroun le 10 juin dernier. Entraîné par Stéphan Larouche, on pourra le voir à l’œuvre pour la première fois au Casino de Montréal le 16 février prochain.

Wilfried Seyi (en blanc) entouré de son entraîneur Stéphan Larouche, de son gérant Mike Olivier, du promoteur Yvon Michel et du vice-président, opérations et recrrutement de GYM, Bernard Barré

Wilfried Seyi (en blanc) entouré de son entraîneur Stéphan Larouche, de son gérant Mike Olivier, du promoteur Yvon Michel et du vice-président, opérations et recrrutement de GYM, Bernard Barré

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Morin

Boxe

Sports