•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aleksandra Wozniak tire sa révérence à 31 ans

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Aleskandra Wozniak en point de presse

Aleskandra Wozniak

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le cœur y était, mais le corps d'Aleksandra Wozniak l'a forcée à tirer un trait sur sa carrière de joueuse professionnelle de tennis. La Québécoise a confirmé sa retraite mercredi devant la presse réunie au stade IGA, à Montréal, pour l'occasion.

À Jackson, au Mississippi. Loin des projecteurs. C’est à la suite d’une défaite de deuxième tour aux mains d’une Américaine de 16 ans, classée 571e du monde, que le rêve professionnel d'Aleksandra Wozniak a pris fin, le 5 avril dernier.

La jeune retraitée de 31 ans, originaire de Blainville, tire sa révérence après 14 saisons passées dans les rangs professionnels.

« Les dernières années ont été éprouvantes avec toutes les blessures, mais j’ai toujours continué de me battre parce que mon sport me passionnait encore », a-t-elle expliqué.

Le 22 juin 2009, Wozniak occupait le 21e rang mondial, un sommet dans sa carrière. Quelques jours auparavant, la Québécoise, alors âgée de 21 ans, atteignait les huitièmes de finales à Roland-Garros, son meilleur résultat dans un tournoi du grand chelem. Serena Williams, la 2e tête de série, l’avait battue sèchement en deux manches de 6-1 et 6-2.

Cette année-là, elle aura entre autres accédé aux demi-finales du tournoi anglais d’Eastbourne ainsi qu'à la finale à Ponte Vedra Beach, en Floride.

Wozniak a remporté un titre de la WTA au cours de sa carrière, soit celui de Stanford, en juillet 2008. Elle devenait la première joueuse de la Belle Province à enlever les honneurs d’un tournoi du circuit.

« Nous nous souviendrons d’Aleksandra comme d’une pionnière pour le tennis canadien féminin », a déclaré le vice-président du développement de l’élite de Tennis Canada, Louis Borfiga.

Ses exploits et sa détermination auront incontestablement inspiré plusieurs Canadiennes et Canadiens. Elle a démontré beaucoup de courage et d’humilité à la fin de sa carrière alors qu’elle a effectué plusieurs retours au jeu après d’importantes blessures.

Louis Borfiga, vice-président du développement de l’élite de Tennis Canada
Aleksandra WozniakAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Aleksandra Wozniak

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Wozniak a aussi gagné 11 titres de tournois de l'ITF, dont ceux de Gatineau et de Stillwater en 2017. Elle compte 36 participations à des rencontres de la Fed Cup.

Après quelques bonnes saisons et une participation aux Jeux olympiques de Londres, en 2012, l'ancienne numéro un au Canada a connu son lot de blessures. Ralentie par des douleurs à l’épaule droite, Wozniak est passée sous le bistouri en septembre 2014.

Incapable de trouver ses marques sur les courts, elle a entamé une longue glissade au classement de la WTA. 299e joueuse mondiale en janvier 2018, elle n'a pris part qu'à trois tournois cette saison. Avec deux victoires et trois revers, elle clôt l'année au 1042e rang.

Aujourd’hui, j’aime toujours autant le tennis, mais mon corps ne me permet plus de performer à 100 % à un aussi haut niveau. Il est temps pour moi de tourner la page.

Aleksandra Wozniak

À bout de souffle financièrement, délaissée par Tennis Canada et ses commanditaires, Wozniak a fait parler d’elle en sollicitant la générosité du public au printemps dernier dans une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe.

L'athlète est prête à vivre de nouvelles expériences. Éventuellement, elle souhaite créer sa propre académie et dès le début de la nouvelle année, elle amorcera une tournée de 50 écoles pour promouvoir son sport et de saines habitudes de vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !