•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carabins : Anthony Calvillo et Danny Maciocia font de nouveau équipe

Ils sont à une table pendant une conférence de presse.

Anthony Calvillo et Danny Maciocia

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Anthony Calvillo rentre au bercail après une année à l'extérieur de la métropole québécoise. La figure emblématique du football montréalais a accepté de se joindre au personnel d'entraîneurs des Carabins, où il occupera les postes d'adjoint à Danny Maciocia et d'instructeur des quarts-arrières.

Un texte de Félix St-Aubin

C’est Noël avant l’heure au CEPSUM. L’Université de Montréal (UdeM) a procédé à une embauche majeure mercredi en ajoutant Calvillo au programme de football pour les deux prochaines années.

Un retour à Montréal auprès de sa famille est la raison principale qui a motivé le légendaire pivot à regagner sa « maison », comme il se plaît à surnommer la ville l’ayant adopté en 1998.

Une rencontre entre Maciocia et Calvillo lors d’un événement dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal s’est avérée être le moment décisif de cette union inattendue.

« Danny et moi avons effleuré plusieurs sujets au cours de cette soirée, de ma vision du football, de mes ambitions en ce qui a trait au métier d’entraîneur et de nos vies respectives. Cette conversation m’a beaucoup marqué », se souvient-il.

Il me posait beaucoup de questions sur le football universitaire. Est-ce que ça vient avec une qualité de vie, comment est-ce de diriger des étudiants-athlètes, est-ce que c’est comparable à des joueurs professionnels? On a échangé pendant quatre heures, c’était une soirée vraiment intéressante. Je lui parle depuis l’an passé de l’occasion de faire partie de notre formation.

Danny Maciocia, entraîneur-chef des Carabins de l'UdeM

Calvillo a continué de graviter autour du football canadien depuis l’annonce de sa retraite en 2014. Il s’en est d’abord éloigné pendant presque un an, avant de renouer avec les Alouettes dans un rôle d’instructeur des receveurs de passes.

L’état-major des Moineaux lui a ensuite confié la charge des quarts, puis de l’unité offensive dans son ensemble.

Anthony Calvillo (gauche), Darian Durant (centre) et Jacory Harris (droite)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Anthony Calvillo (gauche), Darian Durant (centre) et Jacory Harris (droite)

Photo : Alouettes de Montréal

Le célèbre no 13 a quitté Montréal pour Toronto avant l’entame de la dernière saison, où il a retrouvé l’entraîneur-chef Marc Trestman et le directeur général Jim Popp, afin de travailler avec les quarts des Argonauts.

« La semaine passée, j’ai téléphoné à trois personnes. J’ai appelé Noel Thorpe, Ricky Ray et Kevin Glenn. J’ai coaché AC, je n’ai pas coaché avec lui. Thorpe l’a fait. Je n’ai jamais vu AC entraîner des quarts-arrières. Ray et Glenn l’ont vécu. C’était trois perspectives un peu différentes, mais il y avait une réponse unanime : si tu as la chance d’aller le chercher, je te suggère fortement de le faire », souligne Maciocia.

Cette nouvelle collaboration avec Trestman, qu’il avait déjà côtoyé dans le nid des Alouettes de 2008 à 2012, et à Toronto durant une campagne, a permis à Calvillo d’apprendre les rudiments du métier d’instructeur sous l’égide d’un individu fort respecté dans le milieu.

Le Californien de 46 ans a minutieusement observé l’homme aux trois conquêtes de la Coupe Grey en sept saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF) et a pris des notes sur sa manière d’interagir avec les joueurs.

J’ai toujours trouvé que Marc faisait un excellent travail pour avoir le pouls de l’équipe, et j’ai pu voir comment il y arrivait. Il est constamment en communication avec tous ses joueurs, par message texte ou de vive voix, pour avoir leurs impressions, et celles des autres entraîneurs. Il le faisait toujours. C’est de cette manière qu’on bâtit des relations avec les joueurs et les instructeurs pour comprendre ce qui se passe dans l’entourage de l’équipe.

Anthony Calvillo, entraîneur adjoint et instructeur des quarts-arrières des Carabins de l'UdeM

Un attribut qui fait partie intégrante de la personnalité de Calvillo, selon Maciocia.

« C’est quelqu’un qui s’exprime tellement bien, capable de communiquer, toujours à l’écoute. C’est très important d’avoir une ligne de communication complètement ouverte. »

Calvillo, le mentor

Intronisé au Temple de la renommée du football canadien en 2017, Calvillo est bien conscient que cette prochaine étape de sa seconde carrière professionnelle comportera son lot de nouveautés.

Un ajustement sera nécessaire, certes, puisqu’un monde de différences existe entre l’environnement universitaire et professionnel, mais il croit fermement avoir acquis le bagage pour relever ce défi.

« Je vais me préparer en visionnant plusieurs films, mais après tout, ça reste du football. Il faut encore protéger le quart-arrière, marquer des points […] J’en ai encore beaucoup à apprendre dans l’U Sports, et je suis ici pour ça, pour me développer », explique Calvillo.

Et si quelqu’un sait quelque chose dans l’art de « marquer des points », c’est bien le quart le plus prolifique du football professionnel, détenteur de trois bagues de la Coupe Grey (2002, 2009 et 2010) et nommé trois fois à titre de joueur le plus utile à son équipe (2003, 2008 et 2009).

Anthony Calvillo après la cérémonie du retrait de son chandail no 13Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Anthony Calvillo après la cérémonie du retrait de son chandail no 13.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Ses 79 816 verges par la voie aérienne demeurent la marque à battre des deux côtés de la frontière américano-canadienne. Les records concernant les passes complétées (5892), tentées (9437) et de touché (455) dans la LCF lui appartiennent également toujours.

Sa feuille de route parle d’elle-même. Son expérience aussi.

Maciocia est persuadé que cet ajout de renom aura une influence positive et considérable dans toutes les sphères du programme de football.

« La chose qui est très importante dans tout ça […] est que ce sera un mentor pour tous nos entraîneurs, en particulier [le coordonnateur offensif] Gabriel [Cousineau]. »

C’est tellement important. Quand j’étais jeune et que je commençais avec les Alouettes, je me rappelle toujours que j’avais du monde comme Jacques Dussault, Rod Rust et Charlie Taaffe à mes côtés. Ce sont des personnes qui ont eu un impact sur ma vie professionnelle et personnelle. Je pense qu’AC peut avoir ce genre de rôle, ce genre d’impact aussi parmi tous nos entraîneurs.

Danny Maciocia, entraîneur-chef des Carabins de l'UdeM

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !