•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu d’efforts, trop de cadeaux

Brad Marchand (à gauche) devant un filet abandonné par Carey Price.

Brad Marchand (à gauche) devant un filet abandonné par Carey Price.

Photo : USA Today Sports

Radio-Canada

Le Canadien n'a pas gâté ses partisans, à une semaine de Noël, pour son dernier match de l'année à Montréal. Mais il s'est montré généreux envers les Bruins de Boston qui se sont servis allègrement sous le sapin des erreurs emballées par les hommes de Claude Julien.

Un texte de Michel Chabot

L’entraîneur-chef Claude Julien semblait consterné à son arrivée devant les journalistes et a d’abord avoué qu’il était sans réponse à la suite de la piètre performance de ses joueurs.

« Des fois, il n’y a aucune explication, a dit Julien. Je ne peux pas répondre parce que moi non plus je ne le sais pas. »

Puis, il a conclu avec une phrase assassine, résumant parfaitement le scénario pitoyable de la soirée.

« Ils sont venus ici avec la mission de gagner le match et nous ne sommes venus que pour jouer ce soir. »

Dans le vestiaire, quelques minutes auparavant, les acteurs de cette défaite aux allures d’un film de série B étaient repentants.

« Nous avons été battus dans toutes les facettes du jeu, a marmonné Brendan Gallagher. C’est embarrassant. Mais de la façon dont j’ai joué personnellement, c’est dur pour moi de critiquer notre jeu collectif. C’est mon pire match dans la Ligue nationale, je pense. »

Un brin dramatique, Gallagher a aussi parlé des excès de générosité de l'équipe, auteure de 11 revirements dans les 10 premières minutes de jeu, dont 4 par Tomas « Santa » Tatar.

À l’instar du numéro 11, Shea Weber a conclu le match avec un ratio défensif de -2. La 300e victoire que Carey Price attendra. Il a repoussé 31 des 35 tirs dirigés vers lui, pendant qu’un certain Jaroslav Halak inscrivait un blanchissage grâce à 22 arrêts pour la plupart faciles.

« Il remportera sa 300e victoire un jour, a dit Weber au sujet de Price. C’est davantage une préoccupation d’équipe. Il gagnera encore, il nous a gardés dans le match. Nous n’avons aucune excuse. Nous nous sommes laissés tomber devant lui. »

Les commentaires d'après-match de Claude Julien

Pour Claude Julien, cette défaite est décevante parce que le CH aurait pu se donner un coussin devant les Bruins qui sont plutôt passés devant lui au classement.

« Ce sont des rivaux qui étaient un point derrière nous. Dans notre building ce soir, ils sont venus prendre deux points et on ne s’est pas présenté. »

Comment réagira-t-il maintenant face à une telle contre-performance? Sortira-t-il le fouet ou passera-t-il l’éponge?

« Pour un entraîneur, tu ne prends pas la décision ce soir, tu vas la prendre demain », s’est sagement contenté de dire le pilote.

Les ratés de l’avantage numérique

Le Tricolore aurait pu rendre les choses intéressantes s'il avait su saisir ses occasions lors des trois surnombres de la soirée, mais il n’a pas su en profiter. L’avantage numérique montréalais a maintenant été tenu en échec 25 fois d'affilée. Tatar a été le dernier à compter en pareille circonstance, le 1er décembre, face aux Rangers de New York.

« La stratégie est la même que l’an passé, alors que notre avantage numérique était plutôt bon. Les gars doivent décider s’ils veulent marquer. C’est frustrant, surtout dans une telle soirée. En tant qu’entraîneur, je ne veux montrer personne du doigt, mais les joueurs doivent se montrer responsables. Ils doivent commencer à performer et tirer la rondelle et vouloir marquer des buts. »

Bruins 4 - Canadien 0 : les faits saillants

Le Canadien quittera Montréal mardi à destination de Denver pour affronter l’Avalanche mercredi. Le lendemain, il se mesurera aux Coyotes et à Alex Galchenyuk en Arizona avant une rencontre, samedi, face aux Golden Knights de Vegas et peut-être Max Pacioretty, s'il n'a pas été blessé trop sérieusement lundi à Columbus.

Victor Mete, rappelé du Rocket après le match, rejoindra l'équipe pour son périple américain. Noah Juulsen prend quant à lui le chemin de Laval.

Après quelques jours à célébrer Noël en famille, les membres de la formation se dirigeront en Floride pour visiter les Panthers et le Lightning les 28 et 29 décembre avant de conclure 2018 à Dallas, la veille du jour de l’An.

Hockey

Sports