•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face à l'adversité, le Canadien relève la tête

Brendan Gallagher (à droite)

Brendan Gallagher (à droite)

Photo : USA Today

Radio-Canada

Finalement, les arbitres auront peut-être donné un coup de pouce au Canadien lorsqu'ils ont refusé le but à Phillip Danault.

Un texte d’Alexandre Gascon

« On fait tous des erreurs », a lancé Claude Julien, bien plus détendu lors de son point de presse après la victoire que derrière le banc de son équipe quand on lui a expliqué pourquoi le filet avait été annulé.

L’entraîneur avait alors laissé tomber quelques expressions bien senties. Des vertes et des pas mûres.

Toutefois, après cette décision douteuse, le CH a pris le contrôle de la rencontre et a enfilé trois buts sans riposte.

Les voix étaient unanimes dans le vestiaire. Autant pour décrier la décision de l’arbitre que pour saluer la réaction du club.

« On était déçus, on était frustrés, mais on a mis la frustration dans la bonne direction. À partir de ce moment-là, on a joué notre meilleur hockey de la soirée. Ça nous a comme réveillés », a estimé Julien.

Les commentaires d'après-match de Claude Julien

« On savait qu’avec le deuxième but, le building était dans le match. On savait qu’en continuant à jouer comme ça, on allait en marquer quelques autres », a renchéri Jonathan Drouin, faisant référence à la foule qui a hué généreusement les arbitres pendant de longues minutes.

« C’était vraiment bruyant, c’est sûr. C’est le genre de situations qui peut aller de deux façons. On est restés fidèles au plan. Après deux périodes, je trouvais qu’on méritait mieux. On est revenus en troisième plus désespérés », a fait valoir Shea Weber.

Il y a une force de caractère dans ce vestiaire. Le capitaine l’incarne bien, mais il n’est pas le seul.

L’année dernière, le Tricolore avait accordé tellement souvent un second but dans la minute qui en suivait un premier, qu’on a fini par arrêter de compter. Ça devenait gênant.

C’est maintenant tout le contraire. Face à l’adversité, jusqu’à présent, il relève la tête avec panache.

Contre les Hurricanes, jeudi, Brendan Gallagher a marqué 22 secondes après qu’Andrei Svechnikov ait créé l’égalité et quand Jaccob Slavin a resserré le pointage à 4-3 à mi-chemin en troisième période, Andrew Shaw a assommé l’adversaire à peine une minute et demie plus tard.

Rebelote contre les Sénateurs qui ont semblé dépassés par les événements lorsque le Bleu-blanc-rouge a déployé toute sa vitesse au troisième tiers.

Autant de petits signes éloquents qu’on ne voyait pas auparavant.

Une rivalité à l’avantage du CH

Le CH et les Sénateurs ont développé une belle rivalité dans les dernières années. Les affrontements en séries éliminatoires ont laissé des traces. Et même si les visages ont changé, la rancœur est demeurée.

L’arrivée d’un joueur comme Brady Tkachuk dans le camp ottavien ne nuira certainement pas à la chose. Brendan Gallagher et lui se sont d’ailleurs cherché noise toute la soirée, jetant les prémisses de duels intéressants à venir.

On peut aussi ajouter le dossier Max Domi et Zack Smith à cette liste.

Samedi soir, pour le troisième match en 12 jours entre les 2 équipes, un horaire étrange, il y a eu un peu de rififi de bon aloi, sans plus.

Il faut dire que le Canadien a remporté les trois rencontres par un pointage identique de 5-2. D’ailleurs, il domine outrageusement les Sénateurs depuis près de trois ans.

Montréal présente une fiche de 9-1-1 contre la capitale lors des 11 derniers matchs et a gagné les 6 derniers au Centre Bell. De quoi refroidir l’autre équipe… mais pas tant que ça non plus.

Quand tu te mesures aussi souvent à la même équipe, il y a beaucoup de compétition. Les joueurs ont changé, mais c’est quand même plaisant de faire partie de cette rivalité.

Brendan Gallagher

Le Canadien ne croisera plus la route des Sénateurs cette saison.

« C’est dommage », a simplement répondu Gallagher, sourire fendu jusqu’aux oreilles.

La patience de Jesperi Kotkaniemi

Il y a de ces petits jeux ici et là qui en dévoilent beaucoup sur un joueur.

La qualité du lancer du revers de Sidney Crosby, un art qui se perd, nous en dit long sur son abnégation à se dépasser et à ne rien laisser au hasard par exemple.

Les longues bouclettes de Drouin nous en révèlent beaucoup sur la qualité de ses goûts capillaires (un excellent choix, soit dit en passant).

Jesperi Kotkaniemi (à gauche)

Jesperi Kotkaniemi (à gauche)

Photo : USA TODAY

La patience de Jesperi Kotkaniemi est parfois impressionnante et témoigne de son niveau de confort dans la LNH et de sa capacité d’adaptation. C’était le cas lorsqu’il a préparé le but de Paul Byron.

Tout indiquait que le Finlandais allait tirer… mais non. Byron lui-même a semblé surpris et n’a pu que bloquer son bâton pour rediriger la rondelle.

« Tu dois toujours être sur le qui-vive avec cet enfant. Il peut te trouver partout sur la glace. Tu dois être prêt », a dit Artturi Lehkonen.

Avec un but et une passe contre les Sénateurs, Kotkaniemi totalise cinq points à ses six dernières rencontres. On le sent plus à l’aise aussi en avantage numérique maintenant que les entraîneurs l’ont envoyé à la pointe.

On comprend Marc Bergevin de vouloir garder le jeune dans les parages.

En rafale

Pendant que la recrue du Canadien se tire bien d’affaire, celle des Sénateurs tournait en rond depuis un moment. Brady Tkachuk a mis un terme à une disette de huit matchs sans point samedi soir avec une passe sur le premier but des siens.

Officieusement, l’avantage numérique a permis au CH de marquer un but, mais officiellement ce n’est pas le cas puisque la punition était terminée depuis quelques secondes quand Weber a donné l’avance aux siens. Les chiffres sont les chiffres. Voilà le Tricolore blanchi à ses 22 dernières tentatives avec l’avantage d’un homme.

Parlant du capitaine. Montréal a tiré 40 fois ou plus sur le filet adverse dans sept des neuf matchs qu’il a disputés depuis son retour. Coïncidence? On vous laisse méditer là-dessus.

Hockey

Sports