•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FIS demande la disqualification de Stefan Luitz

Stefan Luitz

Stefan Luitz

Photo : La Presse canadienne / Nathan Bilow

Radio-Canada

La Fédération internationale de ski (FIS) a signifié à Stefan Luitz vendredi sa disqualification du slalom géant de Beaver Creek, disputé le 2 décembre, pour avoir utilisé un masque à oxygène. Le skieur alpin allemand avait été sacré vainqueur au Colorado.

« La FIS a indiqué à l'athlète qu'un dossier avait été ouvert. Il peut accepter la sanction prévue par le règlement de la FIS, une disqualification du géant de Beaver Creek, ou demander d'être entendu par le panel FIS qui s'occupe du cas avant sa décision finale », a expliqué la secrétaire générale de l'instance, Sarah Lewis.

Luitz avait remporté à Beaver Creek le premier slalom géant de sa carrière devant l'Autrichien Marcel Hirscher, qui récupérerait la victoire en cas de disqualification du gagnant.

La Fédération allemande de ski (DSV) a confirmé vendredi avoir reçu un courriel de la FIS, la veille, faisant état de la disqualification du skieur et du délai de 15 jours dont il dispose pour s'expliquer.

L’incident impliquant Luitz a donné lieu à une véritable cacophonie dans le monde du ski ces derniers jours.

L'interdiction d’inhaler de l'oxygène en compétition figure bien dans le règlement antidopage de la FIS depuis deux ans, mais pas dans le Code de l'Agence mondiale antidopage (AMA), que les Allemands affirment avoir suivi par erreur.

L'ajout de ce point dans le règlement antidopage est un impair, selon plusieurs experts de l'antidopage qui pensent que la situation peut poser des problèmes juridiques.

« Sportivement, il a gagné, il mérite sa victoire. C'est dommage de lui enlever », estime Romain Velez, entraîneur de la Slovaquie et ex-instructeur de Tessa Worley, qui avait essayé il y a plusieurs années l'inhalation d'oxygène en altitude pour lutter contre son asthme.

« Nous avons arrêté lorsque c'est devenu interdit », a ajouté Velez qui précise n'avoir « jamais vu de réelle variation sur la performance » avec la prise supplémentaire d'oxygène.

Ski alpin

Sports