•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canadien, au pic et à la pelle

Kenny Agostino félicite Artturi Lehkonen après son but en troisième période.
Kenny Agostino félicite Artturi Lehkonen après son but en troisième période. Photo: Reuters / USA TODAY USPW

Ça n'a pas été une démonstration de contrôle et d'harmonie contre les Hurricanes jeudi soir. Mais à force d'acharnement, sa marque cette saison, le Canadien a fait ployer une des meilleures défenses de la ligue.

Un texte d’Alexandre Gascon

Il faut avouer que les arrières de la Caroline n’ont pas toujours eu l’air de la brigade qui pointait au 3e rang de la LNH avec 80 buts accordés en 29 matchs avant ce duel.

Artturi Lehkonen a fait bien mal paraître le tandem Justin Faulk-Calvin De Haan lorsqu’il l’a contourné pour inscrire son sixième but de la saison. Quant à Brendan Gallagher, il a su profiter d’un revirement de Brett Pesce dans le fond de son territoire et de la vivacité d'esprit de Phillip Danault sur la séquence.

Les Canes ont tout de même ouvert la marque et ne se sont jamais laissé complètement distancer. Il a fallu travailler. Beaucoup de travail pour décrocher la victoire. Le mot était d’ailleurs sur toutes les lèvres dans le vestiaire.

« Ce n’était pas parfait, mais on a travaillé fort », a résumé Matthew Peca, arborant fièrement la cape du héros de la rencontre.

« Ils sont très bons défensivement, ils jouent serré. Notre vitesse a été la clé aujourd’hui. Et notre travail acharné pendant 60 minutes », a ajouté Phillip Danault.

Peut-être un peu fatigué, parce que « les gars n’ont pas arrêté » depuis leur retour du Minnesota, a expliqué Claude Julien, le Tricolore a donné de nombreuses occasions de marquer en troisième période.

J’ai trouvé qu’on a joué un pas pire match. On patinait bien en début de match, on a eu de bonnes chances en première période. On n’en a pas donné beaucoup non plus. En troisième, ça s’est ouvert un peu.

Claude Julien

Le site naturalstattrick.com en a dénombré sept de grande qualité en faveur des Hurricanes au troisième tiers seulement. C’est déjà beaucoup, mais un brin en deçà de la réalité.

Les chiffres de Carey Price – quatre buts sur 31 tirs – ne seront pas reluisants après ce gain. Pourtant, le gardien a été brillant. Un des nombreux bons points à retenir de cette soirée.

Les rescapés répondent à l’appel

« Il y a 23 joueurs. Il y a toujours des gars qui vont être laissés de côté », a lancé l’entraîneur-chef lorsqu’on lui a demandé si les deux joueurs qui étaient de retour dans la formation avaient répondu aux attentes.

L’entêtement de Julien à louer timidement les prestations de certains hommes, en l’occurrence Matthew Peca et Mike Reilly, demeure énigmatique.

Peca a inscrit son deuxième but de la saison pour créer l’égalité 1-1.

Price, à qui était d’abord revenue la magnifique cape du champion, l’a plutôt donnée à Peca.

Pour sa part, Reilly s’est comporté comme le défenseur qui a épaté la galerie en début de saison. À l’époque où Julien lui confiait entre 21 et 26 minutes de temps de jeu à ses neuf premiers matchs de l’année.

Le jeune homme du Minnesota a reconnu avoir été embarrassé par son retrait de la formation il y a deux jours, sur ses terres, devant parents et amis dans les gradins.

Il a amorcé la rencontre à pleine vapeur et a dirigé huit tirs vers le filet, dont quatre ont atteint la cible en plus d’obtenir deux chances de marquer de grande qualité au cours du premier engagement.

On l’a même vu fiable dans sa zone, sa grande lacune, particulièrement lors d’une descente à deux contre un des hommes en rouge pendant un avantage numérique du CH. Sa glissade, bien synchronisée, a annihilé la menace.

« Il a bien fait bouger la rondelle. Chaque fois que tu sors de la formation et que tu reviens, tu as toujours quelque chose à prouver. J’ai trouvé qu’il a bien joué ce soir. Quand il bouge rapidement et qu’il patine bien, c’est difficile de le contrer », a estimé son partenaire à la ligne bleue, Jeff Petry.

Depuis le retour au jeu de Shea Weber, le fardeau de Jeff Petry est tombé de ses épaules. Il n’y a pas à dire, le numéro 26 a monté la garde cette année en l’absence de l’Homme-Montagne, mais un rôle au sein du deuxième duo défensif lui va comme un gant.

Jeff Petry est félicité par ses coéquipiers après avoir marqué son deuxième but contre les Hurricanes.Jeff Petry est félicité par ses coéquipiers après avoir marqué son deuxième but contre les Hurricanes. Photo : Reuters / USA Today Sports

En huit matchs, Petry a amassé cinq buts et deux passes et a maintenu un ratio défensif de +3.

Jeudi, il n’a pas eu à affronter le premier trio des Canes piloté par Sebastian Aho et s’en est donc bien tiré dans l’ensemble face à celui de Lucas Wallmark, Andrei Svechnikov et Justin Williams en environ six minutes de jeu à cinq contre cinq.

Il a piqué une sainte colère après avoir pris une mauvaise décision durant l’avantage numérique, mais il s’est repris quelques minutes plus tard en enfilant le premier de ses deux buts.

« Je trouve enfin le filet. Ça devient frustrant par moment. Je touchais le poteau, je ratais le filet. Je savais que si je continuais à tirer au filet, ça finirait par entrer. Ces buts font du bien. »

En effet. Celui qui est réputé pour rater la cible ou frapper les jambières de son couvreur avec ses tirs a réussi à cadrer sept de ses huit tentatives.

Il est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière. D’avoir Petry dans le deuxième duo, pour le CH, c’est un luxe.

En rafale

Andrew Shaw a enfilé le but victorieux et a prolongé du même coup sa séquence de matchs avec au moins un point à six. Le fougueux attaquant a vraiment retrouvé toute sa pugnacité et son efficacité. Avec le temps des Fêtes qui approche, souhaitons-lui surtout d’éviter les blessures. Son dossier médical est déjà assez bien rempli. Il totalise maintenant neuf buts, soit un de moins qu'en 51 rencontres l'année dernière.

Jesperi Kotkaniemi a écopé d’une punition en première période. C’était seulement une deuxième infraction mineure pour la recrue en 29 rencontres. Il en avait reçu trois à ses trois premiers matchs et s’était alors fait sermonner par les entraîneurs. Le jeune a compris le message.

Le Canadien a été blanchi en six occasions avec l’avantage d’un homme. L’inertie de cette « attaque massive » commence à devenir un triste spectacle. Montréal n’a plus marqué dans cette phase du jeu depuis le 1er décembre et traîne maintenant une tache de 0 en 18.

Matthew Peca a remplacé Nicolas Deslauriers dans le quatrième trio qui a encore apporté sa touche à l'attaque. Michael Chaput et Kenny Agostino connaissent d'excellents moments. Chaput a d'ailleurs récolté une passe dans un quatrième match d'affilée.

Hockey

Sports