•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Crépeau est prêt à tourner la page

Maxime Crépeau discute de son nouveau départ avec les Whitecaps de Vancouver

Cédé aux Whitecaps de Vancouver, Maxime Crépeau n'aurait pas pu espérer un meilleur scénario. Pour la première fois de sa carrière, le gardien de but québécois a l'impression d'avoir enfin sa chance.

Un texte de Christine Roger

« C’est la meilleure option. Vancouver, c’est fantastique. Je repars à zéro et je n’ai pas ce statut du petit gars d’ici. On tourne la page. C’est à moi de me prouver, de faire mes classes et d’avancer », explique-t-il.

L’arrivée de Maxime Crépeau à Vancouver n’a rien de surprenant. Avec Marc Dos Santos comme entraîneur-chef et Youssef Dahha comme entraîneur des gardiens de but, la connexion était logique.

« Peu importe le club, dans le sport, ce sont les contacts qui changent tout. Je fais partie de ces joueurs qu’ils ont connus il y a longtemps et qu’ils ont suivis tout au long de ma carrière », souligne-t-il.

« Quand j’ai vu que Marc avait l’emploi, ça m’a fait chaud au cœur. Et Youssef, c’est lui qui m’a formé. On a commencé à travailler ensemble quand j’avais 12-13 ans. Je suis très content pour eux », ajoute le joueur de 24 ans.

Crépeau croit en ses chances d’obtenir le poste de gardien numéro un, même si les Whitecaps ont récemment fait l’acquisition de Zac MacMath, un gardien de but qui a une expérience considérable en MLS.

« MacMath est un bon gardien de but, mais je ne crois pas que je sois déclassé. Marc et Youssef m’ont dit que tout sera à prouver au camp d’entraînement. Tout le monde sera sur le même pied d’égalité. Le meilleur aura le poste », affirme-t-il.

Un nouveau chapitre

Ses contacts avec l’Impact de Montréal ont été plutôt minces lors de la dernière année passée en prêt avec le Fury d’Ottawa. Il n'a parlé à Rémi Garde qu’à deux reprises et jamais il n’a discuté avec l’entraîneur des gardiens de but Joël Bats.

Déjà, à l’époque où Mauro Biello était l’entraîneur-chef, il y avait été question de son utilisation sur le terrain.

Peu importe l’entraîneur, Maxime Crépeau n’a pas l’impression d’avoir réellement eu sa chance avec le onze montréalais.

« Je pense qu’il y a eu une fenêtre où ils m’ont donné des matchs pour me satisfaire. Mais au final, je n’ai pas eu une séquence de cinq ou six matchs de suite pour me sentir plus à l’aise. Montréal, c’est un marché où, si tu gagnes, tu es un héros, mais si tu perds, tu es le pire au monde. Tu es de héros à zéro bien vite. Je pense que je n’ai pas obtenu la confiance pour vraiment évoluer », confie-t-il.

S’il reconnaît qu’il aurait préféré que son aventure avec le Bleu-blanc-noir se termine différemment, il assure qu’il ne garde aucune amertume envers l’organisation. Il conserve d’excellents souvenirs de son expérience à Montréal, mais il est maintenant fin prêt à tourner la page.

Il est bien conscient que rien n’est gagné d’avance pour lui, même s’il a dominé dans la USL la saison dernière.

« Je ne change pas de mentalité. Tout est à refaire. Je n’ai absolument rien prouvé en MLS. En USL, ça s’est très bien déroulé, mais la MLS, c’est autre chose. Il faut que je sois capable physiquement, mentalement, tactiquement, techniquement de répéter la même chose », souligne-t-il.

« C’est ça que je veux prouver. Je veux prouver aux gens, aux sceptiques, que je suis capable de le faire. »

Maxime Crépeau quittera le Québec le 15 janvier pour arriver à Vancouver une semaine avant le début du camp d’entraînement.

Soccer

Sports