•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La loi protège la boxe, mais qui protège les boxeurs?

Le reportage de Robert Frosi
Radio-Canada

Quand un boxeur monte dans un ring, il le fait à ses risques et périls, et souvent sans assurance, relève Robert Frosi dans son reportage.

Si la boxe est l'un des deux sports, avec le kickboxing, à être exemptés du Code criminel canadien, les athlètes signent habituellement une décharge qui exonère les promoteurs de ce qui peut se produire sur le ring.

« Dans beaucoup de contrats, on va trouver une clause qui précise que l'athlète n'a aucun recours lorsqu'il monte dans un ring », explique le vétéran entraîneur montréalais Ali Nestor.

Lorsqu'un drame comme celui qui a frappé Adonis Stevenson se produit, un boxeur se trouve sans protection légale. Tout au plus peut-il souscrire à une coûteuse assurance individuelle.

Un boxeur moyen peut ainsi payer plus de 5000 $ par an pour ce type de protection, mais la plupart, révèle Ali Nestor, montent dans le ring sans assurance.

Boxe

Sports