•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Nassar : un rapport accable le Comité olympique américain

Alan Ashley

Alan Ashley

Photo : getty images, / Ker Robertson

Radio-Canada

Le Comité olympique américain (USOC) a congédié, lundi, son directeur de la performance sportive, Alan Ashley, après la publication d'un rapport qui le vise directement pour son inaction face aux agissements de l'ancien médecin de l'équipe américaine de gymnastique féminine, Larry Nassar, reconnu coupable de centaines d'agressions sexuelles sur des athlètes.

Le rapport de 233 pages, commandé par l'USOC et réalisé par un cabinet d'avocats, accuse également l'ancien directeur général de l'USOC Scott Blackmun, qui a démissionné en février. Selon les auteurs du rapport, les deux hommes ont tardé à réagir après les premières accusations entourant Nassar en 2015 et ont cherché à étouffer le scandale, qui a éclaté au grand jour fin 2016.

Ils n'auraient pas pris les mesures nécessaires après avoir été alertés, dès juillet 2015, par l'ancien directeur de la Fédération américaine de gymnastique Steve Penny.

Nassar a été condamné à perpétuité en début d'année pour avoir commis des abus sexuels sur plus de 250 athlètes, dont plusieurs membres des équipes olympiques américaines de gymnastique féminine de 2012 à 2016.

« Si Nassar porte la responsabilité ultime de décennies d'abus sur des filles et des jeunes femmes, il n'a pas agi en vase clos », indique une synthèse du rapport.

« Il a au contraire agi au sein d'un écosystème qui a facilité ses actes criminels. »

L'USOC a présenté ses excuses aux victimes de Nassar.

« Le Comité olympique des États-Unis a trompé les victimes, les rescapées et leurs familles. Nous présentons de nouveau nos excuses à tous ceux et toutes celles qui ont été blessés », a déclaré Susanne Lyons, membre indépendante du conseil d'administration de l'USOC.

« Le conseil de l'USOC a commandé cette enquête indépendante, car nous savions que nous avions l'obligation de découvrir ce qu'il s'était passé et de prendre des mesures importantes pour empêcher et détecter les abus. Nous avons désormais une vue plus globale des manquements individuels et institutionnels », a poursuivi Mme Lyons.

Pour établir leur rapport, les enquêteurs ont réalisé une centaine d'entretiens, dont plusieurs avec des responsables anciens et actuels de l'USOC et de la Fédération américaine de gymnastique, et ont consulté plus de 1,3 million de documents pendant de plus de 10 mois.

Avec les informations de Agence France-Presse

Gymnastique

Sports