•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ultramarathonien de Québec triomphe en Martinique

L’ultramarathonien Jean-François Cauchon pose fièrement avec sa médaille.
L’ultramarathonien Jean-François Cauchon a remporté la TransMartinique, une course de 144 km sous le chaud soleil de la Martinique. Photo: Facebook Team Cauchon
Radio-Canada

L'ultramarathonien de Québec Jean-François Cauchon a mis un terme à sa saison parfaite samedi soir, dans les Antilles, en remportant la TransMartinique 2018, une course éreintante de 144 kilomètres à travers la jungle.

Un texte de Guillaume Piedboeuf

Ce triomphe survient après ceux au Sinister7, dans les Rocheuses de l’Alberta, à l'UltraTrail Harricana de Charlevoix et au Bromont Ultra, plus tôt cette année. Pas mal pour un amateur qui poursuit sa carrière d’ingénieur du lundi au vendredi et qui prenait des vacances pour se rendre en Martinique.

Le plus difficile, c’était vraiment le climat. Même durant la première partie de la course, qui se faisait de nuit dans la jungle, il faisait autour de 23 °C et c’était très humide, a expliqué lundi matin l'athlète de Cap-Rouge, remis de ses quelque 17 heures de course.

À écouter :

Si les coureurs tentent habituellement de se garder les pieds le plus secs possible durant des courses d’endurance, Jean-François Cauchon et les autres compétiteurs n’hésitaient pas à plonger dans les ruisseaux de la jungle martiniquaise dans l’espoir de se rafraîchir. On avait déjà les pieds complètement trempés.

Bataille entre deux rivaux du Québec

M. Cauchon, 25 ans, qui en était à une première course en climat tropical, Cauchon, s’est retrouvé à batailler avec un coureur qu’il connaît très bien. Montréalais d’adoption, le Français Mathieu Blanchard tentait de remporter la TransMartinique pour une deuxième année de suite.

Après avoir distancé son rival à la sortie de la jungle, Blanchard est momentanément sorti du parcours en raison d’une erreur de signalisation, ce qui a permis au coureur du Québec de le rattraper. Les deux compétiteurs se sont ensuite suivis jusqu’à l'avant-dernier arrêt de ravitaillement, à 19 km de l’arrivée, après lequel Jean-François Cauchon a pris le dessus.

L'ultramarathonien Jean-François Cauchon discute avec sa soeur, Elizabeth, qui a également pris part à l'événement.L'ultramarathonien Jean-François Cauchon discute avec sa soeur, Elizabeth, qui a également pris part à l'événement. Photo : Facebook Team Cauchon

Une histoire de famille

Fidèle à son habitude, ce dernier était accompagné en Martinique de sa soeur Elisabeth, elle aussi une ultramarathonienne accomplie.

Infirmière, elle attendait son frère à chaque arrêt de ravitaillement pour le prendre en charge et s’assurer qu’il était en état de continuer. Puis, après avoir passé la nuit et la journée debout comme équipière, elle a pris le départ de la plus « courte » course TransMartinique, samedi soir, un parcours nocturne de 58 km.

Malgré son déficit de sommeil, la coureuse de 27 ans l’a emporté chez les femmes, prenant le 5e rang du classement général. Et plutôt qu’aller se reposer après plus de 17 h de course, Jean-François a lui aussi assuré le rôle d’équipier pour sa cadette.

Une carrière pro devant lui?

La TransMartinique était la dernière course de la saison de la famille Cauchon, mais Jean-François a déjà les yeux sur une autre prestigieuse compétition internationale, l’automne prochain : la Diagonale des Fous, une course de 168 km à travers les montagnes de l’île de la Réunion.

D’ici là, celui qui est soutenu par quelques commanditaires locaux de la ville de Québec pourrait bien attirer l’attention d’équipes professionnelles majeures, comme celles des équipementiers Salomon, Vibram ou The North Face.

C’est qu’il est de plus en plus difficile de nier que Jean-François Cauchon appartient à l’élite mondiale et, à 25 ans, ses meilleures années sont encore devant lui.

C’est sûr que j’aimerais essayer de faire partie d’une grosse équipe. Mais moins d’une centaine d’ultramarathoniens sur la planète courent de manière professionnelle. Si ça n’arrive pas, je suis quand même bien avec mes commanditaires locaux.

Ultra marathon

Sports