•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joël Bouchard veut faire de Xavier Ouellet un défenseur partant dans la LNH

Gros plan de Xavier Ouellet
Xavier Ouellet a été cédé au ballottage par le Canadien, puis ignoré par les 30 autres équipes de la LNH. Photo: Getty Images / Jana Chytilova/Freestyle Photo

Après avoir été ignoré au ballottage, Xavier Ouellet a été rétrogradé au Rocket ce week-end pour parfaire ses habiletés et corriger ses lacunes. Le défenseur espère que les retrouvailles avec Joël Bouchard lui permettront de renouer avec son niveau de jeu d'autrefois et de rejouer un jour pour le Canadien.

Un texte de Félix St-Aubin

L’entraîneur-chef du Rocket ne s’en cache pas, il a placé la barre très haut. Les attentes à l’endroit de Ouellet sont élevées.

« Je m’attends à beaucoup de caractère et de leadership de sa part, c’est en dedans de lui. C’est un gars qui performe, qui a besoin d’être mis au défi. Donc, on va le mettre au défi », promet Bouchard.

Il est tellement proche d’être un défenseur régulier dans la LNH, et même performant. Je vais travailler avec lui, le groupe d’entraîneurs va travailler avec lui, pour s’assurer de lui donner cette petite coche qui fera qu’il sera capable de s’établir à temps plein dans la LNH.

Joël Bouchard, entraîneur-chef du Rocket de Laval

Ouellet n’a pas été trop dépaysé lorsqu’il est débarqué dans les installations du club-école du CH lundi, dans le cadre de son premier entraînement avec le Rocket. Nombre de visages connus se retrouvent effectivement dans le vestiaire lavallois.

D’anciens coéquipiers à la ligne bleue montréalaise, tels que Karl Alzner et Victor Mete, et un entraîneur qui a contribué à son développement dans les rangs juniors, Joël Bouchard, lui offrent quelques points de repère.

Ouellet et le volubile pilote du Rocket se sont d’abord côtoyés avec le défunt Junior de Montréal, puis avec l’Armada de Blainville-Boisbriand.

Xavier Ouellet (gauche) et Brady Tkachuk (droite)Xavier Ouellet (gauche) et Brady Tkachuk (droite) Photo : USA Today Sports

Utilisé dans l'ensemble des sphères du jeu lors de son passage dans la LHJMQ, le défenseur de 25 ans souhaite que Bouchard l’aide à retrouver le jeu qu'il avait quand il était plus jeune, c'est-à-dire de trouver le moyen d’être un joueur d’impact et de jouer des minutes importantes.

« Il n'est pas loin, mais je pense qu'il a un côté plus performeur que ça, avance Bouchard. C'est un gars de grands moments, un gars qui est capable de faire la différence. Je ne pense pas que c'est un défenseur étoile dans la LNH, mais pour moi c'est un défenseur qui peut en apporter un petit peu plus. On va le pousser. »

« Il est arrivé dans un bon état d’esprit, c’est un professionnel, c’est un compétiteur, décrit l'entraîneur-chef. C’est sûr qu’on s’est parlés, avec Xavier il n’y aura pas de cachettes, pas de cachotteries ou de gants blancs. On va travailler ensemble, je serai difficile avec lui comme je le suis avec tous les autres joueurs. »

C’est important, tout est dans l’attitude. Parfois, il faut prendre un pas de recul pour [ensuite] en faire deux par en avant. J’essaie de voir ça comme ça. Je vais venir ici et donner tout ce que j’ai.

Xavier Ouellet, défenseur du Rocket de Laval

Ouellet a toutefois nécessité un petit moment pour se faire à l’idée que le Tricolore l’avait rendu libre comme l’air en inscrivant son nom au ballottage.

« C’est sûr qu’au début, c’est un choc. Ce n’est jamais le fun d’apprendre ça. Mais bon, tu dors là-dessus, tu te réveilles et il faut que tu avances. Je suis excité d’être ici en ce moment, j’ai hâte de jouer au hockey, de faire partie de l’équipe et de l’aider à gagner. »

Si la 48e sélection au repêchage amateur de 2011 piaffe d’impatience de voir de l’action, c’est parce qu’il a été rayé de la formation montréalaise plus souvent qu’à son tour depuis un mois.

Claude Julien a envoyé Ouellet sur la passerelle de presse 10 fois en 13 matchs, après que ce dernier eut disputé l’intégralité des 16 premières rencontres du calendrier.

« J’étais en haut, j’ai fait la job que j’avais à faire là-bas. Le Canadien avait besoin d’une place dans la formation pour [Noah] Juulsen qui revenait [au jeu après avoir guéri une fracture au visage]. C’est la décision qui a été prise, et je n’avais pas grand-chose à dire là-dessus. »

Hockey

Sports