•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un vol de Carey Price au pays d'Al Capone

Carey Price stoppe un tir face aux Blackhawks de Chicago.
Carey Price stoppe un tir face aux Blackhawks de Chicago. Photo: USA Today Sports
Radio-Canada

CHICAGO - Le Canadien file à l'anglaise de Chicago avec deux points de plus au classement obtenus à l'arraché. Paradoxalement, ç'aura été la victoire de certaines têtes d'affiche de l'équipe et d'employés de soutien.

Un texte d’Alexandre Gascon

« On est contents de partir avec les points », a admis Claude Julien après le match.

« Il faut réaliser que, contre la prochaine équipe, si on joue de cette façon-là, l’histoire va être très différente », a-t-il ajouté, en guise de petite mise en garde.

La prochaine équipe, c’est le Wild du Minnesota. Il ne marche pas nécessairement sur les eaux avec une fiche de 3-7-0 à ses 10 derniers matchs, mais il ne faudrait peut-être pas lui offrir 18 minutes d’avantage numérique comme ç'a été le cas dimanche contre les Blackhawks (9-17-5).

Le gardien du Tricolore (15-10-5) et l’unité de désavantage numérique ont sauvé les meubles. Quelques chiffres assez révélateurs. D’abord Carey Price.

C’est fou à quel point il est bon. Il a été notre meilleur joueur ce soir. Il l’est la majorité des soirs. Mais ce soir, il est allé nous chercher le match.

Max Domi à propos de Carey Price

Un « vol » comme le veut l’expression, bien que le principal intéressé, on s’en doute, ne l’entendait pas de cette oreille.

« Ça te garde dans le match quand il y a autant de punitions. Mais nos gars en infériorité numérique ont fait du très bon boulot », s’est-il contenté de répondre.

Price a réalisé 37 arrêts dans cette victoire de 3-2, son deuxième total cette saison.

Au troisième tiers, cela a été une cascade de punitions des deux côtés et le gardien du CH a repoussé les 12 lancers qu’il a reçus en désavantage dans cette seule période. Au total, les deux équipes ont joué seulement 5 min 34 s à cinq contre cinq.

À la limite, on s’attend à voir Price briller de tous ses feux dans ce genre de situation. Il a repoussé une frappe violente de Connor Murphy et s'est dressé devant la réplique de Duncan Keith.

Que Shea Weber passe près d’une demi-heure sur la glace dans un match aussi serré, marque un but et joue 8 min 31 s en désavantage numérique : est-ce surprenant?

Certainement pas autant que le rôle-clé qu’a tenu Michaël Chaput, modeste centre de quatrième trio.

Une identité à renforcer

Chaput connaît son rôle. Il le campe avec aplomb depuis son rappel le 21 novembre et Julien, après avoir essayé de nombreuses combinaisons, pense avoir tiré le bon numéro avec son actuel quatrième trio.

Le Québécois remporte des mises au jeu et joue énormément à court d’un homme. Deux lacunes majeures de l'équipe.

« Depuis le début, il est très bon en désavantage. Il est bon en général sur les mises au jeu aussi. C’est un gars qui travaille fort, il n’a pas peur de bloquer les lancers. Ç’a été un atout important pour nous ce soir », a reconnu son entraîneur.

« Si je continue à travailler comme ça, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Pour ma part, je veux continuer à faire mon travail et essayer de rester ici le plus longtemps possible », a confié le pivot de 26 ans.

Michaël Chaput du Canadien tente de passer Brandon Saad des Blackhawks lors de la victoire de 3-2 du Tricolore.Michaël Chaput du Canadien tente de passer Brandon Saad des Blackhawks lors de la victoire de 3-2 du Tricolore. Photo : Associated Press / Kamil Krzaczynski

Il faut l’admettre, c’est bien parti.

En 135 matchs dans la LNH avant d’arriver à Montréal, Chaput n’avait jamais réussi à cimenter sa place au sein d’une formation, que ce soit à Vancouver ou à Columbus.

Pour l’instant, avec le départ de Plekanec et le rendement insatisfaisant de Matthew Peca, il se voit offrir une occasion rêvée.

Le Tricolore est au 30e rang dans le cercle des mises au jeu en raison d’un exécrable taux de réussite de 46,7 %. Deux de ses trois premiers centres peinent dans l’axe avec une efficacité de 44,1 % (Domi) et de 45,1 % (Jesperi Kotkaniemi).

Chaput, lui, a maintenu un bilan positif à chacune de ses quatre dernières années professionnelles et est le meilleur, loin devant Phillip Danault, avec un succès dans 58,4 % des cas.

Pendant de longs moments, le CH a été incapable de dégager la rondelle de son territoire en infériorité et quelques victoires dans le cercle n’auraient pas nui. Chaput a d’ailleurs passé une interminable séquence de 1 min 32 s sur la glace pendant une punition de quatre minutes imposée à Jordie Benn.

Et si le Bleu-blanc-rouge améliore son sort tranquillement en désavantage, il est toujours au 18e rang du circuit Bettman.

L’entraîneur lui confie en moyenne 2 min 11 s de temps de glace à 4 contre 5, avec l’exception dans l’Illinois, où Chaput a passé plus de temps (7 min 32 s) dans cette phase de jeu qu’à égalité numérique (6 min 38 s).

Ses complices aussi abattent un travail honnête. Nicolas Deslauriers a dérangé l’adversaire avec quelques bons coups d’épaule, dont un retentissant contre Jonathan Toews, qui n’a guère savouré le choc.

Chaput et Kenny Agostino ont aussi été à l’origine du but de Weber après avoir gagné leurs batailles derrière le filet de Corey Crawford.

Claude Julien a toujours eu un penchant pour les cols bleus qui ont le cœur à l’ouvrage. On se souviendra du trio Merlot à Boston. Shawn Thornton, Daniel Paille et Gregory Campbell ont passé de nombreuses années ensemble et étaient déjà réunis lors de la conquête de la Coupe Stanley en 2011.

Évidemment, Deslauriers, Agostino et Chaput ne sont pas de cet acabit. Pas encore du moins.

« Ça fait neuf matchs que je suis ici et qu’on joue ensemble. Ce n’est pas encore beaucoup, beaucoup de matchs, mais je pense qu’on s’est créé une petite identité », a estimé Chaput.

La créer et la conserver, voilà certainement leur planche de salut dans la Ligue nationale.

En rafale

Carey Price est un homme nouveau depuis le retour de Shea Weber. Le portier d’Anahim Lake présente de très bonnes statistiques dans cette ligue où il se marque de plus en plus de buts. Price a remporté 4 des 6 matchs en présence du capitaine (4-2-0) avec une moyenne de buts de 2,20 et un pourcentage d’arrêts de 92 %.

« Il y a toujours place à l’amélioration », nous a-t-il dit. Bien sûr.

Tomas Tatar a écopé de trois des huit punitions de son club. À sa décharge, il a tenté de réparer une gaffe de Mike Reilly lors de sa troisième.

Parlant de Reilly, si Noah Juulsen est à point, on doute sérieusement de sa présence en uniforme. Victime d’un revirement profondément dans son territoire avec une marque égale en troisième période, Reilly aurait pu coûter la victoire à son équipe. Il a joué 65 secondes au dernier tiers.

Jesperi Kotkaniemi a effectué six tirs au but, un sommet parmi ses coéquipiers. Il est également à l’origine du but gagnant. Tout ça en 13 minutes de jeu. Claude Julien l'a même déplacé le long de la bande, à la gauche du gardien, pendant la première vague d'avantage numérique, qui, par ailleurs, a été catastrophique. Un bon signe néanmoins. Certains soirs, on sent le jeune homme prêt à exploser.

Hockey

Sports