•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coups à la tête : la classe politique se demande comment mieux protéger les athlètes

Isabelle Charest, ministre déléguée à l'Éducation et responsable du sport et des loisirs Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'accident dont a été victime Adonis Stevenson, plongé dans un coma artificiel après sa défaite par K.-O. contre Oleksandr Gvozdyk samedi dernier, vient raviver le débat entourant les commotions cérébrales et les coups à la tête dans le sport.

Selon Isabelle Charest, ministre déléguée à l'Éducation et responsable du sport et des loisirs, une réflexion s’impose.

« La situation qu’on a vue en fin de semaine vient encore renforcer le besoin de poursuivre les travaux sur les commotions cérébrales, sur la sécurité dans les sports de combat, mais aussi dans le sport en général », estime-t-elle.

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie, Enrico Ciccone, abonde dans le même sens. Celui qui a été reconnu pour ses aptitudes de bagarreur lorsqu’il jouait dans la Ligue nationale de hockey (LNH) se dit très sensible aux conséquences que peuvent avoir les coups à la tête.

« Chaque jour, je me réveille et je me demande : "Est-ce que je vais avoir des séquelles?" Le sport est rendu plus vite, les joueurs sont mieux entraînés, les joueurs sont plus gros, plus forts. Les boxeurs, je comprends qu’il y a des catégories, mais ils sont mieux entraînés, ils sont meilleurs. Est-ce qu’il faut agrandir le ring? Est-ce qu’il va falloir mettre des casques sur les boxeurs professionnels », dit-il.

Enrico Ciccone, porte-parole de l’opposition officielle en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vieEnrico Ciccone, porte-parole de l’opposition officielle en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie Photo : Radio-Canada

Les séquelles liées aux commotions cérébrales ont déjà entraîné de nombreuses actions en justice d'athlètes, particulièrement dans le monde du football et du baseball. Enrico Ciconne croit que cette prise de conscience doit maintenant s’étendre à tous les sports, y compris ceux de combat.

« On sait, scientifiquement, que les coups à la tête peuvent mener à de la démence, de l’alzheimer. On sait qu’il y a des joueurs qui vont penser au suicide. Et on parle ici de sport dont l’objectif n’est pas nécessairement de cogner à la tête, contrairement à la boxe », affirme-t-il.

La Régie se défend

Geneviève Guilbault, vice-première ministre et responsable de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) en sa qualité de ministre de la Sécurité publique, a affirmé lundi qu’une enquête était en cours à l’interne afin d’évaluer le déroulement des événements et de s’assurer que tout avait été fait dans les règles de l’art, samedi dernier, dans le gala à Québec.

La RACJ s’est défendue, assurant qu’elle avait respecté à la lettre son protocole d’évaluation et de suivi médical.

« Dans le cas précis de M. Stevenson, les procédures habituelles ont été suivies intégralement pour le déroulement du combat et plus spécifiquement à l’égard de sa condition médicale », a-t-elle écrit dans communiqué.

Boxe

Sports