•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour sa deuxième tentative à l'Indy 500, Alonso choisit Chevrolet

Fernando Alonso
Fernando Alonso Photo: You Tube / Indianapolis
Radio-Canada

Il aurait été étonnant qu'ils refassent confiance à Honda. À leur deuxième participation aux 500 milles d'Indianapolis, Fernando Alonso et l'équipe McLaren ont choisi le manufacturier Chevrolet.

La série IndyCar dispose de deux motoristes, Chevrolet et Honda, mais la relation entre McLaren et Honda est au point mort.

En F1, le retour de Honda avec McLaren en 2015 s'est avéré catastrophique. Le géant japonais avait quitté la F1 à la fin de la saison 2008 en raison de la crise boursière.

Pour son retour en 2015, Honda et McLaren avaient décidé de faire revivre les années glorieuses de leur partenariat de 1988 à 1992, sublimé par la rivalité entre Ayrton Senna et Alain Prost.

En trois saisons, de 2015 à 2017, les pilotes McLaren ne sont toutefois pas montés une seule fois sur le podium. Et les problèmes de fiabilité des moteurs Honda ont pris toute la place.

De guerre lasse, l'équipe McLaren s'est tournée vers Renault pour la saison 2018. Incapable d'obtenir de bons résultats, Fernando Alonso a annoncé qu'il quittait la F1.

Le double champion du monde de F1 veut remporter la triple couronne, soit le Grand Prix de Monaco de F1 (qu'il a gagné en 2006), les 24 heures du Mans (qu'il a gagnées en 2018) et les 500 milles d'Indianapolis.

En 2017, lors de sa première participation, la McLaren de l'Espagnol à moteur Honda avait mené l'épreuve pendant 27 tours, mais le moteur avait rendu l'âme au 180e des 200 tours.

« C'est dommage, avait dit Alonso. C'était une belle surprise de venir ici et de pouvoir rivaliser avec les meilleurs pilotes dans cette discipline. »

Fernando Alonso à Indianapolis Fernando Alonso à Indianapolis Photo : You Tube / Indianapolis

Le pilote espagnol avait fait l’impasse sur le Grand Prix de Monaco pour se préparer pour la célèbre épreuve américaine. Il s’était élancé de la 5e place sur la grille de départ.

Le voici à nouveau inscrit pour l'édition 2019. Que McLaren se tourne cette fois vers Chevrolet est dans la logique des choses.

Chevrolet est le motoriste qui connaît le plus de succès en IndyCar depuis 2012, et qui a gagné les derniers 500 milles d'Indianapolis.

McLaren retrouve en Chevrolet son partenaire des années 60 et 70 en série Can-Am.

« McLaren et Chevrolet ont une belle histoire ensemble en Amérique du Nord, et nous ne voulions pas rater l'occasion de réunir les deux marques pour l'Indy 500 », a dit le directeur général du groupe McLaren, Zak Brown.

« Tout comme McLaren, Chevrolet a la course automobile dans le sang, a rappelé M. Brown. Sa réputation à l'Indy 500 n'est plus à faire, et ce sera un partenaire du tonnerre. »

Seul le pilote britannique Graham Hill a réussi à remporter la triple couronne, un exploit très rare et envié, pour un titre purement honorifique.

Course automobile

Sports