•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CIO met sur pied un comité consultatif sur les droits de la personne

thomas-bach-cio-conference-presse
Le président du CIO, Thomas Bach, s'adresse aux médias en conférence de presse. Photo: presse canadienne
Radio-Canada

Le comité exécutif du Comité international olympique (CIO) a annoncé samedi mettre sur pied un comité consultatif sur les droits de la personne, afin de faire notamment respecter les législations en matière de santé, de sécurité, de conditions de travail et de lutte anticorruption.

Ce comité consultatif sera présidé par un ancien haut-commissaire des Nations unies pour les droits de la personne.

« Nous sommes très heureux que lepPrince Zeid Ra’ad Al Hussein ait accepté de prendre la tête de ce nouveau comité consultatif sur les droits de la personne créé au sein du CIO », a dit Thomas Bach à Tokyo.

« La promotion des valeurs humaines dans le sport est l'une des principales priorités du CIO depuis sa création. Notre mission, qui est de mettre le sport au service de l'humanité, va de pair avec les droits de la personne, lesquels font partie de notre ADN. »

Le comité consultatif sera composé de six à neuf membres ayant tous une expertise dans les domaines du sport et des droits de la personne. La composition finale de ce comité sera annoncée en mars 2019.

Ce comité interviendra dans les différentes sphères de travail du CIO, notamment ses opérations et la tenue des Jeux olympiques et des Jeux olympiques de la Jeunesse. Le comité consultatif rendra compte au comité exécutif et au président du CIO.

Le CIO parle d'un instrument fondamental pour l'aider à s'acquitter de ses responsabilités en matière de droits de la personne et pour faire face aux principaux risques auxquels l'organisation est confrontée dans ce domaine.

« Une des questions sur lesquelles nous allons demander à ce comité de nous aider [...] concerne la politique transgenre du CIO et du mouvement olympique, pour laquelle des points très compliqués doivent être abordés, où les droits de la personne jouent un rôle central », a précisé M. Bach.

L'inclusion d'athlètes transgenres dans les épreuves olympiques a fait l'objet de vifs débats ces dernières années. Certaines instances sportives ont notamment été critiquées pour avoir fondé leurs critères d'admission sur des mesures de taux de testostérone.

Le comité donnera son avis sur plusieurs questions, mais se limitera au domaine d'expertise du CIO, a précisé l'ancien médaillé des Jeux de 1976 à Montréal.

« Nous n'allons pas prétendre que le CIO ou les Jeux olympiques sont capables de résoudre les problèmes des droits de la personne au-delà de notre domaine. »

Le président a notamment été prudent en parlant des droits de la personne en Chine, où auront lieu les Jeux d'hiver de 2022. À une remarque sur les internements massifs dans certaines parties de la Chine, Thomas Bach a répondu que de telles questions étaient « politiques ».

De plus, le CIO devra se montrer transparent en la matière, car on apprend que « des rapports publics réguliers ne sont pas attendus, mais ne sont pas pour autant exclus ».

Les chantiers du Qatar

La décision de mettre sur pied ce comité consultatif est une autre conséquence directe de l'Agenda olympique 2020, voulu par Thomas Bach.

Elle survient après l'ajout des normes relatives aux droits de la personne dans les « conditions opérationnelles » du contrat liant la ville hôtesse au CIO pour les Jeux olympiques de 2024 et pour les éditions suivantes.

Ces normes exigent explicitement des comités d'organisation qu'ils « respectent la législation locale, régionale et nationale, ainsi que les accords et protocoles internationaux applicables dans le pays hôte, en matière d'urbanisme, de construction, de protection de l‘environnement, de santé, de sûreté et sécurité, de conditions de travail et de lutte anticorruption » pour « les projets de développement et autres projets nécessaires à l'organisation des Jeux ».

De nouvelles normes nécessaires pour contrer l'exploitation des ouvriers sur les chantiers, comme on a pu le lire dans les rapports alarmants émanant de la préparation de la Coupe du monde de soccer au Qatar.

Sports