•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

À son retour au jeu, Shea Weber hérite d'une lourde commande

Gros plan de Shea Weber
Shea Weber Photo: Getty Images / Minas Panagiotakis
Martin Leclerc

BILLET - Après presque une année d'absence, Shea Weber fera ses débuts à titre de capitaine du Canadien mardi soir. Bien des partisans espèrent le voir débarquer en sauveur et stopper la lente et constante glissade de l'équipe. Mais quand on y regarde de près, le défi est énorme.

Surnommé « l’homme montagne » par Mike Babcock il y a quelques années, Weber (il fait 6 pi 4 po/1,93 m et quelque 230 lb/105 kg) est effectivement l’un des plus impressionnants colosses de la LNH. Une véritable force de la nature.

Mais voilà, le nouveau capitaine est aussi âgé de 33 ans et son retour au jeu survient après une délicate intervention chirurgicale au pied gauche (tendon déchiré) ainsi qu’une autre intervention majeure, cette fois au genou droit (ménisque déchiré). Comment déplacera-t-il désormais son imposante charpente?

Si l’on part du principe voulant que tout le monde ralentisse avec l’âge, que les coups de bistouri laissent inévitablement des traces et que la LNH est de plus en plus rapide, il sera extrêmement intéressant de voir comment s’ajustera Weber au cours des prochaines semaines.

***

Hypothéqué par plusieurs interventions à un genou, sa vaste expérience aidant, Andrei Markov était parvenu à préserver un fort pourcentage de son efficacité à ses dernières années avec le CH.

Et du côté de Boston, malgré le fait qu’il ait aussi dû composer avec le vieillissement et la difficulté de déplacer une imposante masse corporelle, Zdeno Chara a aussi admirablement bien traversé les années.

Markov et Chara avaient toutefois un point en commun : ils ont eu la chance de travailler avec de jeunes partenaires mobiles et talentueux (comme P.K. Subban, Brandon Carlo et Charlie McAvoy) qui leur permettaient de continuer à assumer d’importantes responsabilités face aux meilleurs éléments adverses.

Malheureusement pour lui, Weber n’aura pas ce luxe à son retour au jeu. Incroyablement, même si les deux tiers de la formation ont changé depuis son dernier match (le 16 décembre 2017), la dysfonctionnelle brigade défensive assemblée l’an dernier est à peu près intacte.

***

Contre les Hurricanes de la Caroline, Weber retrouvera donc Jordie Benn, David Schlemko, Jeff Petry et Victor Mete, qui étaient ses compagnons d’infortune la saison dernière.

Et comme les mêmes causes ont la fâcheuse habitude de produire les mêmes effets, Weber retrouve une brigade défensive aux prises avec les mêmes démons :

  • Un profond déséquilibre entre le flanc droit et le flanc gauche, qui fait en sorte que les entraîneurs ne misent sur aucun défenseur capable d’assumer (selon les standards d’excellence de la LNH) les responsabilités inhérentes au top 4 sur le flanc gauche.
  • Des capacités limitées en relance et en circulation de rondelle qui font en sorte que les revirements se multiplient et que le nombre de buts accordés à l’adversaire est hors de contrôle.

***

La saison dernière, à la suite du rapiéçage du flanc gauche, le CH avait accordé 258 buts, soit 60 de plus(!) que lors de la saison 2016-2017. Une véritable hécatombe qui lui avait valu le 28e rang du classement général. Cette saison, malgré de bonnes intentions et une attaque nettement plus musclée, l'équipe vogue à un rythme de... 277 buts accordés.

Depuis la saison 2005-2006, seulement trois équipes (deux fois Toronto et une fois Atlanta) sont parvenues à atteindre le plateau des 90 points de classement en accordant 260 buts ou plus. Mais aucune ne s’est taillé une place en séries.

La seule présence de Shea Weber dans la formation permettra-t-elle au Canadien d’accorder près d’un demi-but de moins par match dans les 58 dernières rencontres du calendrier? C’est toute une commande pour un seul homme, toute montagne qu’il soit.

Et ça explique pourquoi l’état-major de l'équipe recherche intensivement, sur le marché, un candidat gaucher fiable, mobile et capable de jouer à ses côtés.

Shea Weber n’entreprend pas son règne de capitaine dans des conditions faciles. Loin de là. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’en sera pas trop dépaysé.

Hockey

Sports