•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 30 ans : un nouvel espoir pour les Nordiques de Québec

    En 1988, les Nordiques de Québec passent aux mains d'intérêts québécois sous la direction de Marcel Aubut. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Le 29 novembre 1988, les Nordiques changent de main. Cinq nouveaux propriétaires s'allient à la brasserie O'Keefe pour relancer l'équipe de hockey de Québec. Nos archives témoignent des discours pleins de promesses, mais aussi des espoirs déçus.

    « Les Nordiques sont à Québec pour toujours! », annonce Marcel Aubut dans ce reportage au Téléjournal du 29 novembre 1988.

    En conférence de presse, le nouveau président des Nordiques présente les cinq actionnaires qui souhaitent poursuivre l’aventure québécoise de l’équipe de hockey dans la LNH.

    Le marché d’alimentation Métro-Richelieu, le fonds de solidarité FTQ, la compagnie d’assurances La Capitale, la Société Autil et la multinationale Daishowa s’engagent dans l’équipe en parts égales. Au terme de cette transaction, la brasserie O’Keefe ne conserve que 5 % des parts.

    Marcel Aubut affirme que les investisseurs étaient nombreux à vouloir se joindre à cette acquisition. Il a même pu en refuser. Le dirigeant souhaitait former une alliance d'entreprises et non d’individus. Cela explique qu’il ait pu devoir « tasser » les Pouliot et les Péladeau, précise-t-il.

    Les cinq nouveaux propriétaires aux mandats différents composent un « curieux amalgame », mais tous ont flairé une bonne affaire pour leur image de marque.

    « Les Nordiques, semble-t-il, sont ici pour rester », conclut le journaliste Pierre Migneault.

    Les Nordiques déménagent au Colorado

    Téléjournal, 25 mai 1995

    J’ai le regret de vous annoncer que les propriétaires se sont finalement résignés à accepter une offre d’achat de la part Comsat Communications de Washington pour transférer le club à Denver, au Colorado.

    Le président des Nordiques Marcel Aubut

    Le 25 mai 1995, le président des Nordiques annonce officiellement la vente de l’équipe à un groupe américain.

    Après 23 ans, c’est la fin du hockey professionnel à Québec.

    Marcel Aubut attribue cette décision aux nouvelles exigences de l’industrie du hockey, à la taille du marché de Québec et à l’absence d’une aide gouvernementale adéquate.

    Les actionnaires n’étaient plus en mesure d’assumer les pertes estimées à 260 millions de dollars pour la prochaine décennie. Les deux ordres de gouvernement ne pouvaient pour leur part financer un nouvel amphithéâtre à la hauteur des ambitions du dirigeant des Nordiques.

    Et ce colisée que l'on disait trop petit, eh bien il est maintenant rendu trop grand.

    Le journaliste Jean-Robert Faucher
    Téléjournal, 25 mai 1995

    Dans un second reportage présenté au Téléjournal du 25 mai 1995, la journaliste Monia Monger dresse l’histoire des Nordiques.

    Elle revient sur la première année de l’équipe de Québec dans l’Association mondiale du hockey, en 1972, puis son entrée dans la Ligue nationale de hockey en 1979. Chaque époque des Nordiques s’accompagne de difficultés financières.

    Parmi les faits saillants, le règne de Michel Bergeron et des frères Stastny, la rivalité avec le Canadien de Montréal et l’embauche de Pierre Pagé, que l'on associera à la débandade de l’équipe.

    Québec n’a jamais rien gagné. Ni le droit d’exister dans un petit marché, ni d’aide gouvernementale, ni de nouveau colisée. Ni non plus de coupe Stanley.

    La journalitste Monia Monger

    Nos archives montrent tout compte fait que les Nordiques auront fait vivre aux amateurs de hockey de Québec une aventure excitante, parfois heureuse, mais souvent décevante.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Sports