•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nathan MacKinnon s’ennuie de Dominique Ducharme

L'entraîneur adjoint du Canadien Dominique Ducharme, sifflet à la bouche, et Nathan Mackinnon de l'Avalanche du Colorado sur le point de prendre une mise au jeu

Dominique Ducharme et Nathan Mackinnon

Photo : La Presse canadienne et Getty Images / Mark Blinch (PC) et Ethan Miller (GI)

Radio-Canada

Quand les Mooseheads d'Halifax ont congédié leur entraîneur-chef au printemps dernier, Dominique Ducharme a reçu un texto de Nathan MacKinnon.

Un texte d’Alexandre Gascon

« Y retournes-tu », lui demandait-il.

« Je voulais juste l’écoeurer un peu », a raconté sourire en coin la vedette de l’Avalanche du Colorado rencontrée à Edmonton il y a deux semaines.

Assis dans le vestiaire des visiteurs de la Place Rogers, MacKinnon célébrait modestement le triomphe des siens, alors un premier en six matchs.

Il s’acquittait laconiquement de ses responsabilités médiatiques lorsque le représentant de la presse montréalaise s’est montré le bout du nez.

C’est à propos de Dominique Ducharme…

Son visage s’est illuminé.

« Dom? Oui pas de problème… », a-t-il lancé de but en blanc.

« Je m’en ennuie, il est incroyable », a-t-il ajouté.

Rien dans le jeu de MacKinnon cette saison ne laisse pourtant poindre des notes de mélancolie ou ne témoigne qu’il souffre d’une quelconque absence à ses côtés.

Nathan MacKinnon

Nathan MacKinnon

Photo : The Associated Press / David Zalubowski

Le deuxième joueur de Cole Harbour, en Nouvelle-Écosse, pour ce qui est de la popularité, après Sidney Crosby, domine la LNH depuis 13 mois. En compagnie de Mikko Rantanen, il forme le duo le plus prolifique de toute la ligue cette saison et son trio fournit près de la moitié des buts de son équipe.

MacKinnon comble finalement tous les espoirs placés en lui. Il tutoie les nuages dans son fief des Rocheuses, mais n’oublie pas ses racines pour autant.

Le jeune homme de 23 ans a passé deux saisons à Halifax sous les ordres de Ducharme. Ils y ont soulevé la coupe Memorial en 2013. Mackinnon en parle encore aujourd’hui comme l’un des entraîneurs qu’il a le plus appréciés.

« Je me souviens surtout à quel point je le respectais. Il est un meneur. C’est le genre d’entraîneur pour qui tu adores jouer. Il est très intense, mais très juste et facile d’approche. Je m’en ennuie, honnêtement », a-t-il répété pour la deuxième fois.

« Il est peut-être différent avec des hommes. On était seulement des juniors à l’époque. Il n’est pas bavard, mais quand il a quelque chose à dire, ça sort bien », a-t-il enchaîné.

Un impact difficile à mesurer

Déterminer la valeur réelle d’un entraîneur adjoint au sein d’une formation est souvent un exercice approximatif.

Certes, l’on voit bien Ducharme griffonner sur son tableau derrière le banc du CH et échafauder ses stratégies avec Claude Julien pendant les matchs ou les entraînements. Il prend des joueurs à part à l’occasion pour distiller quelque enseignement. Mais lorsqu’on gravite autour de l’équipe plutôt que d’en être un membre, l’apport est difficile à quantifier.

Si l'on se fie à Kirk Muller, qui a évoqué son tact et son aisance avec la jeune génération, ou à Claude Julien, qui faisait référence à son esprit inventif, on aperçoit les contours du portrait se dessiner.

Ses joueurs, anciens ou actuels, permettent d’y ajouter une couche.

« Je me souviens de mon tout premier jour au camp d’entraînement. J’avais encore 15 ans parce que c’était au mois d’août. Il m’a fait venir dans son bureau et m’a dit qu’il me voulait dans la LNH dans deux ans. J’ai trouvé ça génial. Il m’a dit : "Je veux que tu travailles chaque jour et que tu prouves que tu peux jouer dans la LNH dans deux ans." Je suis certain que bien des gens à Halifax auraient aimé me voir là-bas plus que deux ans, mais Dom m’a poussé dès le début, m’a motivé », s’est souvenu MacKinnon.

J’ai eu une bonne carrière dans le junior avec Dom. Il m’a aidé énormément et je luis dois clairement une part de mon succès aujourd’hui.

Nathan MacKinnon à propos de Dominique Ducharme, entraîneur adjoint du Canadien

L’éclosion de Drouin

Jonathan Drouin traverse ses meilleurs moments depuis qu’il a fait le saut chez les professionnels. Le Québécois totalise 20 points en 24 matchs et maintient le rythme d’une campagne de 70 points.

Plusieurs éléments peuvent expliquer cette envolée. Drouin est de retour à l’aile gauche, sa position naturelle. Son joueur de centre, Max Domi, vit lui aussi une période bénie des dieux.

Difficile de ne pas faire un lien avec l’arrivée de son ancien patron à Halifax, sous l’égide duquel il a inscrit 213 points en 95 matchs à ses deux dernières années dans la LHJMQ.

« Regarde ce que Jo a fait dans le junior avec Dominique. Il était le meilleur joueur de toute la LCH (Ligue canadienne de hockey). Ce n’est pas une coïncidence. Je pense que Jo aurait trouvé la façon de produire de toute façon, mais avoir Dom fait juste le rendre meilleur », a estimé MacKinnon, qui avoue toujours suivre les progrès de son ancien complice en Nouvelle-Écosse.

« Quand quelqu’un te connaît, c’est toujours une bonne chose », a admis Drouin.

Jonathan Drouin reçoit les félicitations de ses coéquipiers après avoir marqué

Jonathan Drouin reçoit les félicitations de ses coéquipiers après avoir marqué contre les Red Wings de Détroit, lundi.

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

« On a passé beaucoup de temps ensemble dans le junior. Il y avait des choses qu’il voyait dans le junior que je ne voyais pas moi-même. De l’avoir dans la Ligue nationale, où il est capable de comprendre mon jeu parce qu’il le connaît depuis longtemps… Des fois, ce sont des conseils, c’est facile d’aller parler à Dom pour moi. C’est vraiment le fun de l’avoir, mais ce n’est pas juste moi, je pense qu’il aide vraiment toute l’équipe », a ajouté Drouin, lui-même assez loquace sur le sujet.

« L’équipe a surpris bien des gens, un peu à notre image l’année dernière. La plupart des gens ne s’attendaient pas à grand-chose de la part du Canadien, mais le fait qu’ils ont mon entraîneur junior aide énormément. Il est extraordinaire, et je suis vraiment content qu’il ait aidé à renverser la vapeur. »

MacKinnon est heureux sous la férule de Jared Bednar, son entraîneur au Colorado, avec qui il a explosé à l'attaque.

Il admet néanmoins qu’il ne détesterait pas revoir Ducharme dans son entourage.

« Peut-être un jour fera-t-il partie de notre organisation, a-t-il dit en plaisantant. D’une façon ou d’une autre, ce serait bien, mais il a beaucoup de succès à Montréal présentement. »

On ne peut pas empêcher un cœur d’aimer.

Hockey

Sports