•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'AMA poursuit son enquête sur les accusations d'intimidation contre Beckie Scott

La Canadienne Beckie Scott est la présidente du comité des sportifs de l'Agence mondiale antidopage.
La Canadienne Beckie Scott Photo: La Presse canadienne / Jeff McIntosh
Agence France-Presse

L'Agence mondiale antidopage (AMA) s'est penchée mercredi à Bakou sur des accusations d'« intimidation » à l'encontre de la Canadienne Beckie Scott lors de la réunion où les sanctions contre la Russie ont été levées.

Cette « affaire dans l'affaire » avait révélé les tensions de plus en plus grandes au sein de l'agence, notamment entre les représentants du mouvement olympique et ceux des athlètes.

Opposée à la levée des sanctions, la médaillée d’or en ski de fond aux Jeux olympiques de Salt Lake City et ancienne membre du Comité de révision de la conformité (CRC) de l’AMA avait affirmé à la BBC avoir subi des attaques de représentants du mouvement olympique au comité exécutif du 20 septembre aux Seychelles, où avait été ordonnée la fin de la suspension de l'Agence antidopage russe (RUSADA). Cela visait à la dénigrer, à la rabaisser et à l'intimider.

Ce comité réunit 12 membres votants, répartis entre les États et le mouvement olympique (CIO et fédérations internationales), et des observateurs comme Beckie Scott.

Des voix s'étaient élevées depuis pour demander une enquête sur le sujet. L'AMA, qui assemble mercredi son comité exécutif en Azerbaïdjan, a indiqué dans un communiqué que « les premières conclusions de l'enquête » menée par un cabinet indépendant « ne concluent pas que les actes d'intimidation allégués aient eu lieu ».

Mais « en raison de la gravité des allégations, le comité exécutif a décidé qu'une deuxième phase devait se tenir, qui permettrait d'interroger les personnes présentes » lors de la réunion explosive aux Seychelles.

Cet épisode survient sur fond de revendications d'athlètes, Beckie Scott en tête, à être mieux entendus au sein de l'AMA. Ils réclament notamment des sièges avec voix au sein du comité exécutif.

Pour la présidente du comité des athlètes de l'AMA, ces attaques étaient le symptôme du « manque de considération à l'égard des athlètes en général » sur les questions d'antidopage, mais aussi de « l'alignement de l'AMA sur les vues du mouvement olympique ». Elle avait déploré que personne au sein de la direction de l'AMA ne prenne sa défense pendant la réunion.

Dopage

Sports