•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le départ de Plekanec cristallise la cure de jouvence du Canadien

Il répond à des questions en point de presse.
Tomas Plekanec Photo: Radio-Canada

Dès qu'il a apposé sa signature au bas du contrat offert par Marc Bergevin en juillet, Tomas Plekanec savait bien qu'il s'agissait de son dernier tour de piste avec le CH, mais pas qu'il prendrait fin aussi abruptement.

Un texte d’Alexandre Gascon et d'Olivier Pellerin

« Plekanec nous permet d’acheter du temps », avait déclaré le directeur général l’été dernier pour justifier l’embauche d’un an du Tchèque au prix raisonnable de 2,25 millions $.

Le Canadien de Montréal placera donc samedi au ballottage l'attaquant dans le but de résilier son contrat.

Lors d'un point de presse aux côtés de Plekanec, le DG a expliqué qu'il avait réembauché le vétéran de 36 ans cet été (il l'avait cédé aux Maple Leafs l'an dernier à la date limite des échanges) pour se donner de la profondeur au centre, mais que l'émergence de jeunes joueurs à cette position, comme Jesperi Kotkaniemi et Matthew Peca, a changé la donne.

En mettant un terme samedi, « d’un commun accord », à l’entente qui les unissait, le Canadien a accéléré sa cure de jouvence.

Sa ligne de centre, menée par le « vétéran » Phillip Danault et complétée par Max Domi, Jesperi Kotkaniemi et Matthew Peca, est âgée en moyenne de moins de 23 ans. Avec Ryan Poehling, 20 ans, et Nick Suzuki, 19 ans, également près de la Ligue nationale, l'avenir dans le milieu est décidément entre les mains des jeunes pousses.

Plekanec aura finalement « acheté », pour reprendre les mots du DG, trois petits matchs de grâce, jouant le 1000e de sa carrière dans la LNH au passage.

« L'organisation a pris une décision hockey pour le futur. Ce fut une décision difficile. Tomas fera toujours partie de la famille du Canadien », a déclaré Bergevin.

« Lorsque je regarde des jeunes comme Jesperi Kotkaniemi et Max Domi faire aussi bien, tout comme les autres joueurs à Laval, je me dis que c'est la meilleure manière de faire », a admis un Tomas Plekanec ému, les yeux pleins d’eau.

Je suis heureux de ce que j’ai accompli avec le Canadien. Je peux partir la tête haute.

Tomas Plekanec

Sans mentor à l’avant

Il semble tout de même y avoir une contradiction dans les termes.

Le Tricolore vantait encore les qualités de mentor de Plekanec vendredi, tout comme chaque joueur interrogé.

Encensé pour l’encadrement qu’il fournit aux jeunes, pour le soutien qu’il apporte à ses coéquipiers - « je lui demandais conseil dans les temps difficiles de ma carrière », a avoué Carey Price - et pour son professionnalisme de premier ordre, le numéro 14 s’en ira avec son petit baluchon terminer sa carrière, selon toute probabilité, en République tchèque.

Pourtant, avant jeudi soir, Peca peinait à assumer ses responsabilités de quatrième centre de l’équipe.

Tomas Plekanec (à gauche) et Matthew Peca Tomas Plekanec (à gauche) et Matthew Peca Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Montréal pointe toujours au 30e rang de la LNH au chapitre des mises au jeu avec un taux de succès de 45,6 %, un champ d’excellence de Plekanec.

Domi s’est imposé dans l’axe, mais demeure en apprentissage et qui sait ce qu'il adviendra de Kotkaniemi dans les prochaines semaines.

Dans ce contexte, garder Plekanec dans l’entourage de l’équipe apparaissait comme une roue de secours. La direction en a décidé autrement.

« On commence à s’aligner comme il faut au centre. Beaucoup de joueurs se sont levés.

« Dans ce temps-là, c’est plus difficile de trouver une place dans la formation. Pleky comprenait la situation aussi, il vieillissait. Je ne dis pas qu’il n’était pas bon, mais l’organisation voulait aller du côté jeunesse », a expliqué Phillip Danault.

Price perd un ami

« Son col roulé vivra éternellement », a résumé à la blague Carey Price après l'entraînement de l'équipe.

Aux dires de tous ses coéquipiers, Plekanec aura été une force tranquille dans le vestiaire. Homme de peu de mots, c'est à l'entraînement et sur la glace qu'il aura montré l'exemple.

« Il est très discret et réservé, tout le monde le sait, et nous nous comprenions à ce sujet-là, a ajouté le gardien du Tricolore, qui a joué toute sa carrière à ses côtés. C’est certainement surprenant, et je suis convaincu que c’est une petite déception pour lui que cela prenne fin. Il a été un très bon coéquipier. »

Plekanec a accueilli Price dans le vestiaire du Canadien en 2007, il était le seul coéquipier à avoir connu le gardien vedette à son année recrue, à avoir partagé tous les hauts et les bas du numéro 31.

« Le milieu de hockey est dur », a ajouté le capitaine Shea Weber.

C’est très émouvant pour lui et pour l’équipe. Pour un joueur qui s’est donné corps et âme pour cette organisation et qui a joué près de 1000 matchs ici, il a été un vrai professionnel qui s’est dévoué à son équipe.

Shea Weber à propos de Tomas Plekanec

Parcours croisés

« Ce n’est jamais facile de quitter la LNH de cette manière. J’ai eu une bonne discussion avec lui aujourd’hui, et il me rappelait que j’ai été son premier et son dernier entraîneur. Je suis fier d’avoir pu compter sur un joueur qui a été très professionnel tout au long de sa carrière », a confié l'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien.

À ses premiers pas en Amérique du Nord avec le club-école du Canadien, en 2002, Tomas Plekanec jouait sous les ordres de Julien avant que ce dernier obtienne sa première chance avec le Canadien, en cours de saison. 16 ans plus tard, Julien témoigne d'un grand respect pour la carrière qu'a connue le Tchèque.

C’est quand même émotif parce que c’est une bonne personne, un bon guerrier, il a été fidèle non seulement envers son organisation, mais aussi envers ses coéquipiers. C’est sûr que ça touche un peu.

L'entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Claude Julien

Au-delà des compliments qui n'ont pas manqué, Julien a aussi rappelé le défi que pouvait représenter Plekanec lors des nombreux duels contre les Bruins de Boston.

« Je n’ai pas aimé l’affronter, j’ai préféré être son entraîneur. C’est une triste journée pour lui. »

Blessé et peu utilisé

Plekanec est sur la liste des blessés en raison de douleurs au dos et n'a disputé que trois matchs cette saison.

Il a atteint le 15 octobre le plateau des 1000 matchs dans la LNH. Il a d’ailleurs inscrit un but, son seul point du calendrier, dans ce 1000e match.

Choix de troisième tour du Canadien (71e au total) en 2001, le centre tchèque a amassé 608 points, dont 233 buts, en 1001 matchs dans la ligue.

Hockey

Sports