•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Les devoirs des concurrents en éliminatoires de la MLS

Harry Shipp
Harry Shipp pourrait faire le bonheur des Sounders, croit notre chroniqueur Photo: Getty Images / Stephen Brashear
Olivier Tremblay

BILLET - Les éliminatoires de la MLS battent leur plein. Elles ont été divertissantes jusqu'ici, et ça se poursuivra. Les huit équipes encore dans la compétition ont toutes une chance de passer au tour suivant après le match aller des demi-finales d'association.

Les matchs retours auront lieu jeudi soir à Seattle et dimanche dans les autres villes. Profitez-en bien, puisqu’il y aura ensuite une pause internationale de deux semaines…

Que doit faire chacune des équipes pour espérer une présence en finale d’association? Voici quelques suggestions.

Seattle doit faire jouer Harry Shipp

Les Sounders ont marqué un précieux but sur le terrain des Timbers, dimanche, mais le match leur a coûté le milieu Cristian Roldan, qui pourrait bien rater la rencontre de jeudi, et le défenseur central Chad Marshall, dont on reparlera ci-dessous.

L’entraîneur Brian Schmetzer a remplacé Roldan par Waylon Francis, un défenseur latéral de métier qui n’a pas joué un grand match dans le dernier tiers jusqu’à ce qu'Harry Shipp prenne son poste avec trois minutes à faire. Shipp a tout de même eu le temps de réussir un une-deux avec Victor Rodriguez qui aurait pu produire un deuxième but.

Honni à Montréal, où son style n’a jamais cadré avec celui de l’Impact, Shipp s’est redécouvert à Seattle. Les Sounders n’ont perdu que deux matchs cette saison lorsqu’il a été titulaire, leurs deux premiers.

Portland doit rendre Roman Torres mal à l’aise

Chad Marshall, donc. Le dauphin d’Aaron Long au scrutin du défenseur de l’année s’est blessé au genou dimanche dernier et a dû subir une chirurgie. C'est un coup dur.

L’international panaméen Roman Torres l’a remplacé, et c’est lui qui devrait jouer aux côtés de Kim Kee-hee en défense centrale jeudi. Même s’il n’a pas beaucoup joué cette saison, Torres demeure un arrière de qualité.

Portland a toutefois montré à quelques reprises dimanche que Torres manque un peu de rythme et que les appels en profondeur dans son angle mort peuvent créer des occasions nettes. Seattle devrait faire le jeu sur son terrain. À Portland d’aller faire douter Torres dès la récupération du ballon.

Kansas City doit mieux tenir le ballon

L’équipe de Peter Vermes a été méconnaissable dimanche dernier dans l’Utah. On utilise trop souvent la statistique de possession de balle pour illustrer un propos, mais dans ce cas-ci, c’est à souligner : Kansas City n’a eu le ballon que 33,4 % du temps.

Cette équipe joue au ballon. Elle s’installe chez l’adversaire. C’est ainsi qu’elle a présenté le 4e rendement offensif cette saison en MLS.

Les paramètres seront bien différents dimanche. Le Sporting sera chez lui, et l’arrière gauche Seth Sinovic ne sera plus suspendu. Les locaux auront tout le loisir de prendre l’initiative.

Salt Lake doit éviter les erreurs bêtes

Le Real Salt Lake a, jusqu’ici, marqué les plus beaux buts des séries (bonjour bonjour, Damir Kreilach). Dimanche, par contre, ce ne sera pas le temps de faire dans la dentelle.

Le milieu créateur du RSL, Albert Rusnak, sera suspendu. L’entraîneur-chef Mike Petke a déjà laissé entendre que la « gestion de match » sera un facteur clé pour désigner son remplaçant. On peut le comprendre : c’est un peu parce que son gardien Nick Rimando a mal géré une situation de pression que le Sporting abordera le match retour dans la peau du club qualifié.

Les visiteurs devront éviter que ça se produise de nouveau. Ils seront encore plus sous pression, et ils devront marquer à Kansas City. S’ils demeurent organisés contre la redoutable machine du Sporting, ils peuvent se donner une chance de passer en finale de l’Ouest.

Atlanta doit gérer son avance différemment

Même si le NYCFC était à domicile, le match de dimanche dernier n’a jamais donné l’impression que l’équipe locale y trouverait un bon résultat. Atlanta a joué un match quasi parfait.

Après avoir pris l’avance, les visiteurs ont appliqué une recette idéale pour le petit terrain du Yankee Stadium en transition défensive : ils ont envoyé de longs ballons devant et espéré que Josef Martinez ou Tito Villalba en fasse quelque chose.

Josef MartinezJosef Martinez Photo : USA Today Sports

À Atlanta, l’entraîneur Tata Martino pourra demander un peu plus de finesse à ses joueurs dans ces situations. Les espaces entre les lignes défensives et médianes new-yorkaises pourraient être vastes, et son équipe peut les exploiter de manière dévastatrice.

Le NYCFC doit aider David Villa

Certes, l’aspect défensif de ce match retour sera crucial. Si Atlanta porte son avance à 2-0, les carottes seront cuites pour le NYCFC.

Mais les visiteurs devront aussi marquer. Et ils n’ont rien montré chez eux à cet égard. Les New-Yorkais n’ont pas cadré un seul tir. Leur attaquant vedette David Villa a décoché quatre tirs, tous bloqués.

Les homme en bleu poudre doivent compliquer la tâche de la défense georgienne. Ils doivent libérer Villa et occuper les défenseurs centraux autrement.

David VillaDavid Villa Photo : Getty Images / Alex Menendez

New York doit miser sur la rapidité

Le Crew, la bête noire des Red Bulls, ne leur a à peu près rien donné dans le match aller. Les New-Yorkais n’ont cadré que deux frappes, et ils se sont butés à un bloc-équipe organisé et discipliné.

Les Red Bulls aiment jouer rapidement vers l’avant. Ils devront le faire de manière assidue chez eux dans le match retour. Leurs adversaires ont été trop bons à reformer leur structure défensive à la perte du ballon dimanche pour que les Red Bulls leur donnent quelque marge de manœuvre que ce soit à cet égard.

Et s’ils se retrouvent à monopoliser le ballon, les Red Bulls feraient peut-être bien d’utiliser la tactique Mourinho et de donner le ballon aux visiteurs pour les faire sortir de leur surface. Les supporteurs de l’Impact se souviennent d’un certain soir de 2016 où le Bleu-blanc-noir a stationné le fameux autobus au Red Bull Arena…

Columbus doit continuer de faire confiance à Gregg Berhalter

Pour récupérer le ballon, les Red Bulls n’attendent pas l’adversaire. Ils le pressent, encore et toujours.

Columbus, par contre, semble capable de trouver un moyen de se dérober à la pression new-yorkaise. L’entraîneur-chef, Gregg Berhalter, parvient chaque fois à ajuster la transition offensive de son équipe. Dimanche encore, la pression des Red Bulls n’a pas souvent eu l’effet escompté après la demi-heure de jeu.

Le Crew gagne les duels. La distribution du ballon est tranchante. La crise de fin de saison est bel et bien terminée en Ohio.

Soccer

Sports