•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lance Stroll et Claire Williams veulent en finir avec cette misérable saison

Claire Williams
Claire Williams Photo: Getty Images / Clive Mason
Radio-Canada

Toute l'équipe Williams a hâte que se termine le Grand Prix d'Abou Dhabi, dernière épreuve de la saison, le 25 novembre. Claire Williams pour entreprendre des changements en profondeur, Lance Stroll pour retrouver le goût de se battre dans une voiture compétitive.

Le pilote a précisé jeudi dans le paddock d'Interlagos, au Brésil, qu'on en saurait plus sur ses plans dans « quelques semaines ».

Racing Point Force India ne semble pas vouloir annoncer l'arrivée du Québécois avant la fin de la saison.

Lance Stroll met son casque.Lance Stroll Photo : Getty Images / Charles Coates

En tout cas pas avant que le Français Esteban Ocon ait annoncé ses plans pour 2019, car il héritera du volant de son ami, ce qui rend la situation très délicate à gérer publiquement.

Stroll devrait participer à Abou Dhabi aux essais Pirelli dans la VJM11, deux jours après la course. Il n'en parle pas, il se contente de parler de la situation qui prévaut actuellement chez Williams.

« Nous n'avions pas la voiture pour nous battre, alors nous avons fait la saison en mode survie au lieu de nous battre », admet-il.

« La voiture n'a pas évolué depuis, et je ne crois pas qu'on ait réussi à l'améliorer d'une façon ou d'une autre. J'ai rarement dépassé Q1 en qualif, et nous avons glissé au classement en étant sur la défensive toute l'année », ajoute-t-il.

Seul point positif, Lance Stroll a maintenant deux saisons d'expérience en F1. « J'ai gagné en maturité », dit-il.

On sent qu'il attend de clore ce premier chapitre, et qu'il sait déjà que le deuxième sera plus intéressant à écrire.

Claire Williams n'a pas digéré le choc

La directrice de l'équipe britannique a hâte elle aussi que cette saison se termine. Elle en a parlé candidement dans un entretien au site officiel du championnat.

« Si je peux me permettre de dire ça, tout ce que je sais, c'est qu'il reste deux courses à la saison, et que j'attends impatiemment le drapeau à damier du Grand Prix d'Abou Dhabi », lance-t-elle, pour résumer le calvaire qu'elle a traversé en 2018.

Une saison atroce que l'équipe Williams a passée au dernier rang du classement des constructeurs. Stroll n'a marqué que six points, son coéquipier Sergey Sirotkin, qu'un seul.

Une saison durant laquelle plusieurs cerveaux sont partis : l'aérodynamicien en chef Dirk de Beer, le designer en chef Ed Wood, et très récemment, le directeur de la performance Rob Smedley.

Robert Kubica et le directeur de la performance de Williams, Rob Smedley Robert Kubica et le directeur de la performance de Williams, Rob Smedley Photo : Williams F1 / Twitter

À la fin de la saison, l'équipe perdra le soutien financier de Lawrence Stroll et de celui de son commanditaire en titre, le groupe Bacardi (Martini), qui en cinq ans de partenariat, n'a pas eu le retour espéré sur son investissement. L'équipe britannique a chuté de la troisième à la dernière place au classement des constructeurs.

Claire Williams révèle que dès les essais d'hiver en février 2018, elle a compris que la saison serait compliquée.

« Je pensais vraiment qu'on se débrouillerait cette année, dit-elle. Tout le monde, y compris les amateurs, pensait qu'on aurait une voiture bien plus performante. Nous avions beaucoup d'attentes. Quel choc pour moi de réaliser avant même le début de saison en Australie que ça ne serait pas le cas. »

Je ne pouvais pas imaginer qu'on collerait au fond du classement. Et je ne crois pas avoir digéré le choc encore.

Claire Williams

Des problèmes partout

Claire Williams ne peut cacher le fait que le manque de performance de la voiture ne peut expliquer à lui seul la chute de l'équipe.

« Nous avons eu des tonnes de réunions, et nous avons découvert de nombreux problèmes, mais ne comptez pas sur moi pour laver mon linge sale en public. Bien sûr, nous avons déterminé nos faiblesses. Nous devons prendre nos responsabilités, et mettre le doigt sur les problèmes. On a fait fausse route dans le domaine de l'aéro, du refroidissement, mais notre situation n'est pas simplement le résultat d'une voiture mal conçue. Il y a d'autres raisons qui expliquent notre recul. »

Lance Stroll pendant un arrêt aux puits de l'équipe Williams Lance Stroll pendant un arrêt aux puits de l'équipe Williams Photo : Getty Images / Charles Coates

Claire Williams se dit fière de l'esprit de corps de l'équipe pour traverser la tempête qui souffle depuis des mois.

Nous aurions pu déchirer nos chemises sur la place publique, nous aurions pu mettre la moitié de l'équipe au chômage, mais je ne voulais pas jouer à ce jeu-là. Nous faisons tout notre possible pour nous assurer que nous réglerons chaque problème afin que 2019 soit une meilleure année pour nous.

Claire Williams

« Et même si ce n'est pas le cas, au moins, je sais que les mesures que nous prenons nous assureront un meilleur avenir », conclut-elle.

Claire Williams sait et veut faire savoir qu'en F1, les changements ne se font pas du jour au lendemain, et que ce n'est peut-être pas en 2019 qu'ils chanteront pour l'équipe fondée par son père.

Frank et Claire Williams dans le garage de l'équipeFrank et Claire Williams dans le garage de l'équipe Photo : Getty Images / Vladimir Rys

Course automobile

Sports