•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

La boxe amateur a élu un président mafieux, le CIO n’a plus le choix

Gafur Rakhimov
Gafur Rakhimov Photo: Getty Images / Gafur Rakhimov
Martin Leclerc

BILLET - Samedi à Moscou, par une écrasante majorité, un présumé trafiquant d'héroïne d'envergure internationale et membre notoire de la mafia russe a été confirmé à la présidence de l'Association internationale de boxe amateur (AIBA). Lorsqu'on y réfléchit bien, il pourrait s'agir d'une bonne nouvelle. Grâce à ce vote sans équivoque, le CIO a enfin la voie libre pour faire le ménage.

Depuis de nombreuses années, l’AIBA est reconnue comme une organisation sportive corrompue à l’os et incapable de se réformer.

Les tournois de boxe olympique (celui de Rio ayant été le plus spectaculaire à ce chapitre) ont souvent été ternis par des scandales de combats arrangés d’avance. Et dire que les finances de l’AIBA ont été gérées de façon douteuse est un euphémisme. Au cours des dernières années, des millions de dollars provenant de sources douteuses ont disparu des coffres. Après les Jeux de Rio, une firme comptable appelée à se pencher sur les finances de l’AIBA avait notamment conclu qu’il fallait prévenir la police...

La cerise a été déposée sur le gâteau en janvier dernier quand Gafur Rakhimov (vice-président de l’AIBA depuis 1998) a été nommé président intérimaire. C’est ce même Rakhimov qui a été confirmé à la présidence samedi à Moscou au terme d’une élection rocambolesque. Selon le site Inside The Games, il aurait obtenu 62,3 % des voix, soit 86 votes sur une possibilité de 138.

Voici comment le département du Trésor américain présentait l’actuel président de l’AIBA le 23 février 2012, lorsque l’administration de Barack Obama annonçait le gel des avoirs de plusieurs leaders d’un groupe criminel transnational appelé la Confrérie (The Brothers Circle). Selon le département du Trésor, la Confrérie est « largement basée dans des pays de l’ex-Union soviétique, mais opère en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique latine ».

« À titre de membre-clé de la Confrérie, Gafur Rakhimov agit pour et au nom de la Confrérie. Rakhimov est l’un des leaders du crime organisé ouzbek. Il se spécialise dans la production de stupéfiants dans plusieurs pays d’Asie centrale. Il a dirigé plusieurs syndicats criminels internationaux impliqués dans le trafic d’héroïne. »

***

En plus de cette description troublante du département du Trésor des États-Unis, plusieurs médias ont rapporté que Rakhimov est apparu dans le passé sur la liste des personnes les plus recherchées par Interpol. En 2000, il a par ailleurs tenté de se présenter aux Jeux de Sydney à titre de vice-président du Conseil olympique d’Asie, l’un des cinq organismes continentaux reconnus par le CIO. Les autorités australiennes lui avaient interdit l’accès à leur territoire en raison de ses activités criminelles.

Selon le site CrimeRussia, Gafur Rakhimov possède pas moins de cinq passeports ouzbeks, un passeport russe et une carte de citoyenneté des Émirats arabes unis.

Bref, il n’est pas un enfant de choeur. Dans une fédération sportive dotée des plus basiques valeurs morales, il ne franchirait pas la porte d’entrée. Mais au sein de l’AIBA, on semble trouver qu’il s’agit du président idéal...

Au cours des 10 derniers mois, embarrassé par cette situation, le CIO a plusieurs fois prévenu les fédérations nationales membres de l’AIBA que le maintien de Rakhimov à la présidence ne constituait pas une option. Le CIO affirmait même clairement que la boxe risquait d’être rayée du programme des Jeux de Tokyo (2020) et même des Jeux de Paris (2024) si l’élection de samedi ne corrigeait pas le tir.

Au début d’octobre, le président du CIO, Thomas Bach, avait corrigé le tir. Si Rakhimov était élu, au lieu de punir les athlètes en excluant la boxe du programme des Jeux, le CIO envisageait tout simplement de sortir l’AIBA du décor et de faire appel à une autre instance pour organiser son tournoi de boxe olympique.

Avec une majorité décisive de 62,3 % en faveur de Rakhimov, Bach a en quelque sorte obtenu sa réponse. Il sait maintenant que le mouvement olympique n’a plus rien à faire avec l’AIBA.

Un vote serré pour l’autre candidat à la présidence, le Kazakh Serik Konakbayev, aurait obligé le CIO à continuer à travailler avec une AIBA gangrenée, peuplée d’acteurs douteux et impossible à réformer. En revanche, un vote clair en faveur du mafieux Rakhimov donne au CIO toute la légitimité voulue pour rompre les liens avec l’AIBA (l’aide financière est déjà coupée) et se tourner vers d’autres partenaires pour régir la boxe amateur internationale.

Il ne reste qu’à voir si le président du CIO aura le courage d’agir. La manière mollassonne dont il a géré le scandale de dopage russe n’inspire pas tout à fait confiance.

***

Au Canada, par ailleurs, l’hallucinante élection de Gafur Rakhimov à la tête de l’AIBA laisse plusieurs questions en suspens. Parce qu’il semble que le Canada fait partie des supporteurs du controversé président.

En janvier dernier, quand Rakhimov avait été nommé président intérimaire de l’AIBA, le président de Boxe Canada, Pat Fiacco, avait publiquement salué cette nomination. Une source interne de Boxe Canada indique que Fiacco appuyait encore Rakhimov il y a quelques mois. Et en fin de semaine à Moscou, le site Inside The Games présentait toujours le Canada comme un partisan d’un trafiquant de drogue notoire membre d’un groupe criminel transnational.

Au moment de publier, Pat Fiacco n’avait pas répondu à notre demande d’entrevue.

Comment le Comité olympique canadien réagit-il? Boxe Canada, l’un des organismes que le COC endosse, adopte sur la scène internationale une position allant directement à l’encontre des intérêts du mouvement olympique.

Questionné à cet effet il y a un mois, le directeur général du sport du COC, Éric Myles, n’a toujours pas retourné notre appel.

Et comment le gouvernement du Canada et sa ministre des Sports, Kristy Duncan, réagissent-ils en sachant que le financement accordé à Boxe Canada (70 % du budget de la fédération provient de Sports Canada et du COC) est utilisé pour endosser une candidature comme celle de Gafur Rakhimov?

Boxe

Sports