•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Ève Dicaire à la conquête du monde

Marie-Ève Dicaire
Marie-Ève Dicaire Photo: Twitter/Marie-Ève Dicaire / Robert Lévesque
Radio-Canada

Elle s'entraîne déjà depuis plusieurs semaines pour affronter l'Uruguayenne Chris Namus. Mais, à l'entendre, la boxeuse Marie-Ève Dicaire se prépare depuis toujours à devenir championne du monde.

Un texte de Jean-François Chabot

Elle était au gymnase quand elle a reçu la nouvelle confirmant la tenue, à Québec, le 1er décembre, du combat qui l’opposera à la championne de l'IBF des super-mi-moyennes, l’Uruguayenne Chris Namus (24-4, 8 K.-O.).

« Ça représente le petit turbo supplémentaire pour terminer le camp d’entraînement en force. On a maintenant une date. On a quelque chose de concret. Ça me donne énormément d’énergie et le goût de me dépasser dans le gymnase », a d’abord déclaré Dicaire (13-0), vendredi, à l’issue de son point de presse dans les bureaux du Groupe Yvon Michel (GYM).

Elle ressent aussi un grand soulagement. À 32 ans, elle estime qu’il est grand temps qu’elle obtienne une chance d’atteindre le sommet. Dicaire va tenter de réussir là où Danielle Bouchard (9-2-1, 1 K..-O.) a échoué en Argentine, en 2008, face à Marcela Eliana Acuna (48-7-1, 19 K.-O.).

« J’ai envie de dire enfin! C’est sûr que si je me compare à beaucoup d’autres boxeurs, ça n’a pas été si long. Mais je suis de tempérament très impatient. Je trouvais que c’était déjà très long en regard aux négociations. Le temps s’est écoulé. C’était oui, c’était non. C’était la Pologne, c’était l’Uruguay. Et ce sera finalement ici, au Québec. J’ai tellement hâte », s’est exclamée la combattante de Saint-Eustache.

Elle ne croit pas que le fait de se battre devant les siens ajoute un élément de pression.

La pression, je me l'applique déjà en ne visant que des résultats positifs. Je vois ça [se battre à Québec, NDLR] comme un avantage parce que l'énergie de la foule me motive, me donne le goût d'en faire plus.

Marie-Ève Dicaire
Chris NamusChris Namus Photo : AFP/Getty Images / AFP

Une rivale coriace

Celle qui se dressera devant Dicaire, au Centre Vidéotron, représente un défi de taille. Namus affiche peut-être quatre défaites à son dossier, mais elle les a subies face à des adversaires qui combinent une fiche cumulative de 58 victoires contre seulement 3 défaites.

En février 2016, elle a notamment perdu par décision unanime face à Cecilia Braekhus (34-0, 9 K.-O.) Grande vedette incontestée de la boxe féminine et native de la Colombie, Braekhus boxe sous les couleurs de la Norvège. Elle détient les ceintures IBF, IBO, WBA, WBC et WBO des poids mi-moyens.

Dicaire se méfie donc de Namus, mais pas au point de douter d’elle-même.

C’est une adversaire qui possède beaucoup d’aptitudes et d’expérience. Par contre, je crois qu’elle est à ma portée. On a tout fait en notre pouvoir pour se préparer. Je suis prête à l’affronter. Je sais que je ne peux pas la prendre à la légère, mais je crois en mes chances. C’est ici que la ceinture va rester le 1er décembre.

Marie-Ève Dicaire

Si elle n’a encore jamais gagné un combat professionnel avant la limite, Dicaire se décrit comme une boxeuse complète.

« Je possède des habiletés comme un bon jeu de pieds, des déplacements rapides. Je suis une boxeuse explosive au niveau de ma vitesse. J’offre une image différente de la boxe féminine, où la plupart du temps les filles boxent avec les pieds à plat. Moi, je suis "Ninja Style" », a-t-elle laissé entendre.

Son entraîneur Stéphane Harnois, un ancien bras droit de Marc Ramsay, a parlé lui aussi avec beaucoup de confiance.

Afin de dissiper les doutes qui peuvent découler de la nervosité de se retrouver dans le coin d'une arène à l’occasion d’un premier championnat mondial, Harnois se félicite d’avoir été à la bonne école.

« Je suis déjà passé par là. Je sais davantage à quoi m’en tenir », a indiqué Harnois.

On sera à même d’en juger dans moins d’un mois.

Horaire particulier

Rappelons que le gala de Québec commencera dès 17 h. La finale des mi-lourds du WBC entre le champion Adonis Stevenson et l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk est prévue à 20 h.

Suivront dans l’ordre les duels de Sébastien Bouchard et de Marie-Ève Dicaire. Un total de six ceintures seront à l’enjeu au cours de la soirée.

Boxe

Sports