•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La boxe tient à sa présence aux Jeux de 2020, Gafur Rakhimov prêt à reculer

Chargement de l’image

Gafur Rakhimov

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Gafur Rakhimov, candidat à la présidence de l'Association internationale de boxe amateur (AIBA), pourrait quitter momentanément son poste s'il était réélu pour calmer les tensions avec le Comité international olympique (CIO).

Le congrès de l'AIBA s'est ouvert à Moscou vendredi.

Dans son discours d'ouverture, l'homme d'affaires ouzbek a assuré que la fédération allait « répondre à toutes les exigences » du CIO, qui s'inquiète des problèmes de gouvernance de et de sa réputation controversée.

Rappelons que samedi, il y aura élection du nouveau président. Deux hommes s'affrontent : Gafur Rakhimov, déjà président par intérim de l'AIBA depuis janvier, et l'ancien boxeur kazakh et médaillé olympique Serik Konakbayev.

« Nous nous occupons de ces inquiétudes et faisons d'excellents progrès », a assuré M. Rakhimov devant les représentants des plus de 200 pays de l'AIBA.

« Un amendement, que vous allez voter, va mettre en place un système permettant au président élu, qui que ce soit, de laisser son poste pour une période donnée », a-t-il poursuivi.

Cela lui permettrait de se mettre en retrait au moment du processus de décision quant à l'exclusion de la boxe des Jeux olympiques.

Le CIO menace en effet d'exclure la boxe des Jeux de 2020, à Tokyo, en cas d'élection de l'homme qui est sur la liste des sanctions du Trésor américain. Ce dernier l'accuse d'être un criminel majeur dans son pays.

Gafur Rakhimov dément ses accusations, mais le CIO a décidé de « geler » ses relations avec l'AIBA et a suspendu le versement de ses aides financières.

Arrivé provisoirement à la tête de l'AIBA en janvier après la suspension du Taïwanais Ching Kuo Wu, accusé de mauvaise gestion, M. Rakhimov a lourdement accusé l'ancienne équipe dirigeante, assurant que « la situation financière était terrible » et que l'AIBA « avait près de 40 millions de dollars de dette ».

Serik Konakbayev a failli ne pas pouvoir se présenter, car sa lettre contenant les soutiens d'au moins 20 fédérations était arrivée avec un jour de retard au siège de l'AIBA.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a finalement autorisé cette semaine sa candidature.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !