•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Gaiters de Bishop's espèrent sortir de leur misère en 2019

Mathieu Demers (no 12)
Mathieu Demers (no 12) Photo: Gaiters de l'Université Bishop's / Clare Webb
Radio-Canada

Les automnes pluvieux se suivent et se ressemblent pour les Gaiters de l'Université Bishop's. Ça ne va pas mieux depuis qu'ils jouent dans les Maritimes. Pendant que les éliminatoires battent leur plein au football universitaire canadien, l'équipe ressasse ses souvenirs d'une autre saison de misère, où elle n'a signé aucune victoire (0-8).

Un texte de Félix St-Aubin

Tantôt outrageusement dominée, tantôt au coeur d'une bataille chaudement disputée, la troupe de l'entraîneur-chef Chérif Nicolas n'a pas été en mesure de faire basculer un seul affrontement en sa faveur en 2018.

Les Gaiters ont effectué un pas de recul cette saison en ce qui concerne leur dossier. Le baptême dans le Sport universitaire atlantique (SUA), de même que celui de Nicolas à la barre de l'équipe, en 2017, s'était conclu avec un rendement d'un gain contre sept revers.

« Notre programme a fait un virage, mais on est insatisfaits parce qu'on vise toujours de l'emporter, explique l'entraîneur-chef. Le processus commence à être intégré par nos joueurs [...] On s'en va dans la bonne direction, maintenant il faut concrétiser là-dessus et avancer à la saison 2019. »

Calendrier des Gaiters en 2018 :

  • Présaison : Bishop's (0) - Sherbrooke (42)
  • Semaine 1 : Bishop's (22) - Mount Allison (36)
  • Semaine 2 : Saint Mary's (42) - Bishop's (19)
  • Semaine 3 : Acadia (39) - Bishop's (9)
  • Semaine 4 : Bishop's (2) - StFX (42)
  • Semaine 5 : Congé
  • Semaine 6 : Mount Allison (18) - Bishop's (10)
  • Semaine 7 : Bishop's (9) - Saint Mary's (18)
  • Semaine 8 : Bishop's (9) - Acadia (31)
  • Semaine 9 : StFX (12) - Bishop's (11)
  • Semaine 10 : Congé

L'écart de points marqués entre les Gaiters et leurs quatre rivaux des Maritimes avant la mi-saison s'est élevé à -107 (52 contre 159). Ce gouffre a profondément diminué jusqu'à -40 dans la seconde portion du calendrier (39 contre 79).

« Depuis la [première] semaine de congé, tant en défense que dans les unités spéciales, outre la [deuxième] rencontre contre l'Université Acadia, on peut dire qu'on a rivalisé avec les équipes et qu'on aurait pu sortir gagnant avec un ou deux moments chanceux durant les matchs », indique Chérif Nicolas.

« Il y a vraiment une différence si on compare le dernier match avec le reste de la saison. On a progressé chaque semaine », note pour sa part le quart-arrière Mathieu Demers, nouvellement retraité du football universitaire après avoir défendu les couleurs des Gaiters pendant quatre ans.

« Si tu regardes nos performances depuis le début de la saison, [tu remarqueras qu']on n'a fait qu'augmenter [...] On est en voie de réussir à renverser la tendance », analyse le joueur de ligne défensive Rémi Desbiens.

Mathieu Demers (no 12)Mathieu Demers (no 12) Photo : Facebook / Mathieu Demers

La formation estrienne n'a pas conclu une campagne avec plus d'une victoire depuis 2013. Malgré les résultats positifs qui tardent à venir, l'entraîneur persiste et signe : un changement de culture est bel et bien amorcé à l'Université Bishop's.

La faible récolte de points au classement général ces cinq dernières années se fait tout de même un peu ressentir dans le vestiaire. Nicolas et ses ouailles s'efforcent toutefois de regarder vers l'avant.

Je ne peux dire qu'on n'y pense pas. On essaye de rester concentrés sur le processus, mais c'est sûr que c'est difficile. Personnellement, c'est l'un des plus gros défis que j'ai à relever dans ma carrière. Je pense aux Spartiates du Vieux-Montréal, j'ai perdu 26 matchs en 7 ans. On est rendus à 14 ici en 2 ans.

L'entraîneur-chef des Gaiters de l'Université Bishop's, Chérif Nicolas

« On apprend à se connaître comme entraîneur quand ça arrive, comme joueur et en tant que personne aussi, enchaîne-t-il. Il y a des jours beaucoup plus positifs qui s'en viennent pour notre programme. »

Le fait d'avoir sous la main une formation avec une grande majorité de joueurs de première ou de deuxième années, soit 50 sur 73 (68,4 %), permet à Chérif Nicolas de croire que la lumière au bout du tunnel jaillira plus tôt que tard.

Matthew Craens (no 89)Matthew Craens (no 89) Photo : Gaiters de l'Université Bishop's / Emery Gbodossou

Surmonter l'adversité

Les Gaiters ont entamé le quatrième quart en retard de sept points ou moins - ils étaient aux commandes lors de leur ultime duel de la saison - à quatre reprises en 2018, dont trois fois après leur semaine de congé.

Les protégés de Nicolas n'ont jamais su effacer le retard ou bien demeurer dans le siège du conducteur, la fois où ils y étaient.

« Quand les matchs sont corsés, quand ils sont à une possession près, c'est là qu'on veut voir nos joueurs effectuer des jeux, qu'ils se lèvent dans ces occasions, soutient l'entraîneur. Et ça, c'est quelque chose qu'il faut que l'on continue à travailler. [L'atteinte de] la maturité de notre équipe aidera en ce sens. »

« On est encore dans le processus de créer une équipe qui a confiance en elle, poursuit Desbiens. Les instructeurs nous mettent en position de faire les jeux. En fait, ils nous placent en bonne position pour que l'on gagne. Il faut que nous, les joueurs, on commence à avoir confiance qu'on est capables de le faire. »

« On travaille fort, il n'y a personne qui se dit qu'on est incapables, assure le joueur de ligne défensive. On est capables, c'est juste que dans les matchs, on a un petit problème quand il y a un peu d'adversité [...] Il faut qu'on apprenne à gagner. »

Un style différent

Les quadruples vainqueurs de la Coupe Dunsmore entre 1986 et 1994 doivent également se familiariser avec leurs nouveaux adversaires qui n'ont rien à voir avec les Carabins (6-2), les Redmen (2-6), le Rouge et Or (8-0), les Stingers (2-6) et le Vert & Or (2-6).

« Le style est différent dans les Maritimes. Ce sont des équipes qui sont physiquement très grosses, qui misent beaucoup sur le jeu au sol, dit Chréif Nicolas. On voit souvent des formations quand même assez musclées lorsqu'il est question [des universités] Saint-Francis-Xavier (StFX) et Acadia. »

Ce sont des programmes qui sont très bien implantés. Ils font ce qu'ils font depuis longtemps, c'est-à-dire qu'ils savent ce dont ils ont besoin pour avoir du succès dans cette association [...] Le roulement est établi, les joueurs de cinquième année seront remplacés par des joueurs de troisième année. Chaque année c'est comme ça, alors que nous, ce n'est pas encore le cas. On est en train de bâtir le tout. On se frappe donc tout le temps à des équipes qui sont beaucoup plus matures physiquement.

L'entraîneur-chef des Gaiters de l'Université Bishop's, Chérif Nicolas
Keith NormandinKeith Normandin Photo : Gaiters de l'Université Bishop's / Emery Gbodossou

Football

Sports