•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vincent De Haître bien lancé dans sa nouvelle vie de cycliste sur piste

Le cycliste est en plein effort sur la piste.

Vincent De Haître

Photo : AFP/Getty Images / ADRIAN DENNIS

Radio-Canada

Après avoir participé à deux Jeux olympiques en patinage de vitesse sur longue piste, Vincent De Haître vise maintenant ceux de Tokyo, en 2020, en cyclisme sur piste. Il prendra part à la Coupe du monde de Milton en Ontario dès vendredi.

Un texte de Michel Chabot

Installé à Milton depuis mai dernier, le jeune homme doit également s’adapter à une nouvelle vie. Plutôt que de vivre seul, comme à Calgary, il réside avec ses coéquipiers de la formation de poursuite.

« Ce matin, quelqu’un a laissé un bol de gruau sur la table, dit-il en riant. Il y a toujours quelque chose qui traîne. »

Outre ces considérations domestiques, De Haître a évidemment des préoccupations plus importantes.

Cette Coupe du monde lui permettra de vérifier à quel point son rêve olympique est réaliste.

J’ai fait beaucoup de progrès dans les deux derniers mois. On a vraiment mis l'accent sur mes points faibles, et je me suis vraiment amélioré.

Vincent De Haître

C’est sur l’aérobie qu’a surtout travaillé De Haître afin de devenir plus endurant. Habitué de patiner sur 1000 m ou 1500 m, des épreuves pour lesquelles ses marques personnelles sont de 1 min 6 s 72/100 et 1 min 43 s 138/1000, il doit maintenant fournir un effort qui peut atteindre les 4 minutes sur un vélo.

« J’ai eu tant de progression en si peu de temps, ça m’a confirmé que j’étais capable de réaliser mes objectifs d’atteindre un niveau de qualité internationale. Je suis conscient que les améliorations à un certain point deviennent de plus en plus difficiles à faire. Mais avec le style d’entraînement qu’on fait, je réalise qu’il y a beaucoup plus à améliorer. »

Ce n’est pas d’hier que l’idée de participer aussi aux Jeux d’été a germé dans l’esprit du Franco-Ontarien de 24 ans.

« J’ai toujours eu cette idée-là depuis 2011, à mon premier championnat national, mais je n’étais pas aussi bon, explique-t-il. Une fois que j’ai participé aux Jeux du Commonwealth en 2014, je me suis dit que c’était une vraie possibilité. »

Hugo Barrette, Joseph Veloce et Vincent De Haître aux Jeux du Commonwealth en cyclisme sur piste en 2014

Hugo Barrette, Joseph Veloce et Vincent De Haître aux Jeux du Commonwealth en cyclisme sur piste en 2014

Photo : Getty Images / Adrian Dennis

Le natif de la ville de Cumberland garde toutefois les pieds sur terre. Il considère avoir encore des croûtes à manger.

« Je suis présentement au bas de l’échelle. Je suis conscient que je dois m’améliorer pour être un bon membre de l’équipe. En groupe, nous allons nous améliorer et nous serons au sommet. En ce moment, je suis content d’aller en Coupe du monde. Mais je ne veux pas seulement participer, je veux bien faire. »

L’équipe canadienne de poursuite, aussi composée d’Aidan Caves, d'Adam Jamieson, de Michael Foley, de Derek Gee et de Jay Lamoureux, était 8e au classement mondial l’année dernière. Et ce sont justement les huit premières formations qui iront à Tokyo.

« C’est un sport toujours de plus en plus vite. Même si tu t’améliores, quelqu’un d’autre s’améliorera aussi quelque part, lance Vincent De Haître. Donc, c’est impossible de savoir où tu te situes pour te qualifier. Mais en ce moment, ça va bien et on a de très bonnes chances d’accéder aux Jeux. »

Un record canadien

L’un de ses objectifs en revenant au vélo était de battre le record canadien au 1000 m, une épreuve qui n’est pas au programme des Jeux, mais qui lui tenait à cœur.

De Haître y est parvenu en septembre, aux Championnats panaméricains au Mexique. Il a pris le 4e rang en 1:00,193.

Celui que l’on surnomme « Quadzilla », en raison de la proéminence des muscles de ses cuisses, vise aussi les Championnats du monde de cyclisme sur piste qui se tiendront en Pologne au mois de mars prochain.

Une fois la saison terminée, le vice-champion mondial du 1000 m en patinage de vitesse sur longue piste compte retourner à Calgary pour renouer avec ses camarades de l’équipe nationale.

Ce sera ma saison morte de vélo. Je n’aurai rien à faire, alors je vais en profiter pour m’amuser un peu, mais je ne pense pas retourner à l’entraînement de patin.

Vincent De Haître

Il le confesse tout de même : le patinage de vitesse lui manque, mais il croit que son absence de deux ans aidera l’équipe nationale de longue piste.

« C’est une bonne affaire parce que les critères pour se classer en Coupe du monde sont devenus plus difficiles et moins de personnes pourront y aller. Comme je n’y suis pas, ça permet à quelqu’un d’avoir de l’expérience en Coupe du monde et de s’améliorer. Donc, dans deux ans, quand je vais revenir, ça me donnera de meilleurs partenaires d’entraînement. »

Avant de penser à son retour sur glace, pour se pardonner de sa déconvenue aux JO de Pyeongchang (il a fini 19e au 1000 m et 21e au 1500 m après une blessure à une cheville subie hors glace), Vincent De Haître n’a que le vélo en tête.

Il espère que son expérience des grandes compétitions internationales sur lames lui permettra de compenser son inexpérience sur deux roues.

Cyclisme sur piste

Sports