•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wimbledon : des bris d'égalité en cinquième manche pour mettre fin à des marathons

John Isner et Kevin Anderson se font une accolade à l'issue de leur demi-finale remportée en 6 h 36 min de jeu par Anderson.
John Isner et Kevin Anderson, exténués après 6 h 36 min de jeu, se font l'accolade après leur match de demi-finales à Wimbledon. Photo: Getty Images / OLI SCARFF
Agence France-Presse

Le tournoi de Wimbledon va introduire des bris d'égalité dans la dernière manche pour la première fois l'an prochain, mais seulement lorsque le pointage de la manche atteint 12-12, a annoncé l'All England Lawn Tennis and Croquet Club vendredi.

« Selon nous, il est temps d'introduire un bris d’égalité pour les matchs qui n'ont pas rendu leur verdict au bout d'un temps raisonnable au cours de la manche décisive », a déclaré le président club Philip Brook.

Un jeu décisif est normalement disputé lorsque le pointage atteint six jeux partout, sauf dans la manche décisive (cinquième pour les hommes en grand chelem, troisième pour les femmes). La partie se poursuit alors jusqu'à ce qu'un des joueurs obtienne un avantage de deux jeux. Les Internationaux des États-Unis étaient jusqu'ici le seul tournoi du grand chelem à faire jouer un bris d’égalité à la manche ultime.

Dans la dernière finale à Wimbledon, le Sud-Africain Kevin Anderson s'était incliné devant Novak Djokovic en trois manches, seulement deux jours après avoir battu John Isner 26-24 en cinquième manche après plus de six heures et demie de jeu.

La demi-finale de Djokovic contre Rafael Nadal, également disputée en cinq manches, avait ensuite dû être jouée sur deux jours à cause de la durée du match Anderson-Isner.

« Nous savons bien que les occasions où les dernières manches s'éternisent sont rares, mais nous estimons qu'un bris d’égalité à 12-12 est une solution équitable, qui permet aux joueurs de terminer le match sur un avantage, tout en s'assurant que le match se conclut dans un délai acceptable », a ajouté Brook.

Les organisateurs de Wimbledon ont étudié des données des 20 dernières années et ont également consulté joueurs et arbitres avant de prendre cette décision.

L'Américain John Isner, engagé dans une demi-finale interminable l'an dernier, a également participé au match le plus long de l'histoire de Wimbledon en 2010. Il avait lors battu le Français Nicolas Mahut après plus de 11 heures de jeu, étalées sur trois jours. Il avait emporté la cinquième manche 70-68.

Tennis

Sports