•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une fusion des deux ligues nord-américaines de hockey féminin

Marie-Philip Poulin et Lauriane Rougeau célèbrent un but des Canadiennes

Marie-Philip Poulin et Lauriane Rougeau, des Canadiennes de Montréal

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

La commissaire par intérim de la Ligue canadienne de hockey féminin, Jayna Hefford, l'a souhaité à sa nomination. Son homologue américaine Dani Rylan est maintenant d'accord. Il est temps de réunir les deux ligues professionnelles nord-américaines de hockey féminin.

« Une ligue est inévitable, » a écrit Rylan dans un communiqué destiné à l’Associated Press.

La Ligue nationale féminine (NWHL) a été créée il y a quatre ans par des équipes de la Ligue canadienne (CWHL).

La NWHL a été la première à payer ses joueuses et a été imitée par le circuit canadien l’an dernier.

Selon l’Associated Press, des discussions sur la fusion se sont tenues l’été dernier.

On aurait également parlé d’un « Super Bowl » du hockey féminin, soit une confrontation entre les championnes des deux ligues.

Si le contenu des pourparlers est resté secret, Rylan a confirmé s’être entretenue avec Hefford.

Quadruple médaillée d’or olympique avec le Canada, Hefford s’est montrée prudente.

« J’essaie de comprendre quels sont les défis et les embûches pour trouver la voie qui nous mènera vers une vraie ligue professionnelle féminine de hockey », dit-elle.

Ligue canadienne de hockey féminin (CWHL) :

  • Canadiennes de Montréal
  • Inferno de Calgary
  • Thunder de Markham
  • Furies de Toronto
  • Blades de Worcester
  • KRS Vanke Rays de Shenzhen

Cette semaine, Hefford doit rencontrer Gary Bettman et des représentants de la LNH pour la première fois depuis qu’elle dirige la CWHL.

Les autorités de la LNH n’ont jamais caché qu’ils souhaitaient faire affaire avec une seule ligue.

Des équipes de la LNH sont déjà liées à des équipes féminines. Les Sabres sont propriétaires des Beauts de Buffalo de la NWHL, tandis que les Canadiens, les Maple Leafs et les Flames ont des partenariats avec les équipes de leur ville dans la CWHL.

Ligue nationale de hockey féminin (NWHL) :

  • Beauts de Buffalo
  • Whitecaps du Minnesota
  • Pride de Boston
  • Whale du Connecticut
  • Riveters de New York

La LNH ne veut pas prendre le contrôle d’une des deux ligues et ne veut pas mal paraître en favorisant l’une ou l’autre.

L’ancienne grande vedette du hockey canadien et maintenant assistante au directeur du développement des joueurs des Maple Leafs, Hayley Wickenheiser, croit qu’il est temps que la LNH s’en mêle.

« Je crois que la LNH pourrait et devrait en faire plus et très rapidement pourrait faire débloquer les choses », estime-t-elle.

Wickenheiser croit cependant que la responsabilité revient aux joueuses de faire avancer le dossier.

« Elles doivent prendre le contrôle et faire avancer les choses. La LNH sera prête quand elles le seront », dit-elle.

La CWHL et la NWHL ont deux modèles d'affaires différents. La première fonctionne comme un organisme à but non lucratif, la deuxième vise des profits. « Ce n’est donc pas aussi facile que ce que les gens disent », a fait remarquer Brenda Andress, prédécesseure de Jayna Hefford à la tête de la CWHL.

Avec les informations de Associated Press

Hockey féminin

Sports