•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légalisation du cannabis : les étudiants-athlètes devront être vigilants

Les Gaiters, lors d'un match à la maison. On voit les joueurs regroupés ensemble, avant d'entrer sur le terrain. L'un d'entre eux tient un drapeau.

L'équipe des Gaiters de l'Université Bishop's se regroupe avant d'entrer sur le terrain, lors d'un match à la maison.

Photo : Radio-Canada / Rebecca Martel

Radio-Canada

Une fois la légalisation du cannabis officialisée au Canada, les étudiants-athlètes devront faire preuve d'une grande prudence : la substance demeurera sur la liste des substances interdites. Les fédérations sportives universitaires ont misé sur la sensibilisation pour éviter toute confusion.

U Sports, l'organisation qui gère le sport universitaire au Canada, a fait parvenir des documents informatifs aux différentes universités pour les informer de l'impact de la légalisation du cannabis.

« Cet automne, il sera important pour tout étudiant-athlète participant à des compétitions de sport universitaire canadien de savoir comment ils seront touchés par la légalisation du cannabis à des fins récréatives. », peut-on lire.

Comme l'Agence mondiale antidopage est indépendante d'un pays, son code n'est pas affecté par les modifications législatives au Canada ou dans tout autre pays.

extrait d'un document émis par U SPORTS

Même si un athlète consomme du cannabis en dehors d'une période de compétition, le délai d'élimination de la substance est difficile à prédire, car le processus peut prendre plusieurs semaines. Ce délai peut générer des tests antidopage positifs lors des compétitions.

Pourquoi les cannabinoïdes sont-ils interdits chez les athlètes ?

• Elle améliore ou a le potentiel d’améliorer la performance sportive
• Son utilisation peut nuire à la santé de l’athlète
• Son utilisation est contraire à l’esprit sportif

Source :Centre canadien pour l'éthique dans le sport

La légalisation du cannabis

La légalisation du cannabis

Photo : iStock

Le statu quo

La sensibilisation a débuté depuis déjà un certain temps à l'Université Bishop's auprès de toutes les équipes des Gaiters et elle se poursuivra au cours des prochaines semaines.

« Évidemment, les entraîneurs et le personnel de soutien du département athlétique vont sensibiliser les athlètes afin qu'ils comprennent bien ce qu'ils font, explique son directeur des communications, Olivier Bouffard. J'en discutais avec le directeur athlétique, essentiellement, rien ne change, c'était interdit avant et ce le sera après. »

Tous les étudiants-athlètes doivent signer un code de conduite pour devenir membre d'une équipe universitaire. Ce formulaire prévoyait déjà une interdiction de consommer le cannabis, avant sa légalisation.

« Dès la signature, il y a une discussion avec l'athlète. Les entraîneurs révisent avec chacun des athlètes ce que ce code signifie », précise-t-il.

Maïté Bouchard, athlète à l'épreuve du 800 mètres et étudiante en médecin à l'Université de Sherbrooke

Maïté Bouchard, athlète à l'épreuve du 800 mètres et étudiante en médecin à l'Université de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada

Des athlètes bien outillés

Depuis l'annonce de légalisation du cannabis par le gouvernement fédéral, de nombreux outils ont été publiés en ligne pour aider les athlètes et les entraîneurs à s'y retrouver.

Par exemple, le Centre canadien pour l'éthique dans le sport offre une trousse d'informations en ligne.

« On a reçu des informations dès cet été, rappelle l'athlète Maïté Bouchard qui a compétitionné pour le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke. On nous a rappelé les règles antidopage et notre responsabilité par rapport à tout ça. »

« On nous dit que la meilleure façon de ne pas en avoir dans son système, c'est tout simplement de ne pas en consommer », ajoute-t-elle.

À son avis, la légalisation du cannabis aura forcé une discussion sur la question de la consommation au sein du milieu sportif universitaire.

« Le fait que ça devienne légal ça amène une discussion chez les athlètes et une prise de conscience des effets que ça peut avoir sur nos performances », croit-elle..

Quand on fait un sport universitaire, c'est important de montrer l'exemple. On tente d'être des modèles de vie saine et active et de ne pas consommer fait partie de ça.

Maïté Bouchard, athlète à l'épreuve du 800 mètres

Estrie

Sports